Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

François Hollande, artisan du “chaos constructif”

Diplomate de 1972 à 2009, Pierre Charasse fut ambassadeur,
notamment au Pakistan, en Uruguay et au Pérou, et a représenté la
France dans de nombreuses instances internationales. Il vient d'adresser une lettre ironique à François Hollande sur la crise syrienne. Extraits :

"Lorsque cette mission humanitaire sera terminée et que Bashar Al
Assad aura fait amende honorable après la tripotée qu’on va lui mettre
tout en le laissant au pouvoir, vous aurez la satisfaction d’avoir
contribué à appliquer en Syrie la théorie du « chaos constructif »
élaborée par des « think tanks » américains à l’époque de George Bush,
en espérant que les grandes entreprises américaines, principales
bénéficiaires du chaos, auront  la bonté de laisser aux entreprises
françaises la possibilité de tirer quelques avantages du désordre
institutionnalisé qui a désormais vocation à se substituer à des Etats
forts comme c’est le cas en Irak ou en Libye. Quelques contrats
pétroliers feraient bien l’affaire de nos grands groupes."

Partager cet article

4 commentaires

  1. Ah qu’ils sont malins ! Pour nous dire, sans le dire, que ce ne sont pas les rebelles qui ont utilisé les gaz, les Allemands nous disent que ce n’est pas Assad qui personnellement a donné l’ordre de les employer. Des subordonnés lui ont donc forcé la main, lui est innocent !
    Comprendre : on pourrait donc ratatiner militairement la Syrie, mais épargner Assad.
    Ah qu’ils sont malins !

  2. @ clinia
    Bien vu !

  3. La doctrine de remodelage du Grand Moyen-Orient :
    – Dès 1957, le Premier ministre israélien évoquait l’idée de dépecer le Liban sur des bases confessionnelles. Dans article publié, en février 1982, par la revue de l’Organisation sioniste mondiale Kivunim (Directions), sous le titre « Une stratégie pour Israël dans la décennie 1980 », un journaliste israélien qui avait travaillé pour le ministère israélien des Affaires étrangères, exposait que la stratégie d’Israël devait consister à favoriser l’éclatement des pays arabes sur des bases confessionnelles ou ethniques. Il soutenait que le plan de décomposition du Liban en petits cantons confessionnels, à laquelle les israéliens travaillaient depuis la fin des années 60 avec la complicité de certains extrémistes maronites, devait être appliquée à tout le monde arabe, notamment à l’Irak (trois Etats sunnite, kurde et chiite), à la Syrie (trois Etats alaouite, druze, sunnite), à la Jordanie (une partie pour les bédouins et l’autre pour les Palestiens) et à l’Arabie saoudite qui devait être amputée de ses provinces pétrolières et ramenée à une mosaïque tribale.[..]
    – La théorie bien connue avancée, depuis longtemps, par les stratèges israéliens a été tout simplement reprise et actualisée par les cercles néoconservateurs qui inspirent la diplomatie de l’administration Bush. Le projet de remodeler le Proche-Orient par une politique de « chaos constructeur » fut conçu dans les années 1990 puis exposé par George Bush II lors d’un discours prononcé le 26 février 2003, quelques jours avant l’agression des Etats-Unis contre l’Irak. Connue sous le nom de l’ « Initiative de Grand Moyen-Orient » (Greater Middle East Initiative), cette doctrine vise au remodelage d’un prétendu Grand Moyen-Orient regroupant un vaste ensemble d’Etats du Maroc à la frontière chinoise, avec les pays arabes, Israël, la Turquie, l’Iran, l’Afghanistan et le Pakistan.[..]
    – De fait, ce nouveau « Grand Moyen-Orient » conçu sur des découpages confessionnels, nationaux et ethniques très arbitraires ne serait pas plus sûr que l’actuel. Au contraire, il deviendrait une véritable poudrière. Mais cela ne semble pas perturber Ralph Peters qui déclarait dans une conférence prononcée en 1997 : « Le rôle imparti de facto aux forces des États-Unis consistera \[dans le futur] à tenir le monde pour la sauvegarde de notre économie et ouvert à notre assaut culturel. À ces fins, nous devrons commettre un bon paquet de massacres ». Peters est également l’auteur d’une autre formule lapidaire qui résume bien l’idéologie des néoconservateurs : « Gagner signifie tuer » (Armed Forces Journal, septembre 2006).
    – Selon le chercheur Pierre Hillard ( voir Balkans Infos, septembre 2006), « les propositions de Ralph Peters et les appels lancés à un changement radical des frontières du Moyen-Orient ne sont évidemment pas le résultat des réflexions d’un seul homme soucieux d’occuper son temps. De nombreuses études ont été lancées au sein des instances militaires américaines comme dans de nombreux think tanks appelant à revoir les limites frontalières de ces Etats ». A cet égard, il est notable que Ralph Peters est membres du Project for the New American Century, un think tank (groupe de réflexion) néoconservateur et pro-israélien présidé par William Kristol, dont l’objectif est la promotion de la domination mondiale américaine et qui rassemble les principaux dirigeants de l’administration Bush : Dick Cheney, vice-Président des Etats-Unis, Donald Rumsfeld, secrétaire à la défense, Elliot Abrams, émissaire de la Maison Blanche pour le Proche-Orient, Lewis Libby, un proche de Benyamin Netanyahou, et Paul Wolfowitz, actuel directeur de la banque mondiale qui a été la cheville ouvrière de l’agression et de l’occupation de l’Irak. 10/2006 bit.ly/19bcwQx

