Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Idéologie du genre / L'Eglise : L'Eglise en France

Gender : Mgr d’Ornellas annonce un groupe de travail

Mgr Pierre d’Ornellas, Archevêque de Rennes et membre du Comité études et projets de la conférence des évêques de France et Responsable du groupe de travail sur la bioéthique, a annoncé la mise en place d’un groupe de travail sur la théorie du genre. Revenant sur la lettre de protestation de 80 députés, Mgr d’Ornellas encourage les politiques à s’exprimer selon leur conscience et leurs convictions. Ce groupe réunira des enseignants, des scientifiques, des théologiens, des représentants d’organismes intervenant dans le domaine de l’éducation sexuelle auprès des élèves. L’objectif est de démêler le scientifique de l’idéologique, pour aboutir à des conseils pédagogiques qui seront partagés entre autre sur un site Internet, accessible aux enseignants.

Le directeur de l’Enseignement catholique d’Ille-et-Vilaine, Jean-Loup Leber, membre de ce groupe, explique :

"Nous avons vu réapparaître cette théorie du genre à l’occasion de la publication des nouveaux programmes de sciences en lycée et ces programmes induisant cette théorie qui est une approche idéologique qui consiste à dire qu’on ne devient homme ou femme que par ses référents culturels, mais qu’il n’y a pas de différence à priori. […] Les Maisons d’Editions font appel à des experts qui sont à la fois des biologistes, des scientifiques, mais aussi, on l’a sans doute vu ici, à des mouvements, à des associations, à des groupes de pression sans doute, qui véhiculent une autre pensée sur ce qu’est un homme ou une femme. Ces théories là sont pour nous contradictoires à la vision chrétienne de l’homme et de la femme.

Un certain nombre d’associations catholiques ont réagit. Nous avons par l’intermédiaire de notre Secrétaire Général écrit au Ministre pour lui demander de modifier cela et de veiller à ce que les programmes et instructions, qui sont par nature non idéologiques mais scientifiques, veillent bien à respecter cela et respecter toutes les sensibilités."

Partager cet article

2 commentaires

  1. Monseigneur d’Ornellas ne s’est-il pas déjà mis « au travail » pour affronter cette idéologie? L’heure est-elle à créer un « think tank » sur un sujet qui est pourtant, comme le dit Jean-loup Leber, « contradictoire à la vision chrétienne de l’homme et de la femme »? Cette affirmation ne suffit-elle pas pour qu’un évêque déclare avec courage que la théorie du gender ne sera pas enseignées dans les écoles catholiques de son diocèse? et qu’il soit ensuite imité par ses confrères?
    Et c’est d’ailleurs bien plus qu’une théorie contraire à la vision anthropologique chrétienne, car ce genre de formule laisse à songer que c’est encore la minorité chrétienne qui fait des siennes. En réalité, puisque c’est contradictoire avec la nature même de l’homme (qu’il soit chrétien ou non), toute personne de bonne volonté, tant que l’on ne l’a pas noyée dans des débats et manipulées par des discussions, est encore capable de s’en rendre compte. Dans cette affaire, tout temps perdu fait le jeu des tenants de la théorie du genre. Les esprits contemporains, imprégnés de relativisme, finiront par l’adopter sans se poser davantage de question.
    Cette théorie n’a rien de scientifique: c’est purement idéologique et Monsieur Leber en semble convaincu. Un groupe de travail ne sert donc strictement à rien, car il n’y a rien à démêler… Comme je le disais dans un post consécutif aux déclaration de Monseigneur Dufour, il ne me semble pas que l’heure soit à la discussion. Ces deux évêques semblent ne pas comprendre la gravité de la situation… ou ne pas vouloir comprendre.

  2. Un groupe de travail.
    Bien. Mais est-ce le plus urgent ?
    En Espagne, face aux législations perverses, l’épiscopat ne réunit pas de groupes de travail : il organise la résistance.
    Qu’il faille concevoir des modes de riposte pédagogique est une évidence et M. LEBER est dans son rôle. Par contre son raisonnement sur la  »sensibilité catholique » est absurde pour trois raisons :
    – Ce n’est la foi qui est attaquée, mais la loi naturelle. Un musulman ou un juif ne peuvent approuver la théorie du Gender, voire même un athée rationnel. Ne pas voir cela consiste à admettre que l’avortement ne heurte que la foi catholique ?
    – Quand on est le directeur diocésain de l’enseignement dit catholique, dans lequel, en Bretagne comme ailleurs, on ne transmet plus la foi, l’argument  »catholique » ne fait pas très sérieux. Le darwinisme officiellement enseigné, qui nie la création, est-il plus  »catholique » ? Le programme de biologie sur la sexualité humaine est-il plus  »catholique » ?
    – Ce sont les parents qui ont des droits de parents, en tant que parents en premier puis en tant que catholique en second et non la DDEC de tel ou tel département : on attend donc les APEL départemental et au niveau national…..
    Les milieux catholiques officiels français sont souvent, même dans leur bonne volonté, encore très loin d’avoir assimilé la DSE et le Catéchisme de l’Eglise Universelle : leur absence de connaissances et de culture profonde leur fait faire et dire n’importe quoi. D’où leur impuissance et le mépris qu’ils inspirent aux politiques : ils sont trop inconsistants pour être craints et donc respectés.

Publier une réponse