Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Laïcité à la française / France : Politique en France

François Hollande et la laïcité

Dans Présent, Jeanne Smits commente la proposition de françois Hollande d'inscrire la loi de 1905 dans la Constitution :

"(…) La promesse soulève de multiples questions. La Constitution proclame déjà la laïcité en son article premier. La loi de 1905 de séparation de l’Eglise et de l’Etat fait en tant que telle partie du « bloc de constitutionnalité » (…)

En Alsace et en Moselle, toujours régi par le Concordat de 1801, où les ministres des cultes (mais point ceux de l’islam) sont rémunérés par l’Etat, l’Institut du droit local alsacien-mosellan affirme que la solennisation de l’inscription de la loi de 1905 conduira à abroger « tout le Concordat, le droit local des cultes ». Il semblerait que François Hollande n’y ait pas pensé (…)

Que vise électoralement le « cheval » du PS ? Une riposte au développement du communautarisme islamique (à l’instar de la promesse de Marine Le Pen de faire inscrire dans la Constitution « la République ne reconnaît aucune communauté », ce qui constitue une négation de la réalité tant naturelle que surnaturelle…) ?

On peut s’interroger sur l’efficacité d’une telle opération. Elle aboutirait à mettre encore davantage sur un pied d’égalité les religions traditionnellement reconnues en France – voir l’exemple alsacien et mosellan – avec l’ensemble politico-juridico-religieux qu’est l’islam, fort avant tout de nos faiblesses religieuses. Cela explique le premier mouvement de satisfaction du recteur de la Grande Mosquée de Paris : Dalil Boubakeur a déclaré avoir réagi « hyper-favorablement » à la promesse de François Hollande, avant de revenir un peu sur son enthousiasme.

La République française a déjà rejeté Dieu dans la sphère privée, soumis le bien et le mal au vote majoritaire, ruiné les pouvoirs des corps intermédiaires, saccagé le droit des familles, sapé les fondements mêmes de la loi – il a même fallu un génocide pour en arriver là.

La laïcité ne nous sauvera pas."

Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

Merci,

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

4 commentaires

  1. Ne reconnaître aucune autre communauté de même rang que la communauté nationale, dans une constitution, ce n’est pas ”nier la réalité tant naturelle que surnaturelle”.
    Je ne vois pas clairement de quelles réalités surnaturelles devrait traiter une constitution.
    Refuser le communautarisme ce n’est pas nier les communautés naturelles comme la famile ou d’autres, c’est refuser que des communautés allogènes se placent au même rang que la communauté nationale et ses composantes. Marine LE PEN ne nie pas la famille ou les professions, etc…..
    Il est donc difficile de placer ensemble ce que proposent F. HOLLANDE et M. LE PEN : leurs propositions ne se situent pas sur le même plan.

  2. @ PG
    Et si on essayait de voir les choses objectivement, comme elles sont, sans être a priori pour (ni contre) TOUT ce que dit Marine Le Pen ?
    Il me semble d’une évidence solaire que la phrase « la République ne reconnaît aucune communauté », prise au sens strict, constitue une négation de la réalité tant naturelle (la communauté familiale) que surnaturelle (cette communauté surnaturelle qu’est l’Église).
    Peut-être que, effectivement, comme vous le dites, Marine Le Pen n’entendait écarter que les communautés allogènes et non les communautés naturelles, mais en ce cas, admettez au moins que sa phrase était ambiguë…
    Quant à savoir de quelles réalités surnaturelles devrait traiter une constitution, eh bien de l’Église, tout simplement ! Vous n’avez jamais entendu dire que saint Pie X a condamné la séparation de l’Église et de l’État ? Vous devriez relire son texte à ce sujet.

  3. QUID de la DUDHC de 1789 qui se place en Préambule “sous les Auspices de l’Être Suprême” !? Même sous cette appellation maçonnique, c’est tout de même à DIEU et sous sa conduite que se place le Droit fondamental du régime. Il semble également avoir oublié ce “détail” !

  4. @ Jérémie
    Je vous remercie de vouloir m’apprendre que St Pie X avait condamné la loi de 1905…..Mais il n’est pas certain que sa position serait la même aujourd’hui, dans une société post chrétienne : la position concrète de l’Eglise a toujours été adaptative sur ce sujet aux moments historiques.
    Dans les pays où la séparation n’a pas eu lieu, le laïcisme est tout aussi présent, tout comme l’euthanasie, l’avortement, le mariage gay, etc….Regardes nos voisins euroépéens à Concordats, à commencer par la Belgique ou l’Allemagne. Nous avons fait un mythe de ce Concordat qui n’a été qu’une parenthèse de l’histoire de France. De plus la manière dont l’Etat a nommé les évêques sous l’ancien régime, particulièrement à partir du XVII ème siècle, n’a pas nécessairement servi la foi.
    Mais pensez-vous possible de rétablir le Concordat en France sans qu’il devienne obligatoire alors de l’étendre au culte musulman ? Là est la question, non théorique, mais politique : car comment croire possible de décréter que le catholicisme est la religion officielle de la France actuellement, en 2012 ? Ne rêvons pas.
    Ce que je voulais dire, c’est qu’en matière constitutionnelle, parler de communauté aujourd’hui, c’est, sans le nommer (lois anti racistes et anti discrimination actuelles qui empêchent de tout nommer par son nom) dans un texte constitutionnel, parler du communautarisme musulman revendiqué et appliqué au Canada avec la Charia et également dans certains quartiers anglais.
    Les communautés naturelles sont les corps sociaux : aucun texte n’en parle dans la constitution. Aussi refuser les communautés au niveau constitutionnel ne porte nullement atteinte aux corps sociaux.
    Il y a donc une certaine inadéquation aux faits, me semble t il, dans l’équivalence que J. SMITS établit entre F. HOLLANDE et M LE PEN.
    Telle était ma remarque, d’ordre simplement formel et juridique.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services