Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique / France : Politique en France

Florian Philippot : “Je ne me sens absolument pas engagé par le FN de 1998”

Florian-Philippot-l-homme-qui-reve-de-sortir-Marine-Le-Pen-de-l-extreme-droite_article_popinFlorian Philippot s'était déjà vanté de n'avoir jamais voté pour Jean-Marie Le Pen. Désormais, à quelques semaines du séminaire que le FN organise à huis-clos sur son avenir stratégique, ses déclarations à propos de Philippe Séguin sont plutôt inquiétantes comme le rapporte cet article de l'Opinion :

"Vingt-trois ans après, Florian Philippot salue « les idées de Séguin, son côté visionnaire, son courage, son patriotisme et son gaullisme qui ne se sont jamais démentis ». Il précise : « Il avait su faire du débat sur Maastricht un débat sur la souveraineté. On imagine mal cela aujourd’hui. Il avait réussi à populariser ce message et à montrer que, derrière des questions théoriques, on peut aussi enthousiasmer. » Et il rate rarement une occasion de le citer, comme encore mardi sur LCP.

Philippe-SeguinA cette brassée de fleurs, Florian Philippot ajoute un regret : celui que Philippe Séguin « ne soit pas devenu le leader souverainiste qu’il aurait dû être, plus qu’un Villiers, un Pasqua ou un Chevènement », et n’en finit pas de se demander pourquoi il n’a pas franchi le pas. « Il avait toutes les qualités pour jouer ce personnage qui nous aurait fait gagner vingt-cinq ans », dit le vice-président du FN (…)

Mais il oublie d’autres facettes d’un Philippe Séguin favorable à l’ouverture de l’Europe aux pays de l’Est dès la chute de l’URSS, et plus tard à l’entrée de la Turquie… pour être sûr d’échapper à une Europe politique.

Il oublie surtout l’engagement de Philippe Séguin contre le FN, bataillant aux côtés de Nicolas Sarkozy, en 1998, pour que les élus régionaux de la droite et du centre ne fassent pas alliance avec le FN. « Ils ne vont tout de même pas vendre leur âme pour des Safrane ! » s’exclame-t-il alors (…)

Florian Philippot balaie d’une phrase : « Je ne me sens absolument pas engagé par le FN de 1998 », dit-il(…)"

Jean-Marie-Le-penNotons que Florian Philippot ne classe pas Jean-Marie Le Pen parmi les leaders souverainistes de l'époque au même titre que Villiers, Pasqua ou Chevènement qui ont visiblement ses préférences…  A défaut d'avoir lu ce post du Salon Beige de 2010 rappelant certaines vérités sur Philippe Séguin, que Patrick Buisson considérait comme un homme de gauche, Florian Philippot devrait lire le dernier livre de Philippe de Villiers dans lequel ce dernier explique très bien (pages 155-156) comment Philippe Séguin, président de l'Assemblée nationale (1993-1997), espérant succéder à Alain Juppé au poste de premier ministre, s'est couché devant la bienpensance européiste en prenant fait et cause pour la monnaie unique dans deux discours prononcés le 26 janvier 1996 à Aix-la-Chapelle puis en mars à Epinal :

Livre-Villiers1"Plus tard, Helmut Kohl fit savoir à Jacques Chirac que le prochain premier ministre ne pourrait se montrer hostile à l'édifice de Maastricht. Alors Philippe Séguin prit son bâton et sa bure de pénitent. Le 26 janvier 1996, il prononça un discours solennel favorable à la monnaie unique :

"Je crois plus que jamais à la nécessité de l'Europe pour nos différentes nations, au devoir pour les principaux organisateurs de l'Europe d'accélérer son édification. J'ai dit à plusieurs reprises qu'il fallait appliquer le traité de Maastricht, qui, en France même, s'impose à tous les responsables politiques."

La route de Matigon passait par Canossa. Et Canossa s'appelait ce jour-là Aix-la-Chapelle où une assistance eurobéate se montra ravie d'accueillir le fils prodigue, le repenti."

Pour Florian Philippot, voter FN en 1998 ou Jean-Marie le Pen, qui ne s'est jamais prononcé pour la monnaie unique, c'est mal. Mais faire l'éloge de Philippe Séguin, qui a retourné sa veste et qui a combattu le FN, c'est porteur…

Vous souhaitez que votre patrimoine serve à défendre vos convictions, plutôt qu'être dilapidé par un Etat prédateur et dispendieux ?

