Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique / France : Politique en France

François-Xavier Bellamy se dit plus proche de Macron que de Marine Le Pen pour les européennes [Add.]

François-Xavier Bellamy se dit plus proche de Macron que de Marine Le Pen pour les européennes [Add.]

Le vernis n’aura pas tenu très longtemps. François Fillon avait attendu 5 minutes après le 1er tour de 2017 pour appeler à voter Macron. Là, l’élection n’a même pas encore eu lieu que LR choisit déjà son camp… Pire, sur le fond, François-Xavier Bellamy n’exclut pas, dans l’avenir, un transfert plus net encore de notre souveraineté vers l’UE. LR avait prévenu : c’est un trio qui a été désigné pour conduire la liste et François-Xavier Bellamy n’est pas libre.

Cerise sur le gâteau, il déclare même : “Je suis plutôt Juncker qu’Orban”

La tête de liste des Républicains (LR) pour les élections européennes, François-Xavier Bellamy, qui se dit plus proche des thèses d’Emmanuel Macron que de celles de Marine Le Pen, illustre l’ampleur du défi à relever par un parti qui tente d’incarner une troisième voie sur l’Union européenne (…)

Il n’y a pas d’Europe sans le fait d’exercer en commun des éléments de souveraineté“, a ainsi déclaré François-Xavier Bellamy lors d’une rencontre avec les journalistes de l’association Europresse. “Ce qui est certain, c’est qu’entre la vision d’Emmanuel Macron et la vision de Marine Le Pen, je serais clairement plutôt du côté d’Emmanuel Macron.”(…)

“Je ne crois pas à la vision proposée par Emmanuel Macron qui consiste en gros à dire que, dans la mondialisation que nous vivons aujourd’hui, l’époque des Etats-nations est terminée et que l’Europe devienne ce grand ensemble auquel nous allons transférer notre souveraineté“, souligne la tête de liste LR.

Mais il ne l’exclut pas dans l’avenir.

“Aujourd’hui, ce ne serait pas souhaitable. Mais si demain on a réussi à faire progresser la conscience européenne, la conscience d’une communauté culturelle européenne, eh bien ça pourrait devenir souhaitable“, dit-il.

On se souvient du second tour de la présidentielle de 2017 à Versailles où Emmanuel Macron avait remporté 76,15% des voix contre 23,85% pour Marine Le Pen…

Addendum : François-Xavier Bellamy conteste l’interprétation qui aurait été faite de ses propos et essaye de préciser sa pensée :

Je découvre ce soir, avec étonnement, une dépêche relatant en quelques lignes les échanges que j’ai eus hier avec des journalistes, et qui va manifestement contre le sens de mon propos.

– A l’occasion de cette rencontre, j’ai redit, comme je l’explique sans discontinuer depuis des semaines, qu’il ne peut y avoir une souveraineté européenne puisqu’il n’y a pas de peuple européen, et j’ai rappelé combien ce point me distinguait radicalement de la vision évoquée par Emmanuel Macron dans plusieurs de ses discours, qui décrivaient un projet clair de dépassement des nations. J’ai indiqué qu’à mon sens il ne pourrait y avoir de démocratie européenne que s’il y avait un peuple européen, et qu’aucune décision politique ne pouvait faire exister un peuple unique au mépris de la lente maturation de l’histoire, des cultures et des langues qui font la belle richesse de l’Europe dans la diversité des peuples qui partagent en elle une civilisation commune. Je ne comprends pas qu’on puisse tirer de ce raisonnement très clair une conclusion inverse à celle que je ne cesse de défendre depuis plusieurs semaines.

– Sur Viktor Orban, j’ai expliqué le sens de la présence du Fidesz au sein du PPE, et j’ai expliqué pourquoi, comme Arnaud Danjean, je n’aurais pas voté en faveur d’une procédure contre la Hongrie. Cela ne signifie pas que nous soyons d’accord en tous points avec les politiques menées par le gouvernement hongrois, et j’ai indiqué en particulier que je trouve indignes du débat public les attaques ad hominem que Viktor Orban a mises en scène contre Jean-Claude Juncker ces derniers jours, et qu’à ce titre je me sentais solidaire de ce dernier.

