FN : Eric Dillies maintient sa candidature face à Marine Le Pen

Eric Dillies, le patron du FN à Lille, avait fait savoir le 20 octobre qu'il souhaitait se présenter face à Marine Le Pen pour la présidence du parti. Pour être candidat, il faut le parrainage de vingt secrétaires départementaux du FN. Le candidat de dernière minute réclamait alors de changer le mode de parrainage et de reporter l'échéance du dépôt de candidature, fixé au 21 octobre.

Le 23 octobre, le bureau politique lui avait accordé une fin de non-recevoir, confirmant la candidature unique de Marine Le Pen lors du congrès prévu à Lille les 10 et 11 mars 2018.

Eric Dillies répond à L'Express:

"[…] Si Marine Le Pen le souhaite, elle peut donc être parfaitement reportée. Je persiste et signe donc et maintiens ma candidature. Mais ce maintien d'une candidature est de pure forme… On ne peut pas avoir d'élection sans élection. On ne peut pas avoir de débat sans débat. Et donc, on ne peut pas avoir un seul candidat, il en faut plusieurs. Nous venons de passer une période électorale difficile. Nous ne pourrons pas en tirer d'enseignements sans débat libre, loyal et sincère. Mais pour que la liberté, la loyauté et la sincérité soient au coeur de la démarche de refondation du parti, il faut que Marine Le Pen puisse permettre que le débat ait vraiment lieu.

En avez-vous parlé directement avec Marine Le Pen?

Avant le bureau politique du 23 octobre, je l'avais appelée pour lui en parler. Elle m'avait alors dit que c'était une bonne idée et qu'elle me rappellerait. Mais elle ne m'a jamais rappelé. Le bureau politique a rappelé que les règles de candidature étaient "connues de tous depuis plusieurs mois".

Est-ce que vous ne vous êtes pas réveillé un peu tard en formalisant votre candidature la veille de la date limite du dépôt des parrainages? Votre démarche n'est-elle pas simplement promotionnelle?

Ma démarche est sans intérêt personnel. Je ne pensais pas me présenter initialement. Mais suite aux remontées de la base, qui veut un vrai débat, et de l'université d'été de élus à Poitiers le 1er octobre dernier, au cours de laquelle je me suis rendu compte du désarroi des cadres, je me suis dit qu'il fallait que quelqu'un se présente. Il n'y a pas d'urgence à clore le dépôt des parrainages. A la présidentielle, ce dépôt s'effectuait au 17 mars, soit à peine un mois et une semaine avant le premier tour de l'élection. Là, pour le FN, nous sommes à cinq mois du congrès. Le parti a pris plus que des largesses avec le temps. […]"

Laisser un commentaire