François Hollande est entré en campagne pour sa réélection

Avec 12% d'opinions favorables seulement, il ne peut que progresser et est déjà en tête des intentions de vote pour la primaire de la gauche. Voici ses premières déclarations de campagne :

"Il y a bien une reprise en France et un début d'inversion de la courbe du chômage. C'est un fait indiscutable. Notre croissance sera supérieure à 1,6% cette année, ce qui nous permettra de créer au moins 200.000 emplois"

"J'avais dit au printemps dernier qu'une baisse supplémentaire d'impôt sur les ménages était possible, si nous disposions des marges de manoeuvre liées à l'amélioration de la croissance (…) Ce geste fiscal, qui ne pourrait être supérieur à 2 milliards d'euros, viendrait s'ajouter aux allégements accordés depuis 2014 (…) Ma préférence irait vers une mesure ciblée pour les classes moyennes.

François Hollande est un fin manœuvrier et c'est pourquoi certains croient encore en lui et le soutiennent (ici, ici, ici et ici). Marianne met en garde ceux qui voudraient l'enterrer trop vite :

"Il est évidemment le candidat socialiste le mieux (ou le moins mal) placé pour battre le candidat des LR, que ce soit Juppé ou Sarkozy, et on sait que, depuis quelques années ( depuis 2006 inclus : c'est uniquement pour cette raison que les militants socialistes avaient choisi Ségolène Royal), ce critère est le critère déterminant dans toutes les primaires ; on peut déplorer ce rôle capital que jouent désormais les sondages dans les primaires et le choix des candidats, mais c'est un état de fait qu'on ne peut ignorer (…) N'oublions jamais qu'une présidentielle se joue toujours dans les trois derniers mois , et que nous en sommes encore bien loin."

Marine Le Pen et le FN ne devraient donc pas tout miser sur un second tour face à Alain Juppé. L'hypothèse d'un affrontement entre Marine Le Pen et François Hollande n'est pas à exclure. C'est pourquoi, Marine Le Pen devrait d'abord rassembler les électeurs de droite…dès maintenant.

Laisser un commentaire