– Le troisième point est le plus significatif : tout le sens de mon engagement dans cette campagne, c’est d’empêcher le débat politique de sombrer dans un affrontement stérile entre « populistes » et « progressistes » – entre l’impuissance des colères et l’inconscience du déni, qui s’alimentent réciproquement. Je ne crois pas que l’avenir de la France sera plus libre et plus prospère en détruisant l’alliance des démocraties européennes, c’est vrai : et de ce fait, je ne me reconnais pas dans la critique systématique incarnée par Marine Le Pen ou Nicolas Dupont-Aignan. Pour autant, croire que l’Europe est nécessaire ne nous oblige pas à poursuivre le projet d’Emmanuel Macron, celui d’une fuite en avant fédéraliste, que personne d’ailleurs ne partage parmi les autres pays de l’Union. Il a proposé à Athènes et à la Sorbonne une vision très explicite, et elle permettra s’il la défend aujourd’hui de susciter un vrai débat ; car cette vision n’est absolument pas celle en laquelle je crois pour l’avenir de notre pays, et de l’Union Européenne. Je ne crois pas, je ne veux pas que l’avenir de l’Europe passe par une dépossession de la souveraineté des démocraties qui la composent – et, comme je n’ai cessé de le dire ces dernières années et de le répéter encore clairement au cours de ce déjeuner, c’est pour cette raison que je ne crois pas en une armée européenne, en un budget de la zone euro, ou dans des élections sur des listes transnationales par exemple

Tous mes écrits, mes propos, mes choix, confirmeront la constance de cette conviction. Notre ligne est claire : nous voulons agir pour sauver le projet européen de la défiance qu’il suscite, en le remettant de façon pragmatique et efficace au service des peuples européens, au service des citoyens français. C’est ce que nous avons défendu ces derniers jours sur les questions d’agriculture – ce que nous continuerons de proposer face au défi migratoire, à la guerre économique, à la crise écologique… Sur tous ces sujets, nous avons besoin de repenser l’Europe pour nous permettre de maîtriser notre destin, et non de le subir. Tout au long des prochaines semaines, nous continuerons de faire des propositions concrètes et précises en ce sens. Elles iront peut-être au-delà du jeu installé entre « populistes » et « progressistes » ; mais notre avenir mérite bien qu’on ne se contente pas d’idéologies simplistes. Il nous faut une alternative, claire, pragmatique, sérieuse, et authentiquement démocratique. Nous allons la défendre ensemble.

Partager cet article

37 commentaires

  1. c’est la loi des scrutins démocratiques, n’est ce pas aussi la faute de Marine Le Pen qui harangue mais a des programmes à géométrie variable. Elle a des bons diagnostics mais ne sait pas les concrétiser.
    Le passage à l’UE a été ressenti comme un cataclysme, beaucoup de français ont peur de le revivre.

  2. C’est la chanson : ” C’est un beau roman, c’est une belle histoire ” qui me vient à l’esprit ! Quel dommage, nous étions nombreux à compter sur lui. Et non : il faut revenir sur terre, une droite française rassemblée, c’était un rêve.

    • Seuls les gogos et autres déconnectés pouvaient compter sur lui. Quand on est de vraie droite , et suffisamment “armé” (niveau éducation / formation politique), on a aucune raison de compter sur une personne qui vient de LR, parti de fausse droite. Quand on est “adoubé” par ce parti, c’est déjà qu’il y a un problème “idéologique”… c’est être bien naïf que de ne pas le voir…..

      • Arrêtez d’attaquer les personnes sur leur éducation, formation etc… Je passerai sur les qualificatifs de ” gogos ” ou ” autres déconnectés ” : cela dessert la cause que vous voulez défendre.
        Élevez le débat, portez-le au niveau des idées. Et en cela FX Bellamy est armé. Restons SVP entre gens bien éduqués, si cela vous est possible ?

  3. Quos vult perdere Jovis dementat mentem

  4. finalement ces LR il n’y en a pas un pour racheter l’autre , bientôt il va nous dire qu’il est pour le mariage taubiresque et pourquoi pas la PMA, rien ne m’étonnera plus ces gens-là. Rien dans le froc tout à la remorque socialiste, j’espère qu’il va prendre une déculotté magistrale, il verra ce que ça fait d’être proche du banquier

  5. Marrant de se sentir plutôt du coté de Macron concernant l’UE… c’est-à-dire du coté de l’ISOLEMENT politique … car Macron est isolé en Europe (seul alliée : Merkel), faut un peu sans rendre compte !!…. l’avenir est aux populistes, pas aux eurogagas…. L’idéologie européiste de Macron qui est une idéologie d’échec ne fait plus rêver grand monde…. et bien… Bellamy se met du coté de ces ringards ! fort hein ?