Savez-vous que le Salon beige est habilité à recevoir des legs ?

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

33 commentaires

  1. Philippot est aux ordres de certains lobbies, c’est évident. A dégager.

  2. Florian, ce n’est pas ma tasse de thé…
    Peut-être pourrait-il rallier les ex-séguinistes ?
    Sinon, ses propos sont sans valeur !

  3. Si la “dite droite ” a perdu la mairie de Paris,c’est que Seguin avait quelque peu pataugé, il y avait eu un jeu de chaises avec une jeune fille dont j’ai oublié le nom
    (désolée..),Alliot Marie,chef de parti, n’avait pas tenu la barre du tout…et pendant ce temps là Delanoe réalisait une bonne campagne.

  4. Avec un pareil apparatchik, sans véritables convictions, et un mépris affiché pour toutes les valeurs traditionnelles, la mère Le Pen a peu de chances de rallier les voix de droite, qui lui ont manqué cruellement aux dernières régionales.
    Ce non communiquant n’est pas capable non plus d’expliquer les comptes fantastiques du F N qui relanceraient l’économie, ni de justifier le maintien suicidaire de la fiscalité punitive pour l’épargne et l’investissement.

  5. Bravo pour ce travail d’analyse et de rappel.

  6. c’est bien triste. Heureusement Marion Arrive.

  7. comme l’époque du centenaire est proche , vous allez voir que Philippot va nous expliquer que c’est Charles De Gaulle qui a gagné la bataille de Verdun.

  8. C’est avec ce genre de retournements de vestes des politiques, de tous les bords et pas que chez M. Philippot, que l’on voit où sont les vrais patriotes et les autres. Néanmoins dans une démocratie, c’est sans doute inévitable car une certaine pratique du compromis (la plus limitée possible) peut parfois permettre de survivre en politique et de pouvoir être là au bon endroit et au bon moment quand la patrie en danger appelle au secours plus que jamais sous peine de disparaître, et pour donc la servir le mieux possible.
    Rien n’est simple en ce bas monde.

  9. Philippot surfe sur la vague FN de gauche que Marine Le Pen a cru porteuse pour 2017 mais depuis les régionales elle est en train de se rendre compte que cette vague, si elle lève bien, elle ne déroule pas et elle ferme d’un coup pour prendre le bouillon. Au contraire la vague de droite si elle est molle au départ parfois, elle déroule tout du long jusqu’au bord sans accoups. Pour l’instant il n’y a qu’un surfer qui l’a vu mais les autres sont en train de s’en rendre compte et vont vite venir le rejoindre. Philippot lui va rester tout seul car il est plus à l’aise sur les gauches mais pas de chance pour lui car pas une ne porte.

  10. Si le Front monte considérablement à chaque élection, pensez vous qu’il n’y est pour rien en temps que responsable stratégique. Pourriez vous envisager un moment que sa ligne” rassemblement du non à Maastricht”soit la bonne. Il est bon qu’au FN il y ait un sain débat et que certains envisagent des voies différentes pour arriver au même but.

  11. Philippot se dirige vers la sortie. Sauf si l’actuelle présidence a décidé de liquider le parti.

  12. En accord total avec Michel, j’ajoute que, éduqué à Science Po, M. Philippot s’est tout droit affidé à la Franc-Maçonnerie qui gouverne cet institut. Il est, de ce fait, “le loup dans la bergerie”, chargé par les fossoyeurs des Nations et de l’Eglise Catholique (la vraie, celle de Marion Maréchal-Le Pen), de dévoyer (au sens propre) le FN. Marine LE PEN a vu en lui le moyen de “dé-diaboliser” le parti fondé par son père : au prix du déshonneur et de la trahison, et de la famille et des idées, elle a gagné des voix par l’ignorance du peuple manipulé. Pourtant qu’elle (MLP) et lui (Philippot) ne se méprennent pas. Oui, ils ont collecté un bon nombre de suffrages mais ceux-ci n’exprimaient qu’un refus, un rejet presque complet des “partis de gouvernement” (“presque”, puisque le parti de la peur l’a emporté au second tour des récentes “régionales”). Sur le plan des idées, fondatrices d’un courant d’une réelle politique nationale française, c’est du côté de Marion Maréchal – Le Pen, et de ses (nombreux) alliés (y compris les De Villiers, Ménard et autres) qu’il faut aller les chercher. Là, au moins, il n’a jamais été question de se prostituer par désir du pouvoir. La vérité reste la meilleure des stratégies. C’est d’ailleurs pour cette raison que “le torchon brûle” entre Philippot et MMLP ; c’est de notoriété publique. Il n’y a pas deux FN ; Un seul est authentique, il est en PACA et c’est celui-là seul qui doit l’emporter pour gouverner et sauver notre Pays.

