Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Franck Allisio (FN) : “Ce qui reste à prendre, c’est à droite”

A l'approche du séminaire stratégique que le FN organise, beaucoup de sujets pourraient y être abordés comme une révision du programme économique ou le positionnement vis-à-vis de l'euro. Certaines voix s'élèvent même en interne au sein du FN pour tenir compte davantage de l'électorat traditionnel de droite. C'est ce que déclare au Figaro Franck Allisio, cet ancien cadre UMP ayant rejoint la très droitière Marion Maréchal-Le Pen :

"Ce qui reste à prendre, c'est à droite. Si l'on veut passer de 45% à 51%, faire élire une trentaine de députés aux législatives, il faut arriver à convaincre de nouveaux électeurs de la classe moyenne, des professions libérales et des retraités"

Par ailleurs, en s'appuyant sur la dernière étude du CEVIPOF, Jean Rouxel (les 4 vérités) confirme la nécessité pour le FN de s'affirmer davantage de droite  :

"Les nouveaux électeurs du FN viennent à 60 % de droite ! (…) Les nouveaux électeurs de premier tour du FN (c’est-à-dire ceux qui n’avaient pas voté Marine Le Pen au premier tour de l’élection présidentielle de 2012) sont principalement des électeurs de Nicolas Sarkozy (47 %) (…) 

Et le progrès du FN provient de son caractère de parti d’opposition et de sa doctrine plus claire que celle de LR, au moins sur les questions sécuritaires et migratoires. Mais, si le FN veut continuer à progresser, il n’a qu’une solution : être de plus en plus ouvertement anti-socialiste. Ce qui signifie, en particulier, cesser de défendre le socialisme en matière d’État-providence ou de retraite à 60 ans."

Le rapprochement avec Nicolas Dupont-Aignan, Philippe de Villiers ou Charles Beibdeger serait même souhaité par des personnalités comme Robert Ménard :

"Robert Ménard, maire de Béziers, proche du FN, est formel. «Tout est remis sur la table» et la présidente du FN «a besoin d'entendre des voix différentes». Après le séminaire du FN en février, auquel il participera, Ménard organisera un «rassemblement des droites» dans sa ville, du 27 au 29 mai. Des frontistes y seront invités pour échanger avec des gens comme Philippe de Villiers et Charles Beigbeder."

Le tout est de convaincre Marine Le Pen qui ne semble pas prête pour l'instant à franchir le pas selon Paul-Marie Coûteaux, ancien président du SIEL :

"La vraie dédiabolisation passait, sinon par des alliances d'états-majors, du moins par des liens avec des personnalités et des groupes de la droite classique comme Dupont-Aignan, Villiers ou la nébuleuse de la Manif pour tous. Dieu sait combien de dîners  j'ai organisé chez moi pour mettre Marine Le Pen en relation avec ces milieux. Mais j'ai vite compris qu'elle n'avait aucun intérêt pour cette stratégie. Sa ligne c'est 'ni droite, ni gauche' : pour elle la droite, c'est le monde du fric et des cathos, avec lesquels elle n'a aucune affinité."

Le FN, à droite toute ?

Partager cet article

9 commentaires

  1. Il y a du grain à moudre du coté de la réindustrialisation du pays, à travers la baisse des charges c’est à dire la baisse du gaspillage public. Ne pas en parler, ne pas s’adosser aux rapports de la cour des comptes, ou aux études comme contribuables associés, ne pas se distancier des pratiques qui y sont décrites revient à les accepter…voire à imaginer prendre sa part du gateau après l’élection….et cela les français n’en veulent plus.
    Celui qui s’attaquera à la gabegie de l’Etat (et donc aux impots et aux suppression d’emplois) aura des voix…pelin de voix.. à condition d’etre crédible.suivez mon regard…

  2. L’euro va exploser tout seul très bientôt

  3. Le Français de base même s’il n’est pas de souche est catholique dans l’âme. Cela est dû à 1500 ans d’histoire qui baignent notre culture et notre façon de vivre. Même après 227 ans de truellitude nauséabonde, cela ne s’efface pas! Ce Français de base est encore majoritaire mais plus pour très longtemps. En tout état de cause, lui tourner le dos, persuadé que ce sont les minorités qui font les élections parce qu’elles agiront à 99% dans le même sens est une énorme faute.

  4. Pourquoi tant de haine envers le vote catholique ? Et ce dans tous les partis ……

  5. Marine Le Pen n’aime pas le monde du fric? Il ne me semble pas qu’elle soit née à Aubervilliers ou Sarcelles…

  6. JMLP hors circuit , il a fait son temps , Marine voit trop un FN socialisant c est à dire gauchiste avec Philipot et celle qui est dans le vrai est Marion , catholique ET sociale mais sans etre gauchisante ; voilà l avenir ! D ailleurs son Etat d esprit se rapproche beaucoup du notre , les royalistes oû on peut faire du social sans etre de gauche. Ce sont deux notions qu il faut apprendre à dissocier,
    NDA , JM Coteaux , pfffff faut arrêter ce sont des fm , certainement qui jouent la division ! Ces personnes ne doivent pas être des références.e

  7. Oui le FN doit virer à droite toute. Si en 2017 nous perdons , la France est morte.

  8. Marine Le Pen n’est pas la caricature que l’on en fait trop facilement et faussement concernant les catholiques.
    Bien sûr, elle ne supporte pas ces gauchistes qui font sempiternellement la leçon de morale contre le FN sur “l’accueil de l’autre” et compagnie.
    Mais Marine n’a jamais été anti-catho, comme l’attestent toutes ses prises de position sur l’IVG, le mariage pour tous, la GPA, la PMA, la famille, etc. (voir on entretien au journal polonais DO RSECZY l’été dernier.
    Lutter contre l’euro, monnaie mondialiste qui enfonce les pays les moins forts (comme la France) dans la crise, est une nécessité évidente pour tout souverainiste conscient de ce qui attend la France si elle ne recouvre pas ses pouvoirs régaliens (dont celui de battre monnaie).
    Evidemment, tout le monde n’est pas prix Nobel d’économie, comme le fut Alphonse Allais, et tout le monde ne fait donc pas forcément l’effort de comprendre…

  9. @Gypsie “Tant de haine envers le vote catholique”? Le problème, c’est justement qu’il n’y a plus de vote catholique..qui s’est laisser berné par la “morale” de façade, une charité devoyée (qui commence par soi-même) de nos dirigeants comme nombre de nos citoyens.
    Il est temps que les catholiques pensent en communauté, à l’instar des autres grandes religions, même si ce n’est pas dans leur gènes, ni ceux du christ. Il en va de leur survie…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]