Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Fumisterie de l’art contemporain

Un jeune garçon a installé ses lunettes sur le plancher d'un musée d'art moderne et a observé les réactions des visiteurs:

Voilà qui nous rappelle ce sketch des Inconnus :

*
Juan Romano Chucalescu par Complot_helleno_balayeur

À tous les lecteurs du Salon Beige en France, j’irai droit au but : pour poursuivre son travail le Salon Beige a besoin de vos dons. Le combat culturel que nous menons est violent et nos opposants disposent de moyens infiniment plus importants que les nôtres. Nous sommes en permanence ciblés par des personnes et des groupes qui savent utiliser l’argent, les médias et … la justice pour nous combattre et nous détruire.

Oui, notre existence dépend de vos dons. Nos besoins ne sont pourtant pas immenses, loin de là !
Il suffirait que chaque année 3 000 personnes fassent un don ponctuel de 50 € ou bien que 1 250 fassent chaque mois un don de 10 € pour que l’existence du Salon Beige soit assurée !

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule.
S'il vous plait, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

9 commentaires

  1. Oh des lunettes!
    C’est d’un commun!
    On a déjà fait beaucoup mieux avec Marcel Duchamp!
    “Fontaine (en anglais : Fountain) est un ready-made de Marcel Duchamp consistant en un urinoir en porcelaine renversé signé « R. Mutt » et daté 1917. L’œuvre apparaît dans le catalogue raisonné d’Arturo Schwarz sous le no 3451. Fountain fut refusée lors de la première exposition de la Société des artistes indépendants de New York en 1917 avant de disparaître. Il n’en existe que des répliques, certifiées par Marcel Duchamp et réalisées dans les années 1950 et 1960.”
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Fontaine_(Duchamp)

  2. Excellents, les inconnus !
    Ils mettent bien en perspective l’incroyable accélération de la mise en place de la dictature en France : une grande partie de leurs sketches ou de leurs films aujourd’hui seraient passibles de condamnation au pénal, pour racisme ou autres conneries de ce genre, et même si pas condamnés, ils seraient cloués au pilori. Tout comme le serait Michel Leeb pour les mêmes raisons.

  3. En 1993, Jack Lang institutionnalise les vacataires et les rend inamovibles. Ils décident donc de ce qui est bon ou mauvais. Ils sont au dessus des lois qui régissent normalement la fonction publique. Car ils n’ont pas à se justifier des commandes publiques qu’ils décident. Et ils échappent totalement aux organismes de contrôle de la Cour des Comptes, du Conseil d’État ou de l’Inspection des Finances.
    Pour certains, diriger l’art est un abus d’autorité qui ne peut qu’amener à la médiocrité. Ce système condamne, par une concurrence déloyale, les galeries d’art indépendantes. Même celles choisies, se doivent de présenter des artistes dictés pour participer aux FIACS ou Salons internationaux. Il est étonnant de voir qui profite des achats de cette administration. Plus de la moitié du budget aide des artistes américains ! Ils ont ainsi participé à détruire en quelques années la place de Paris. Car c’est cette bureaucratie qui met en avant un artiste, bien avant la sanction du marché. Son contrôle des écoles d’art de l’état, les ont amenés à éliminer la transmission du savoir dans le domaine du dessin, de la gravure et de la sculpture…Les artistes pour vivre, doivent donc leur tendre la main et se plier à l’idéologie ambiante venant de New York : le conceptuel !
    Depuis 2008, la nouvelle stratégie du marché de l’art financier, est d’être la plus mondialisée possible. Aussi les règlements français ont été modifiés pour être compatibles avec le marché anglo-saxon. Le Louvre, Versailles et le Grand Palais servent de faire valoir à ces artistes mondialistes. Ceux qui ont comme critères : la visibilité, la communication et le scandale. Les grandes marques ou multinationales suivent le mouvement, en ne subventionnant que ceux-là.
    Bien entendu, l’art contemporain ne représente pas l’art d’aujourd’hui, mais seulement un art conceptuel, financé par ces sociétés internationales, les états et les médias alignés. Pourtant peut-on croire à cette prétention dite scientifique de la création ? L’art ne doit-il pas plutôt rester du domaine du subjectif, c’est à dire de la passion et de l’émotion ? Et non pas ce que les institutions décident ce qu’elle doit être ? Un livre dénonce cet état de fait « La comédie de la culture » de Michel Schneider. On peut encore le voir ferrailler sérieusement contre Jacques Lang et Pierre Boulez dans l’émission de Pivot :
    http://www.ina.fr/art-et-culture/beaux-arts/video/I11124843/altercation-entre-michel-schneider-et-pierre-boulez.fr.html
    Des artistes américains ont très bien compris d’où venait cette idéologie mondialiste orwellienne. L’artiste californien Mear One par exemple montre des murs peints à l’effigie des élites pro-NWO (pyramides illuminaties, conseils et think tanks élitistes, forces bellicistes et atlantistes, etc…).
    https://www.youtube.com/watch?v=-zas8hv6sG0

