Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique

«Grexit»

C'est ainsi qu'est nommée et sérieusement envisagée une sortie de la Grèce de la zone euro. Le vice-chancelier allemand et leader du parti libéral, Philipp Roessler exprime ce que certains pensent tout bas. Le risque de voir la Grèce quitter la monnaie unique (90% de chances) n'a jamais été aussi élevé, selon les économistes de Citigroup.

Partager cet article

5 commentaires

  1. Tout arrive qui doit arriver. L’impact pour nous sera après, lorsque les Grecs feront défaut… Là nos banques vont trinquer, soit directement en assumant les pertes (dont environ 70% sont déjà provisionnées) soit via les CDS qui s’enchevêtrent, comme au bon vieux temps des subprimes. Mais ce n’est rien, sincèrement, la Grèce, cela fait deux ans que je l’écris, c’est de la roupie de sansonnet, ce qui se prépare actuellement, ces jours ci, en Espagne est hautement dangereux. Les montants ne sont pas les mêmes. Il faut entre 400 et 500 Milliards d’Euros pour espérer sauver définitivement l’Espagne. Derrière se profile l’Italie pour environ 600 à 800 Milliards, Italie qu’on veut actuellement obliger à emprunter sur les marchés à 7% pour prêter par solidarité à l’Espagne à 3%!!!! Donc qu’on enfonce. Mais comment concevoir un plan de sauvetage dont certains membres seraient dispensés?
    La cassure est pour bientôt. De partout craque l’édifice. Dans toute l’Europe du sud, la gabegie, la démagogie, le clientélisme auront régné en maîtres pendant 20 ans. D’une manière ou d’une autre, il va falloir payer. Et le pire, c’est qu’ils leur faudra trouver des boucs émissaires, car aucun peuple et aucun parti de tous ces pays ne reconnaîtra ses responsabilités. Alors on dira que c’est “la faute à Bruxelles” “la faute aux banques” “la faute à l’Allemagne” “la faute aux Grecs”, personne ne dira notre retraite à 55 ans, notre retraite par répartition, nos 35heures, nos allocations, nos congés, nos ponts, notre protection sociale, nos innombrables élus, notre mille-feuille administratif, nos millions de fonctionnaires ou assimilés, nos CE, tout ça les élus nous l’ont accordé par électoralisme et en le payant à crédit en empruntant… Non, ce sont des “droits acquits”… Mais qu’est ce qu’un droit qu’on ne peut payer et qu’on finance à crédit? Un devoir de plus pour demain, rembourser. Beaucoup des retraités d’aujourd’hui ne comprendront pas lorsque dans quelques mois on va amputer leur traitement de 30, 40 ou 50%! Ils vont hurler en disant qu’ils ont “cotisé” pour cela et qu’on les spolie. La vérité, c’est qu’ils n’ont ps cotisé pour la moitié de ce qu’ils touchent, partant du principe que les suivants paieraient pour eux. La vérité c’est que ce sont eux qui aujourd’hui spolient les générations actives avec des droits qu’ils se sont auto attribués et dont ils ont chargé les générations suivantes de payer les factures. Le revenu moyen d’un foyer actif est aujourd’hui inférieur au revenu moyen d’un foyer retraité dans toutes les catégories sauf salariés non qualifiés. C’est normal?
    La sortie de la Grèce, l’explosion de l’Espagne (je suis moins inquiet pour l’Italie qui a déjà prouvé dans le passé son intelligence et sa capacité d’adaptation) vont remettre les choses à plat, même en France.

  2. Puis après ce sera autour des autres pays…

  3. coule.

  4. Pour faire suite à TDK1, il n’est pas impossible que l’Allemagne retourne à son Mark, non pas par une quelconque faiblesse de ses finances, mais tout simplement parce qu’elle en a marre de tirer tout le monde, même la France et qu’en fait, de l’Europe, elle s’en fiche comme de l’an 40.
    Il faut s’attendre, par contre coup, en France, à des situations pas très catholiques, où les banques les plus faibles seront en faillite.

  5. C’est tout une partie du monde “occidental” qui risque de connaître des temps “nouveaux” et en tout cas non prévus par nos élites…
    Dans le même ordre d’idées sur un pays qu’on croyait sur le bon chemin :
    Notes sur le cas de la dissolution interne d’Israël
    http://www.dedefensa.org/article-notes_sur_le_cas_de_la_dissolution_interne_d_isra_l_25_07_2012.html

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services