Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

Gare aux Irlandais si ils votent NON

Avant même de connaître le résultat du référendum, certains journalistes commencent déjà à traiter les Irlandais dimbéciles et de despotes. Cet article de Libération signé Alain Duhamel nest pas sans nous rappeler lambiance lors du référendum de 2005 en France. Extraits :

"(…) L’Irlande est la nation européenne qui a le plus évidemment profité de
la construction de l’Europe. Lorsqu’elle est entrée au sein de la
Communauté le 1er janvier 1973, l’Irlande était pauvre et malheureuse.
Son niveau de vie était l’un des plus misérable du monde occidental, sa
société, l’une des plus archaïques. Une Église catholique tout droit
issue de la Contre-Réforme y imposait une férule féroce en matière de
mœurs
(…)

(…) On connaît la mécanique infernale des référendums, ces machines à faire
répondre non aux questions qui ne sont pas posées
. L’Irlande décide
aujourd’hui du sort du traité européen. Comme en France ou au Pays Bas
en 2005, 90 % des élus, des chefs d’entreprises, des médias poussent au
oui. A Dublin, c’est aussi le cas de 90 % des syndicalistes, des
universitaires et des intellectuels
(…)

Comme toujours dans les campagnes référendaires, c’est le triomphe des
fantasmes les plus absurdes, des rumeurs les plus saugrenues, des
mensonges les plus éhontés qu’Internet transporte, décuple, centuple et
théâtralise à l’infini
. On plonge de nouveau dans la démocratie
d’opinion avec ses démagogues, ses populistes, ses affabulateurs et ses
mythomanes. Une technique irrésistible dans une culture traversée de
superstitions
(…)

Et si, au lieu de pouvoir bloquer à eux seuls leurs 500 millions de
partenaires
, l’appartenance aux institutions européennes des nonistes
était suspendue jusqu’à ce qu’ils décident de rejoindre la majorité qui
souhaite avancer ? Et si en somme, le veto s’appliquait aux bloqueurs
et non pas aux bloqués, comme dans une démocratie ? "

Et si, comme dans une démocratie, on laissait s’exprimer les 500 millions de partenaires aussi ?

Et si, comme dans une démocratie, on respectait le NON de la France et des Pays-Bas ?

Oui, mais nous ne serions pas dans l’Europe de Bruxelles…

Philippe Carhon

Partager cet article

5 commentaires

  1. La Fête du « non! »
    Pour fêter ensemble la victoire du « Non! » irlandais au Traité de Lisbonne
    qui reprend mot pour mot l’euro-constitution « Giscard » que nous avions rejette massivement en mai 2005,
    Pour affirmer notre volonté de rester maîtres de notre destin, dans une Europe de nations solidaires et souveraines,
    Pour laisser éclater notre joie de voir la fière Irlande porter un coup sévère aux menées
    euro-mondialiste,
    Pour manifester notre sympathie, renouveler notre amitié séculaire avec le peuple Irlandais
    et lui témoigner notre reconnaissance pour cette victoire sur l’oligarchie européiste,
    Les parisiens qui souhaite fêter cette victoire irlandaise, qu’ils soient de droite ou de gauche,
    patriotes français, eurosceptiques, défenseurs des services publics, nationaux
    ou alter européens, républicains ou royalistes,
    se sont donné rendez-vous ce soir au Pub Irlandais le Shannon, 23 r Bréa 75006 PARIS (01 43 26 34 70) à partir de 20 h 30 , Métro Vavin
    dresscode : Vert de l’espoir, drapeaux irlandais et français !

  2. C’est rare de trouver Alain Duhamel aussi virulent. Lui qui a consciencieusement ciré les bottes de 3 ou 4 générations d’hommes politiques de tout bord, il faut vraiment qu’il soit sur de lui pour se permettre de prendre ainsi position!!!!

  3. Excellent ! Un chef d’oeuvre de propagande…je le garde dans mes archives pour le montrer à mes arrières petits enfants… La violence et la stupidité de ces propos est de mauvaise augure, quand on est à cours d’arguments et à ce point dans l’invective, on peut s’attendre au pire. Notez que cet article est suivi d’un lien qui pointe vers les coulisses de bruxelles (le site). Une propagande bien organisée, reconnaissons leur ce talent…

  4. Et, comme pour le referendum français,des insultes de la part de l’éditorialiste mais pas d’argumentation logique.

  5. « certains journalistes commencent déjà à traiter les Irlandais d’imbéciles et de despotes »
    Etre traité d’imbécile par des idiots est une grande jouissance intellectuelle !

Publier une réponse