France multiculturelle : Charles Beigbeder écrit à Benoist Apparu

Charles Beigbeder a écrit une lettre ouverte à Benoist Apparu, dans le Figarovox. Extrait :

Unknown-24"En marge du dîner auquel vous avait convié hier soir Alain Juppé à la salle Wagram, aux côtés de nombreux maires de communes de France, vous avez, par un tweet aussi dangereux que contradictoire, exprimé votre foi dans une France multiculturelle. Je vous cite: «Oui au multiculturalisme, non au communautarisme, c'est ça l'identité heureuse!»

Propos extrêmement dangereux car, en prônant le multiculturalisme, c'est l'identité même de la France que vous contribueriez à dissoudre! Que signifierait en effet une France multiculturelle? Ce serait une nation où chaque immigré pourrait revendiquer sa langue, sa culture, ses mœurs, son histoire et ses traditions d'origine, à parité avec la langue et la culture historiques du pays d'accueil. En fait, ce ne serait plus une nation au sens où l'entend traditionnellement Renan quand il évoque «la volonté de continuer à faire valoir l'héritage que l'on a reçu indivis». Car, dans votre système, il n'y a plus ni langue officielle ni culture commune, rien qu'un supermarché des cultures qui vivent juxtaposées les unes aux autres dans une sorte de magma informe où le poids démographique d'une communauté serait le seul critère de légitimation d'une culture.  

Le multiculturalisme procède en fait d'un grave renoncement qui découle lui-même d'un désamour originel: le rejet par de nombreux Français de leur propre culture. On a tellement réécrit l'histoire de France en la chargeant de tous les maux de l'humanité que ses héritiers veulent aujourd'hui se défaire du «fardeau de l'homme blanc», vouant aux gémonies une nation éternellement coupable d'un colonialisme qui lui serait consubstantiel et nous renvoyant, par une surenchère de déclarations vindicatives, dans la posture expiatoire du pénitent invétéré. Dès l'instant que nous n'aimons plus notre passé, nous renonçons à le transmettre aux générations suivantes et à exiger des immigrés nouvellement arrivés qu'ils en soient pétris intérieurement: c'est la fin du modèle français d'assimilation qui avait pourtant écrit ses lettres de noblesse jusque dans les années 70. […]"

Commentaires (3)

Petit rappel à tous ces politichiens qui trahissent la France : la langue française est la langue de la République selon l'article 2 de notre Constitution.
De même, les langues régionales – et celles-ci uniquement – font partie intégrante du patrimoine de la Nation comme le rappelle l'article 75-1 de ladite Constitution.
Depuis l'ordonnance de Villers-Cotterêts (août 1539) tous les actes légaux et notariés doivent être rédigés en français. Les articles concernant la langue française n'ont jamais été abrogés
Si nous voulons conserver notre personnalité, demeurer nous-mêmes, nous devons être intransigeants sur la question linguistique.

Rédigé par : gallus | 3 juin 2016 08:00:45
____________________________________

Pour écrire ce genre de phrases toutes faites
Il faut vraiment être resté assis tranquillement
Dans la France profonde mais chic et confortable avec un garde manger bien rempli.

Pour vivre ensemble il faut connaître et respecter les
Différences et certainement pas les nier.

Ce n'est pas parce que la France a oublié de le faire qu'il faut aujourd'hui
Continuer l'amalgame!

Rédigé par : Myriam | 3 juin 2016 08:10:50
____________________________________

J'ai bien aimé les interventions de Charles Beigbeder à Béziers. C'est déroutant, parce qu'il a un look Kociusko-Morizetain, mais il n'exprime pas du tout les même idées.Il en faudrait d'autres comme ça avec MLP, histoire de policer et de structurer un peu plus le FN. Mais il faut du courage. Pour eux, c'est la mort sociale.Pour l'instant.

Rédigé par : Lionel Bardinet | 3 juin 2016 08:13:05
____________________________________

Laisser un commentaire