Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

François Fillon veut faire participer les internautes à son projet

François Fillon a décidé d'«écouter» les sympathisants UMP en

«ouvrant une réflexion collective sur Internet et les réseaux sociaux, espaces de débat à la hauteur de nos ambitions démocratiques».

François Fillon va interroger les internautes 8 thèmes (sécurité, justice, souveraineté, société …) jusqu'à la fin du mois d'août. Actuellement, deux thèmes sont ouverts: institutions et compétitivité. L'internaute, pas forcément encarté, peut répondre par «favorable», «défavorable» ou «ne se prononce pas» sur une série de cinq questions. Par exemple, «Êtes-vous favorable au fait de rendre obligatoire la présence des parlementaires pour les votes importants?» ou «Pensez-vous qu'il faut donner aux entreprises la possibilité de sortir des 35 heures par de nouveaux accords sur le temps de travail?». L'internaute peut également ajouter un commentaire à la fin du questionnaire.

François Fillon explique :

«Aujourd'hui mon rôle, c'est de vous écouter, militants de la droite et du centre, pour construire avec vous un projet d'alternance. Ce projet ne peut pas être le fruit de compromis et de prudence tactiques. Il doit être à la hauteur des enjeux et le socle de notre rassemblement.» 

Partager cet article

6 commentaires

  1. Donc à nous de nous mobiliser pour que nos idées soient entendues. J’avais lancé un appel à ce propos la semaine dernière, je me permets d’y laissé mon lien http://mistertibs.wordpress.com/2012/07/13/liberaux-et-liberaux-conservateurs-il-est-temps-dagir/

  2. Et pourquoi cette écoute, seulement maintenant. Sans vouloir être pessimiste, cela rappelle bien des écoutes comme celle sur la bioéthique ou sur l’identité nationale…

  3. Suggestions pour « institutions »:
    Q4 région + département = double de fonctionnaires territoriaux, double d’immeubles à entretenir. La fonction publique d’état diminue, mais la fonction publique territoriale enfle: pourrait-on comparer, par exemple depuis 1930, les courbes des effectifs de fonctionnaires et de la population française? Les fonctionnaires étant en principe plus efficaces aujourd’hui qu’hier (mieux équipés, mieux formés), la proportion de fonctionnaires par rapport à la population totale française devrait diminuer.
    Q5 rendre obligatoire la présence des parlementaires, pas seulement pour les votes, et pas seulement pour les « votes importants » (quels critères?). Un fonctionnaire qui n’assure pas une partie de son service se voit retenir une partie de son traitement. Du moment qu’il y a une session parlementaire, les parlementaires se doivent d’être présents, d’un bout à l’autre de chaque séance (on leur accorde évidemment les autorisations d’absence qui sont de droit pour un fonctionnaire, il n’y en a pas tant que ça).

  4. Sur « compétitivité »
    Q1: pourquoi a-t-on le libre choix de son assurance (auto, multirisque) avec seulement l’obligation d’être assuré, et pas le choix pour la couverture santé et retraite? Est-ce PROUVÉ qu’un libre choix de l’assureur serait défavorable à la majorité des Français? Cela responsabiliserait peut-être par rapport à la consommation des soins?
    Il semble qu’on a évolué pour la prise en charge des accidents associés à la pratique de sports, et que depuis quelques années les secours en montagne ne sont plus « gratuits » (c’est-à-dire payés par l’ensemble des contribuables). Cela a probablement freiné les « inconscients »?
    Il y a des tas de « risques » dont chacun devrait s’interroger sur la probabilité qu’il y soit soumis. Quand le risque est nul (pas voisin de zéro, mais réellement nul) pourquoi serait-il obligatoire d’y souscrire: par exemple « je n’ai pas de véhicule, je ne conduis pas -oui, ça ne m’empêche pas de vivre!- je n’ai donc pas d’assurance automobile », logique, non?

  5. Pourquoi M. Fillon ne nous a t-il pas consulté plus tôt ?
    Maintenant qu’on ne peut pratiquement plus rien faire….

  6. Fillon est un adepte de la langue de bois, il a pris des cours ( sans doute) auprès de Franck Lepage ( voir sa vidéo sur cette langue, la plus parlée en France).

Publier une réponse