  4. Ceux qui se moquent de François Hollande, chef d’Etat, feraient bien de se demander si le “caniche” et le “valet” n’est pas de ce point de vue là aussi, un pur produit de l’ENA.
    Combien, parmi nous, agissent de même, de façon aussi servile, avec leurs supérieurs hiérarchiques?
    Combien agiraient autrement si on leur avait rendu un fier service? Car après tout, DSK a connu une cruelle infortune aux Etats-Unis, mais elle a profité a François Hollande.
    Mgr Tihamer Toth relatait dans un de ses livres les propos d’un païen Grec répondant à son ami qui sollicitait un renvoi d'”ascenseur” (anachronisme):
    “Je suis ton ami, mais seulement jusqu’à l’autel”
    Et le prélat hongrois de souligner que cette parole de l’éminent paien aurait pu faire rougir bien des catholiques.
    Mais plus près de nous, l’émission consacrée à maître Jacques Vergès est pétrifiante car on a l’impression que les hommes de cette trempe n’existent plus:
    http://www.radiocourtoisie.fr/14175/libre-journal-de-lydwine-helly-du-3-septembre-2013-hommage-a-jacques-verges/
    Si vous manquez de temps, allez directement à la rediffusion de l’interview de maître Vergès, portant sur son livre “Le Salaud lumineux” mais qui déborde sur les sujets actuels.
    “- Pourquoi avez-vous défendu un tortionnaire nazi?
    – Mais à 17 ans, j’étais dans la Résistance.
    – Mais… mais vous ne nous l’aviez jamais dit.
    – Mais, mais vous ne me l’aviez jamais demandé.”
    Un homme secret, sensible, ayant été communiste (mais mal vu par ses camarades) avec une sensibilité pour la littérature d’ultra droite.
    Et un Eurasien.
    Refus de Jacques Vergès d’entrer au Who’s who :
    “Madame,
    Je reçois votre invitation et vous en remercie vivement. Malheureusement je dois la décliner car je ne pourrais supporter longtemps le voisinage de la moitié des occupants de votre annuaire qui représente en effet tout ce que j’abhorre en ce siècle: la culture de l’énarque, l’élégance du parvenu et la morale du faussaire. Tous humanistes.”

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services