  4. qui fait mieux?

  5. Excellent!
    Il manquait juste un petit socle rose bonbon ou jaune criard…
    Incroyable ce que c’est révélateur de la bêtise de la société.

  6. ça prouve que les gens sont très cons et très honnêtes.
    ça s’appelle la Démocrassie.
    Good luck! Mazel Tov!
    Kome y dize (en ortograf Mesnard-Belkacem…)
    Oz ta Connerie…

  7. Derrière la fumisterie pour snobs au fric facile, l’art contemporain, par les déconstructions qu’il opère est un des aspects de la “culture de mort”.
    Déjà Picasso reconnaissait :
    ” Plus c’est laid, plus les imbéciles achètent. […] Je suis seulement un amuseur public qui a compris son temps et épuisé le mieux qu’il a pu l’imbécillité, la vanité, la cupidité de ses contemporains. […] Dans l’art, le peuple ne cherche plus consolation et exaltation […] mais l’étrange, l’original, l’extravagant, le scandaleux […]. J’ai contenté ces maîtres et ces critiques avec toutes les bizarreries changeantes qui me sont passées en tête. Et moins ils comprenaient, plus ils m’admiraient […] Je n’ai pas le courage de me considérer comme un artiste dans le sens grand et antique du mot […]. Je me suis largement servi de la bêtise des gros bourgeois, mais quand je me retrouve seul devant un Rembrandt, j’ai honte de moi-même.” (Lettre à son ami Giovanni Panini, 1952) Le sens de la transcendance du Beau, ne l’avait donc pas quitté, mais il l’avait trahi.
    Et Jean Joseph Goux (Pr Philo, Rice University) peut justement conclure: “La peinture moderne n’est-elle pas le corrélat plastique exact de la mort du Dieu chrétien ? Picasso n’est-il pas le Nietzsche de la peinture? ”
    C’est d’autant plus vrai que ces deux “sommités”de l’athéisme détestaient l’Homme, chacun à sa manière:
    – “La pensée du suicide est une puissante consolation.”
    (Nietzsche)
    – “Je hais le visage de l’homme car il révèle une âme.” (Picasso)

  8. On est tellement habituer a voir des ÂNERIES,que plus c’est con plus on tombe dedans.

  9. Tous les jours il`y a des cas comme ça:
    – Allemagne, Une femme de ménage jette à la poubelle une “ouvre d’art” http://www.allemagne-au-max.com/forum/une-artiste-reactive-et-intelligente-vt15023.html
    – New York, un Matisse à l’envers, personne ne remarque: http://secouchermoinsbete.fr/6486-un-matisse-expose-a-lenvers
    – Kandinsky ne savait même pas dans quel sens étaient ses peintures http://secouchermoinsbete.fr/33930-lart-abstrait-decouvert-par-hasard-par-kandinsky
    – Italie, une autre oeuvre balancée à la poubelle: http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2015/10/27/03015-20151027ARTFIG00284-une-oeuvre-d-art-contemporain-jetee-a-la-poubelle-par-erreur.php
    – À Venise, une boite de chaussures vide de l’artiste Gabriel Orozco connu le même sort.
    Et ainsi de suite

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services