Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : International

Gagner une retraite supérieure à son salaire d’activité ?

C'est ce qui se passe aux Pays-Bas avec un système par capitalisation :

P "D’après l’OCDE (Pensions at a Glance, 2009), le système de retraite néerlandais est parmi les plus généreux d’Europe. Le retraité reçoit en moyenne 105.5 % de son salaire moyen (après impôts) et part à la retraite à 66 ans. Les dépenses des retraites représentent 5.4 % du PIB. […] Le système néerlandais s’appuie sur trois piliers : le dispositif public AOW, les retraites complémentaires collectives et les retraites individuelles que les personnes contractent elles-mêmes. Ces trois piliers déterminent l’ensemble du montant de la retraite.

Premier pilier du système, l’allocation AOW s’appuie sur la répartition et représente une sorte de filet de sécurité. L’AOW est l’indemnité de base, elle représente entre 50 et 70 % du salaire minimum […]. Comme dans tout système par répartition, les actifs cotisent pour les retraités.

Le deuxième pilier consiste en retraites collectives financées par l’entreprise. C’est la part la plus importante dans la pension, bien qu’elle apparaisse comme «complémentaire». Il s’agit de retraites par capitalisation (Dutch Pension Fund Organisations). La gestion est confiée soit à un fonds de pension (mais strictement séparé de l’entreprise) soit à un assureur privé. Parmi les fonds de pension, il y a trois types : ceux qui sont organisés au niveau d’un secteur d’activité (le bâtiment, l’administration, etc.), ceux qui sont choisis par les entreprises, et ceux qui concernent les professions libérales (médecins, dentistes…). Plus de 75 % des employés sont affiliés à un fonds de pension sectoriel. Les fonds de pension sont toujours des organismes privés, avec ou sans but lucratif. Plus de 97 % de la population est affiliée à un fonds de pension. Il en existe plus de 600 aux Pays-Bas avec un rendement moyen annuel de 5.35 %. […].

Enfin, le troisième pilier est une sorte d’assurance individuelle. N’importe qui peut conclure un contrat d’assurance-vieillesse. Sont surtout concernés par ce type de retraite les professions indépendantes."

Partager cet article

8 commentaires

  1. C’est exactement le même système en Suisse, ou nous avons vécu. Pas de déficits, pas de corruption, pas de syndicats qui se gavent, pas de politiques qui se font élirent sur des promesses électorales, des retraités et des salariés sereins, à qui on dit par écrit tous les ans en fin d’année la retraite qu’ils auront compte tenu de leur cotisations accumulée au fil du temps. La retraite peut également à 65 ans être versée en totalité en capital au choix du retraité. C’est pas compliqué de bien gérer un pays. Mais faut vouloir sortir d’un système collectiviste dans lequel les politiques se font élire et réélire avec l’argent de nos petits enfants (comme ils ne sont pas encore nés, ils ne peuvent pas se plaindre… trop facile !)

  2. “Il en existe plus de 600 aux Pays-Bas avec un rendement moyen annuel de 5.35 %”.
    Il serait intéressant de savoir sur quoi s’appuient ces fonds de pension. Si c’est sur l’industrie pharmaceutique liée à “la santé reproductive”…
    Bref, gagner plus à la retraite qu’en activité ne semble pas être très moral, et il faut mieux gagner moins et avoir des enfants qui travaillent, fondent une famille dans de bonnes conditions.
    Ce système “miraculeux” ne doit pas faire oublier la situation néerlandaise avec une immigration-invasion génocidaire pour les Néerlandais d’origine (n’est-ce pas aussi le pays où l’euthanasie est pratiquée très facilement à tel point que les personnes âgées préfèrent être hébergées dans des maisons de retraite en Allemagne?)qui ne va sans doute pas permettre longtemps que tout cela dure.
    Mais évidemment le système mixte de capitalisation-répartition reste sans doute le seul système viable pour les retraites sur le court et moyen terme avec un taux de natalité correct et donc pas celui des pays européens sauf exception.

  3. Ce système existe en France via les contrats collectifs “articles 83” qui sont aidés fiscalement et socialement par l’état (exonération des cotisations). Reste à trouver les entreprises qui acceptent de les financer.

  4. D’un autre côté, s’ils piquent tous les vieux et les malades là-bas, cela doit drôlement faciliter le travail des caisses de retraite…

  5. Merci d’avoir mis le drapeau du Paraguay.
    [Celui du Paraguay, quasiment identique, comporte un logo sur le blanc.
    MJ]

  6. Le système néerlandais à l’air de leur convenir.
    Beaucoup cotisent à une assurance individuelle, les sommes versées sont exonérées d’impôts qui ne sera versé qu’au moment de la reversion.
    Il y a 5 ans l’assurance maladie est passée à un système privé à la carte. Dans les entreprises, j’y ai assisté, la cotisations maladie a baissé fortement à ce moment là, plus de 40%.
    Le régime libéral a beaucoup de défauts mais allié au pragmatisme financier néerlandais permet à chacun de se mettre en face de ses propres résponsabilités.

  7. “avec un système par capitalisation”(…)
    “L’AOW est l’indemnité de base, elle représente entre 50 et 70 % du salaire minimum”
    Bien joué !

  8. La Japon aussi ou l’Angleterre ont des systèmes mixtes, avec retraite de base par répartition, puis ensuite complément par capitalisation. Le Chili est entièrement en capitalisation : contrairement au dogme niais et assez imbu de sa supériorité du soit disant ”modèle français”, malgré la crise, ces pays n’ont pas de problème de retraite, sans doute parce que les deux systèmes s’équilibrent et s’adaptent l’un l’autre.
    A méditer y compris au sein de la droite nationale ou du monde catholique qui interprètent la solidarité inter générationnelle comme un impératif de redistribution par l’Etat, comme la gauche, ce qui est une aberration intellectuelle.
    Ce système hollandais a été celui des français jusqu’aux années 30, et cela fonctionnait très bien. Il a fallu la main mise du parti communiste sur la résistance, avec l’appui de DE GAULLE, pour que la ”LIBERATION” mette en place un système collectiviste, selon le mot de LENINE qui disait qu’un pays est socialiste si plus de sa richesse est contrôlée par l’Etat : nous y sommes encore, voire plus.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.