Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

Guillaume de Prémare : “Chercher Dieu prime sur l’ouverture au monde”

En posant la question "L'Eglise cherche-t-elle vraiment Dieu ?" sur Radio espérance, la semaine dernière, Guillaume de Prémare en a dérangé plus d'un. L'ancien président de la Manif pour tous précise sa pensée sur l'ouverture de l'Eglise au monde dans sa toute dernière chronique :

"Le discours ecclesial a beaucoup tourné depuis cinquante ans autour de notions comme l’ouverture au monde, le dialogue avec le monde, la présence au monde. Si maintenant j’oppose à cela les notions d’ouverture à Dieu, de dialogue avec Dieu et de présence à Dieu, vous admettrez peut-être avec moi que c’est un renversement de perspective. Les deux perspectives ne s’opposent pas mais s’articulent, me dit-on. Admettons. Mais il faut dire que le quaerere Deum, "chercher Dieu", est premier – en primauté et en priorité. Et même davantage : tout procède du quaerere Deum, "chercher Dieu". Je vous renvoie au discours de Benoît XVI aux Bernardins : chercher Dieu a des conséquences culturelles et sociales sans que celles-ci soient spécifiquement voulues. Cherchons Dieu de toute notre âme et le reste nous sera donné par sucroît.

Au lieu de cela, il me semble que nous continuons à situer excessivement l’Eglise, notre démarche et notre pensée religieuse par rapport au monde. Il me semble que dans ce cadre, le débat actuel sur un catholicisme de contre-culture ouvre la fausse piste symétrique au défunt catholicisme d’enfouissement.

A ce stade, nous devons peut-être nous poser une question : quel contenu donnons-nous à ce que nous appelons « monde » sans jamais vraiment le définir ? L’un de mes interlocuteurs me dit par exemple que nous vivons dans un monde areligieux. C’est à voir. La plupart des peuples expriment, y compris dans la vie sociale et dans les mœurs, ce que j’appellerais une vertu de religion. Alors de quel monde parlons-nous ?

Je pense que nous voyons le monde à travers deux prismes très occidentalo-centrés : la modernité philosophique et l’athéisme. J’entendais récemment le père Nicolas Buttet définir ainsi cette modernité : c’est l’idéologie du progrès continu – l’idée que nous allons inéluctablement du bien vers le mieux. Cette idéologie n’a-t-elle pas déjà un pied dans la tombe, faute d’apporter le bonheur promis ? Laissez les morts enterrer les morts, nous dit l’Evangile. Le monde bien vivant, c’est pas exemple mon collègue de travail. Que je l’interroge sur son rapport à la modernité et il me regardera avec des yeux ronds. Que je le questionne sur Dieu, et il saura de quoi je lui parle. Même si Dieu est pour lui encore un inconnu.

Le père Nicolas Buttet nous dit encore ceci : affirmer le primat de Dieu dans une société comme la nôtre, c’est révolutionnaire et prophétique. Et pour articuler Dieu et l’homme, il nous dit cela : il faut parler du primat de Dieu en partant de la vulnérabilité de l’homme. C’est une manière de poser la question suivante : qui nous donnera le Salut ? La foi et l’espérance en ce Salut donné dans la Personne de Jésus est la véritable réforme spirituelle permanente de l’Eglise.

Benoît XVI avait proclamé 2012 « année de la foi ». « Nous ne pouvons accepter que le Sel soit insipide et que la Lumière soit tenue cachée » écrivait-il dans la lettre apostolique Porta Fidéi. Avons-nous affadi le Sel et caché la Lumière ? Eh bien je pense que oui. Avons-nous fondamentalement remis en cause notre perspective religieuse ? Eh bien je pense que non. Du moins, en partie. Sommes-nous prêts à affirmer dans notre propre être catholique le primat du quaerere Deum, ce "chercher dieu" duquel tout procède ? La réponse à cette question est un chemin intérieur, un chemin de « réforme »."

NB : les liens ont été ajoutés par mes soins.

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

2 commentaires

  1. Le primat doit être non seulement de chercher Dieu, mais de lui obéir, de faire sa volonté, de l’aimer en gardant les commandements. Le drame des cinquante dernières années, c’est un faux christianisme, sans la croix, sans l’ascèse, une caricature sans vie. NSJC a dit :”si vous ne faites pénitence, vous périrez TOUS”. L’Enfer n’est pas une utopie.

  2. Notre pauvre Eglise a toujours vécu comme elle a pu au milieu des incitations aux erreurs successives & les réponses dogmatiques : ex. symbole de Nycée, Théotocos, Immaculée conception, Présence réelle, condamnations des monophysites, des thèses d’Arius, etc …
    * Prémare a raison, le salut ecclésial de France ne peut venir que du Christ.
    * Le problème actuel devant lequel se débat notre église, ce qui trouble sa recherche de vérité, me parait à moi la question sociale
    * Chercher une solution dans l’option socialisante de lutte des classes, dans l’équilibre des forces du libéralisme, c’est se tromper de Sauveur. On n’est plus que déçus, entend-t-on !
    * Chercher ouverture au monde, partage, la solidarité reste de l’ordre des moyens. Moyens proposés pour être exercés au dehors.
    * autour de l’autel, j’aimerais proposer un exercice de miséricorde : Qui ici devant moi me parait avoir besoin de moi ? Que puis-je faire ? Ne serait-ce que bénir celui que me montre l’Esprit-St. (ascèse / LB ci-dessus)
    Alors on entendra: voyez comme ils s’aiment !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services