Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

FN et avortement : remarques de Philippe Maxence

Je me permets de citer un bout du commentaire laissé par Philippe Maxence sur le blog de Daoudal :

"En fait, il me semble qu’Yves Daoudal pose indirectement la question de la «prudence» politique. La «prudence», en tant que vertu, est un juste milieu entre la précipitation et la couardise. Elle est, à la fois une vertu intellectuelle et une vertu pratique. Elle exige le jugement et l’imperium nécessaire pour passer à l’action. Dans ce sens, il ne me paraît pas aberrant qu’un parti politique et qu’un homme politique envisagent la question de l’avortement et de l’action à mener une fois arrivée à la tête de l’État avec un minimum de prudence politique. Si je comprends bien, c’est ce que Yves Daoudal appelle la politique. Ce sens politique ou cet exercice de la vertu de prudence est d’autant plus compréhensible que l’on reconstruit toujours plus difficilement, plus lentement, que l’on démolit. D’autant plus que l’avortement est une question morale et politique avec des incidences directement pratiques. Il s’agit de changer des comportements et, à la racine, il s’agit de modifier des réflexes psychologiques et les causes de ces comportements qui conduisent à l’avortement.

À côté de ces raisons, nobles, politiquement et philosophiquement rationnelles, il y a une autre face du sujet qui nous concerne. De manière abrupt, il peut être posé de la façon suivante : le Front national ou son candidat change-t-il ou modifie-t-il son discours par souci électoraliste ? Répondre par l’affirmative ne condamne pas forcément ceux qui entreprennent cette démarche. Mais elle peut légitimement conduire à poser des questions […].

Ce qui peut poser problème, me semble-t-il, c’est de voir que ce changement prudentiel, politique ou électoraliste, se produit dans un certain climat, au terme (?) d’un processus, dans le cadre d’un changement global d’image. Est-ce le cas au Front national ? […] Comme simple citoyen – celui qui va voter –, j’ai quand même l’impression que ce changement de discours intervient dans une ambiance plus générale de transformation au sein du Front national […]. Il est étonnant de voir d’ailleurs que les propositions en débat sont assez proches de celles tenues naguère par Christine Boutin : pas de remise en cause immédiate de la Loi Veil et accent mis sur l’accueil et une politique positive en faveur de la vie plutôt que sur l’abrogation de la Loi Veil. Cette remarque ne signifie pas que Christine Boutin avait tort hier ou que Jean-Marie Le Pen à tort aujourd’hui sur ce sujet. Mais hier, sauf erreur toujours possible de ma part, c’était bien les reproches de personnalités du F.N. à l’égard de Christine Boutin.

[…] La démarche consiste à déterminer quel est le candidat le plus proche ou le moins éloigné de ses idées. Si l’on place la question de l’avortement en tête de ses préoccupations de citoyen, il est dommage de s’entendre dire que l’avortement n’est finalement pas une question si importante. Et même sans ce discours, il est légitime de manifester son inquiétude quand à une éventuelle modification de positions du candidat en question. […] Et, personnellement, une propagande de parti ne suffira jamais à m’assurer que tel ou tel candidat est opposé à l’avortement si je n’en ai pas l’intime conviction au regard de ses actes et de ses discours."

MJ

Partager cet article

5 commentaires

  1. Quel plaisir de lire des propos raisonnés, rationnels, intelligents ! Nous sommes loin des “crises de panique” qui secouent visiblement les électeurs pro-vie depuis trois jours.
    Cependant, si je comprends “l’inquiétude” de certains, je dois dire que je ne la partage pas.
    1 – sur une éventuelle transformation au sein du FN : je ne suis pas du tout un spécialiste, et je ne suis pas au courant de ce qui peut se passer au sein même du FN. Pour autant, l’apparente transformation me semble plutôt de bon augure. Il s’agit de changer la FORME du discours du FN. Il me semble que la plupart des électeurs cathos et nationaux qui ne se retrouvaient pas dans le FN lui reprochaient justement son manque de “finesse”, son plaisir à cultiver une image caricaturale extrémiste, son habitude à dénoncer ce qui n’allait pas sans apporter de solutions crédibles et envisageables. Je ne dit pas que j’étais d’accord avec ce discours, mais ce que je ne comprends plus c’est que, quand le FN fait effort pour réfléchir concrètement sur un véritable projet de gouvernement, tout en modifiant la forme de son discours pour le rendre plus “audible” et échapper aux stéréotypes qui lui collent à la peau et nuisent à nos idées, les mêmes personnes lui reprochent de “trahir”, de se pervertir, d’abandonner ses idées. Les réactions qui ont accompagnés la publication des affiches de campagne est en cela emblématique.
    2 – Les débats qui existent sans doute au sein du FN sont naturels dans un parti qui s’étoffe. A nous, si nous pensons que ce parti a le plus de chances de changer la donne en France, de faire en effet savoir que nous pesons dans son électorat et serons fermes sur le BUT à atteindre. Encore une fois, on ne gagnera pas qu’avec des cathos tradis, il faut s’allier parfois avec des personnes qui ne pensent pas exactement comme nous. Le tout est de se retrouver autour de l’essentiel : la promotion d’une société conforme à la Loi Naturelle (la Loi de Dieu inscrite dans le coeur de l’Homme), garante de la sécurité de tout les français, de leur épanouissement économique, et qui ne réduise pas les chances de Salut. Pas besoin d’être catho pour ça !
    3 – L’argument de P. Maxence sur le rapport FN – Boutin est réversible au profit du FN : les villieristes et boutinistes vont pouvoir se retrouver maintenant comme des poissons dans l’eau au FN ! … 😉
    4 – “La démarche consiste à déterminer quel est le candidat le plus proche ou le moins éloigné de ses idées”. Moi je dirais que “oui, a priori”, mais pas seulement. En effet, deux candidats peuvent éventuellement, sur le plan des idées, interresser les électeurs qui placent le combat pour la vie dans leurs priorités. Pour autant, le sens politique doit nous inviter aussi à considérer la situation politique dans son ensemble. Il est possible que tel ou tel détail (je ne parle pas d’un point essentiel, et je ne crois pas avoir vu que le FN revenait sur l’essentiel) nous fasse pencher plutôt d’un côté que de l’autre. Pour autant, il faut aussi évaluer avec “prudence” quel parti aura le plus de chances de faire changer les choses, d’arréter le système infernal qui tue des innocents et détruit la France. Regarder quel parti a le plus de chance de servir d’électrochoc, d’enrayer la mécanique, de secouer les certitudes du “politiquement correct”,….
    Cela demande de réfléchir, de se renseigner (grâce notamment au SB), de lire les livres des candidats ou de leurs proches, et de ne pas se contenter de réagir au quart de tour, de façon épidermique en prenant les modifications de forme pour des changements de cap fondamentaux. Combien de fois depuis des mois n’ai-je entendu des proches “sinquiéter” de la présence de Marine LE PEN. D’une part ces gens là n’ont regardé aucune des émissions dans lesquelles elle est intervenue, et d’autre part beaucoup ont voté pendant des années pour le RPR. Si le RPR avait toujours parler comme Marine, on n’en serait pas là…