  6. Sans surprise et parfaitement logique : c’est le représentant d’un parti bourgeois qui préfèrera toujours ses intérêts de classe au détriment de l’intérêt national et du bien commun. Mais ce n’est pas nouveau : la bourgeoisie Versaillaise a déjà un lourd passif en la matière ; entre l’Eglise et la Banque, elle choisira toujours la Banque, et tant qu’il en sera ainsi, la fuite en avant libertaire et sociétale continuera de plus belle, puisque l’un et l’autre ne font qu’un…
    A part faire fusiller un peuple désarmé en 1871, et approuver pour beaucoup d’entre-eux la répression contre les GJ aujourd’hui, ces braves bourgeois catholiques n’ont jamais tenté le moindre coup de force contre la République, à une époque où ils en avaient encore les moyens… Pourquoi ? Que valent donc les “valeurs” qu’ils sont censés défendre s’ils partent du principe que tout est négociable ?
    Ensuite, effectivement c’est un trio, dont le personnage le plus important n’est pas Bellamy mais Danjean, qui est un homme de réseau représentant du pouvoir profond ; c’est le plus dangereux de la bande, et pour savoir où il veut orienter cette liste il suffit de regarder son CV, ce qui correspond parfaitement à ce que Bellamy expose : le peu de souveraineté qu’il nous reste va passer à la moulinette ; la seule différence avec Macron étant peut-être une fois de plus celle du calendrier…

    • Vous avez tellement raison hélas, à propos de la bourgeoisie catholique ou non, et ses choix… La trahison des notables, des clercs, des nantis et autres possédants est une malheureuse tradition solidement établie dans notre pays ! Jeanne d’Arc, Napoléon et le général de Gaulle l’ont appris à leurs dépens…

  7. Il était pour l’expo de Koons dans le château de Versailles, c’est un signe qui ne trompe pas.
    Mais si, Koons, souvenez vous, c’est les “œuvres d’art” pédoporno en plastique… du style des petits singes entre les jambes de Michael Jackson…

  8. Ça finit toujours comme ça avec les démocrates-chrétiens : le virus démocrate arrive à un moment donné à faire exploser l’oxymore et c’est le chrétien qui immanquablement fait les frais de cette alliance contre nature…

  9. Catholique et proche de Macron ! Quel grand écart ! Attention au claquage mon pauvre François-Xavier…

    Proche de Junker… Et tu comptes aller communier ?

  10. Il faut dénoncer les techniques de camouflage pratiquées par LR.
    En vérité, la politique que LR a suivi, et que ce parti continue de préconiser, est identique à celle de Macron, notamment sur les deux sujets majeurs pour la souveraineté et l’identité de notre pays que sont l’UE et l’immigration.
    C’est pourquoi il est absurde de prôner l’union des droites, sauf à renoncer à sauver notre nation.

  11. Le rôle de M. Bellamy est révélé officiellement avant les élections : siphonner les voix RN pour LR qui, à son tour se fera un devoir de les offrir à JUPITER en échange d’un plat de lentilles ou d’un hochet du même acabit.
    Il reprend ainsi le flambeau tenu longtemps par le Vicomte Philippe Marie Jean Joseph Le Jolis de Villiers de Saintignon, excellent président de la Vendée, génial fondateur du Puy du Fou, mais médiocre politicien dans la défense de la France contre les tyrans bruxellois.

  12. Finalement la mise au point (add) de Bellamy ne change strictement rien du tout. Il ment. MLP et NDA ne sont pas dans une critique “systématique”… ça se saurait !! (ce serait plutôt ASSELINEAU qu’il est, d’ailleurs ce dernier accuse bien le RN et MLP, et NDA ne pas être assez hostile à l’UE….. la preuve que Bellamy est un meteur). simple exemple…..

