Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie / France : Laïcité à la française

Guerre des crèches : la “greffe d’une métaphysique laïque sur la nation ne prend pas”

La chronique de Guillaume de Prémare sur Radio Espérance :

"A quelques semaines de Noël, voici la France en pleine guerre des crèches. Est-ce le retour de la guerre de 1905 ? Je ne crois pas : l'Etat n'a aujourd'hui aucune envie de rallumer la guerre religieuse. Oh, il y a bien la hargne des vieux bouffeurs de curés, grisons et têtes chenues, vieux cons, quoi… mais je crois que l'affaire des crèches traduit une chose plus profonde. Je crois que nous assistons à une crise du fait religieux comme processus culturel. A mon avis, deux vieilles utopies jacobines sont en train de tomber : celle d'un espace public vierge de références religieuses, y compris traditionnelles et culturelles, et celle d'une communauté nationale unie autour d'une métaphysique laïque.

Le premier point est assez simple : la religion, c'est-à-dire l'adhésion à une foi pratiquée en communauté selon certains rites, produit des phénomènes sociaux et culturels – c'est ce que l'on nomme le fait religieux. Oh, on peut sauter comme un cabri en criant "sphère privée", "sphère privée" – le fait religieux est là, dans l'espace public, irrépressible, têtu.

Le second point est plus complexe. Ferdinand Buisson avait compris qu'il n'y aurait pas de communauté républicaine sans religion laïque. Il savait qu'aucune réalité politique ne s'incarne sur la durée sans transcendance ni métaphysique politique. D'une certaine manière, il faut un Dieu à la nation. Le problème est que la tentative historique d'une greffe d'une métaphysique laïque sur la nation ne prend pas. Pas davantage hier sous la Révolution qu'aujourd'hui en république post-révolutionnaire. Cette greffe ne prend pas car elle est inapte à opérer une incarnation populaire. Et elle prend d'autant moins aujourd'hui que l'identité historique traditionnelle de la France est de retour. C'est un fait. Le besoin d'identité revient par la grande porte de l'histoire et la mystique laïque s'épuise à tenter d'y répondre. Elle s'en aperçoit, se crispe, serre les mâchoires à la manière de Valls et sombre dans la vaine incantation répétant comme un manthra son credo auquel plus grand monde ne croit.

Il est intéressant que ce profond besoin d'identité englobe de plus en plus le fait religieux. Ici le religieux devient un élément d'identité. Les catholiques peuvent certes s'en réjouir : après tout, n'y a-t-il pas un terreau culturel propice pour semer la foi ? Cependant, les catholiques ne peuvent vivre leur religion comme une simple composante d'une identité, comme un fait religieux principalement culturel. La religion des catholiques suppose une foi dans le Christ ressuscité. Cette foi, partagée à travers tant de cultures, de peuples et de nations ne fournit pas d'identité en elle-même, sinon celle de la personne du Christ. Si cette foi est surnaturelle, si elle est tendue vers la recherche de Dieu, elle produira naturellement une culture populaire authentique qui sera le terreau pour une nouvelle moisson chrétienne. Voilà pourquoi les catholiques ne peuvent regarder la guerre des crèches avec le même oeil que les autres : ils savent que sous l'écume des passions, il y a Dieu qui travaille la matière de l'histoire et qui appelle."

Partager cet article

4 commentaires

  1. La guerre autour de la loi de 1905 n’avait que les laïques républicains et les catholiques pratiquants comme protagonistes (+ quelques francs maçon bien sûr).. Aujourd’hui, le PS (et son bras SOS racisme) a ajouté un troisième acteur et non des moindres: la communauté musulmane et ses exigences, ses revendications, ses provocations à la recherche permanente de la limite jamais trouvée…Et les barbaries de l’EIL…
    En 2015, Les Français n’ont pas le choix entre une société chrétienne ou laïque.. ils sentent tous, jusqu’au fond des campagnes, que l’abandon de la spiritualité chrétienne ouvrira la porte à une autre mystique aux conséquences déjà perceptibles…
    Et cela change tout…à part chez les bobos du PS en plein aveuglement comme dirait Julien Dray..

  2. Si la France fille aînée de l’Eglise prie
    Alors nous échapperons aux diabolos de tous bords
    Sinon nous sommes cuits!!!!!!

  3. Excellente réflexion de G de Premare.
    On sent en France depuis que Hollande le mou a lancé l’affaire du mariage des paires une crispation profonde du peuple français.
    La France fille aînée de l’église se relève mais les défis sont colossaux : éliminer la mystique révolutionnaire et vaincre l’islam.
    Sans la main de Dieu, point de victoire.

  4. En voulant imposer de force l’Islam comme religion officielle en France, la clique mondialiste a désinhibé les chrétiens, qui en ont marre d’être piétinés et bafoués chez eux.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services