  2. Les formations politiques, les familles de pensée en général, n’échappent pas à l’évolution. En général, plus un parti approche du pouvoir plus il devient mature. Sa capacité à évoluer, à s’adapter aux dures réalités historiques sont naturelles. Il ne faut pas se diluer dans les stratagèmes, mais adopter une stratégie adaptée au réel, sans se renier…Là est le dilemme.
    L.L

  3. Comme d’habitude, une analyse fine et de bon sens de la part de Mangouste.
    Le Front est actuellement le meilleur mouvement crédible qui sert un idéal favorisant la Vie. C’est indéniable.
    Cette affaire de référendum est un très bon pas effectué dans le sens de la défense de la Vie, puisque remettant en cause la diabolique loi Veil.
    Et la défense de la Vie ne s’arrête pas, faut-il le rappeler, à la pénalisation de l’avortement, mais aussi et même bien plus par l’arrêt de la pénalisation des praticiens refusant l’avortement, par l’arrêt des persécutions et de la diabolisation des pro-Vie, par la promotion de l’accueil de la Vie, premier paragraphe du programme du FN d’ailleurs, par l’adoption pré-natale, à ce jour le meilleur remède contre l’avortement, par l’incitation à la vie maternelle grace au salaire maternel, etc.
    Qui dit mieux que le Front aujourd’hui sur la scène politique?

  4. chers Amis,
    ça y est, nous voici dur des questions hautement sensibles. En l’état actuel des candidats en présence, il n’est pas possible à un catholique fidèle au Magistère et à la Doctrine de l’Eglise de voter pour qui que ce soit. Aucun candidat, aucun parti ne “coïncide”.
    Dans mon entourage, un certain nombre de catholiques en concluent donc qu’ils doivent :
    – soit voter blanc ;
    – soit s’astenir, et ce, dès le 1er tour.
    Cette attitude me semble très dangereuse. Je serais très reconnaissante au SB de bien vouloir continuer à nous informer comme il le fait et à nous rappeler “à temps et à contretemps” les droits et devoirs d’un catholique en cette matière.

  5. Jamais un homme ou un parti ne modifieront à eux seuls les valeurs morales d’un peuple : il faut pour cela d’autres ressorts, comme le contexte religieux, les circonstances historiques, etc…., ce que l’on voit au travers de la Révolution de 1789 ou Nationale de 1940.
    Mais par contre il est évident que les catholiques doivent toujours réclamer aux partis et aux politiques ce qui est de droit par rapport à la dignité de l’homme et au respect de la création : l’engagement pris par le FN le lie donc vis à vis des Français et des catholiques.
    En prenant cet engagement, le FN, JM LP et ses autres dirigeants ont en effet placé la barre très haut : mais c’est un pari historique audacieux qui contient une grande foi en un autre avenir pour les Français et en même temps un certain panache. Car on ne peut promettre une grande politique de la Vie sans la mettre en oeuvre, particulièrement et surtout quand on la présente comme une préparation de l’esprit public et de la mentalité collective avant un referendum sur l’avortement. C’est aussi une façon de dire aux Français : relevez vous, rien n’est jamais assuré, même la décadence.
    Et c’est dans ce pari sur l’espérance que réside aussi le doute de certains, comme dans la rédaction de PRESENT : ce doute sur la capacité de notre peuple à changer d’optique face à la vie est celui de tout catholique conscient. Mais en même temps, ce doute là est-il complètement catholique ?
    Les “divines surprises” surgissent parfois d’un anéantissement préalable. Nous y sommes.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services