  13. Il y avait peu à attendre de Bellamy sur le plan politique, mais ses options éthiques pouvaient néanmoins nous laisser espérer qu’il défende les Nations, les patries, la vie, la résistance à l’immigration-invasion.
    Il n’en est malheureusement rien, et toutes ses fausses excuses a posteriori n’y changeront rien. Il a choisi d’emblée de se ranger dans le camp des euro-mondialistes de Macron-Merkel contre celui des Patriotes Marine-Orban-Salvini.
    Très mauvais calcul car il perdra sur les 2 tableaux.
    Décidément, la fausse droite ne déçoit jamais dès lors qu’il s’agit de trahir ses électeurs…

    • Oui ses précisions ne changent rien.

      J’admire son courage d’aller s’en prendre à Orban, attaqué de toutes parts, et de hurler avec les loups contre les petits coups de griffe qu’Orban rend en retour de tous les coups qu’il reçoit.

      • Oui, en effet : être un homme politique “courageux” et engagé, de nos jours, c’est être en désaccord avec Salvini, Orban, et pour les plus héroïques, Poutine et Trump tant qu’on y est. Arrêtez, je m’étrangle, je vais mourir asphyxiée par le fou-rire !

  14. Après l’addendum: F.-X. Bellamy semble découvrir que, dans les propos d’une personnalité politique non “bien-pensante”, “on” ne relève que ce qui va dans le sens de la bien-pensance, question de dresser contre lui ceux qui l’ont connu “non bien-pensant”. Pourra-t-il déjouer le plan prévu (“siphonner les voix RN pour LR qui, à son tour se fera un devoir de les offrir à JUPITER en échange d’un plat de lentilles ou d’un hochet du même acabit”) et arriver à siphonner les voix hésitant entre LR et LREM pour peser, au Parlement européen, sur une déconstruction-reconstruction de ce “machin-bis”? On peut rêver … et éventuellement prier (même en ignorant “comment ça marche”, ce qui amène nos “je pense rationnel et scientifique” à en conclure que “donc ça ne marche pas” au mépris de l’observation du réel).

  15. Personnellement, je trouve que vous êtes d’assez mauvaise foi.
    En effet vous commencez votre article en répétant ce qu’interprètent certains journalistes, qui ont pourtant déformé ces propos, et en écrivant vous même au début de votre article, qu’il s’est “trahi” (vous avez écrit : “le vernis a craqué”), donc qu’il nous a trahi !
    Sauf que vous terminez en le laissant (heureusement quand même) vous dire qu’il n’a jamais dit ça, et que ses propos ont été déformés !… Et, en plus, il vous explique en quoi ses propos ont été déformés. Alors, pourquoi le “démolir” au début de votre article ?
    C’est une façon de faire qui ne vous honore pas, et à laquelle je ne suis pas habitué, vous concernant.
    Ca me rappelle un petit souvenir: au moment de la dernière présidentielle, vous avez pareillement démoli François Fillon… Ce qui nous a donné Monsieur Macron.
    Bravo.

    • Fillon = Macron déjà (plan A = Macron, plan B = Fillon) la preuve Fillon a été le PREMIER à appeler à voter Macron… 5 mn après la proclamation des résultats !!! Si c’est pas une proximité idéologique c’est QUOI ??

      De deux, on est capable de réfléchir et on LIT ce qu’a dit Bellamy. Et ce qu’il a dit est bien …. condamnable. On n’a pas besoin d’interprétation de journalistes, du Salon beige ou de qui que ce soit pour se faire une opinion de Bellamy. Il suffit de l’ECOUTER et de le LIRE

    • Parce que voter pour cette fripouille FM:. de Fillon, ça vous paraissait souhaitable à vous? ça ne vous avait pas suffi de l’avoir comme Premier Ministre de Sarko???

    • Fillon n’aurait rien fait comme Sarcozy, Chirac et toute la clique des pourris!
      Il faut savoir dire la vérité, je trouve que le SB a le courage de le faire.

    • @Sarrazin A qui vous adressez vous ?
      On n’arrive plus a suivre, dans ce feuilleton de la Droite toujours perdante (Bellamy, qui déçoit et Dupont-Aignan, qui, comme en janvier 2015 est à la traine du “politiquement correct” du moment
      Ce qui est absolument sûr, c’est que ni l’un, ni l’autre, n’ont la trempe nécessaire pour redresser la France.

  16. Il s habille de vestes réversibles et cette réversibilité se fait plus rapidement que l autre clown italien qui change d habits, plus vite que son ombre. Bellamy est un “digne” descendant du Sillon . À dégager ! Suivant ? Toujours déçu en republique ! Rien ne change !

  17. Je suis d’accord avec vous. Je ne vois pas l’objet de cet article à charge.

  18. Ce qui m’épate, c’est que quelqu’un de notre famille d’idées ait pu espérer la moindre chose d’un gars -quel qu’il fût- qui accepte de se ranger sous la bannière LR. LR, pour les alzheimériens, c’est RPR-UDF-UMP etc… tout mélangés avec un robot ménager premier prix. C’est donc le parti de Chirac, de Juppé, de Léo, de Sarko, du FM Fillon (adoré aussi des bons cathos-commifo), Toubon, Madelin, Arthuis (l’Euro, vous vous souvenez?), Millon, Douste-Blazy, Alliot-Marie, Devaquet (ça ne vous dit rien?) etc…etc…Alors franchement, qui peut espérer la lune d’un versaillais fils de ces gens-là?
    Et puis, par nature, je me méfie systématiquement des gens que les bons cathos trouvent “remarquâââble”, c’est toujours mauvais signe. Comme le dit notre ami “F.Jacquel”, le précédent c’était Villiers, lequel se bonifie grandement avec l’âge certes, mais était le premier à appeler à voter “contre”. Contre toujours le même, quitte à soutenir une fripouille du calibre de Chirac. Après, dans les idiots utiles admirés des cathos, il y a eu Boutin (soupir). Elle aussi appelait à voter “contre” ! Et puis il y a eu les bisounours de la Manif pour tous. Eh oui, défiler avec un ballon rose et un souite à capuche de voyou des banlieues (rose aussi, assorti au ballon), ça donne une délicieuse impression de transgression. Mais attention : pas question de faire trembler la République, ça risquerait de nuire aux actions en Bourse. Donc on frémit d’horreur à l’idée de frayer avec le Printemps Français ou autre “groupuscule” aux idées un peu trop affirmées. Le résultat de LMPT après coup, à se demander si cela n’a pas été téléguidé depuis le début, par l’excitée au pseudonyme graveleux ou par d’autres, c’est 1. Que nous sommes tous fichés, et qu’ils savent que nous sommes plus nombreux qu’ils ne le croyaient, 2. Qu’ils nous savent définitivement et désespérément inoffensifs. Si les Gilets Jaunes étaient allés à Paris à un million, ils auraient pris l’Elysée c’est certain ! 3. (oui, d’accord, c’est peut-être moins grave, mais pas anodin tout de même) Toute la jeunesse catholique se croit habillée désormais quand elle se couvre de cet espèce de hideux sac poubelle, réservé jusque là aux quartiers chauds de la capitale. Quel bilan !

  19. Le gars est POUR l’avortement et il trouve des défenseurs sur le salon beige.
    Incroyable.

  20. C’est bien la mécanique démocratique qui pervertit voire pourrit les candidats. Le système électif par le biais des partis est une invitation à la prostitution politique mais aux enchères : on offre son corps (ou vu d’en face, son bulletin) au plus offrant pour servir un bien particulier au détriment du bien commun.
    C’est ainsi qu’un candidat pouvant apparaître prometteur et un peu au dessus de la moyenne qualitative sera immanquablement perverti et broyé par le système des partis qui a la propriété au mieux de raboter toute personnalité affichant ses convictions et au pire de la dissoudre dans le néant.
    Donc nous devons nous y résoudre, nous ne verrons jamais apparaître un candidat de qualité en démocratie.

    • Il me semble que votre analyse rejoint celle de Simone Weil dans sa “Note sur la suppression générale des partis politiques”. Bravo.

      Maintenant qu’allons nous faire pour envoyer à Bruxelles un maximum de députés qui pourront former avec ceux d’autres pays comme la Hongrie, Pologne, Tchéquie, etc….Italie, et même Allemagne, un groupe assez puissant (surtout pas un “parti”!) pour faire exploser le carcan mondialo-unioniste européiste qui fait mourir nos peuples à petit feu?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]