  13. JMLP avait prévenu et comme d’habitude personne ne l’a cru.
    Foutez le dehors, ce ne sera que mieux.

  14. Bien vu M. Carhon !

  15. philippot est trop jeune et inexpérimenté pour savoir tout çà.
    Peu de gens connaissent ces anecdotes qui en disent long sur le véritable état d’esprit d’une personnalité.
    l’ena c’est pas une licence en histoire politique. et l’ena ne sort que des partisans du démantèlement de la France.
    Ce qui est intéressant c’est d’avoir un débat ouvert et de donner la parole à ceux qui connaissent ces données essentielles qui profitent à tous.
    ce qui n’est pas possible dans les médias dominants.
    Si sachant celà philippot ne révise pas son jugement, là on peut se poser des questions sur son patriotisme.
    Dire tous pourris et remplacer toute cette caste est la solution radicale mais efficace.
    seguin a fait carrière dans un parti collabo, chevènement a aussi été au service d’un régime anti-français.
    S’il était honnête il serait moins complaisant.
    L’avantage de philippot c’est qu’il change l’image du front national et l’aide à rendre son vote acceptable. il sort du moule républicain, il vient de gauche, il est jeune, il renouvelle la classe politique, tout en faisant un lien entre le fn et les partis ripoublicains en prenant des références parmi l’herpès, et il est gay en plus.

  16. On constate que ce Monsieur n’aime pas la France et qu’il se présente comme un bel opportuniste !
    “Il avait toutes les qualités pour jouer ce personnage qui nous aurait fait gagner vingt-cinq ans »” dit-il en parlant de P. Seguin… comment peut on parler de “JOUER” un personnage, vraiment Mme Le pen ne fait pas honneur à celui qui lui a donné sur un plateau la direction du FN. Il serait temps qu’elle se rende compte que pour se proposer de gouverner la France, il lui faut d’autres valeurs pour convaincre les électeurs que celles de ce monsieur.
    Vive sa nièce !!!

  17. Le problème de notre droite est doctrinal…on le voit bien. Tant qu’ il faudra plaire au plus grand nombre….pour gagner 3 voix. Il dira la chose et son contraire….

  18. Il me semble qu’une éjection en souplesse et par paliers dudit Philippot est désormais possible pour le FN. Les militants, évidemment, ne le regretteront pas. Mais les électeurs non plus, me semble-t-il.

  19. Tout à fait en accord avec RAYMOND, la montée du FN à 6,8 M de voix prouve que sa tactique du ralliement au “non à Maastricht” demeure pertinente pour le moment.
    Si le FN attirait surtout un électorat de droite, il se serait implanté prioritairement dans les bastions de l’ex-UMP. Or, il s’est implanté dans ceux des anciennes fédérations historiques de la gauche PS (chez Mauroy ou Defferre).
    D’où les difficultés actuelles à attirer les électeurs de droite. Mais attention de ne pas laisser la proie pour l’ombre. Vouloir gagner un peu d’électorat sur sa droite ne risque-t-il pas de lui en faire perdre sur sa gauche ?

  20. Seguin etait foncièrement un homme de gauche infiltre comme beaucoup dans l appareil de la fausse droite, il haissait le fn et il etait a l origine de la scandaleuse decision chiraquiste d accorder la qualite d ancien combattant aux vontaires “Français” de Pl internationale rouge qui etaient alle se battre pendant la guerre d Espagne du cote du frente crapular, je pensais que Philippot s etait calme, je vois qu il fait une grosse rechute

  21. Pas sûr qu il reste encore des “seguinistes” dans le Pays sauf peut être quelques anciens prébendiers. Le plus désagréable dans le discours du vice president Philippot, ce sont les renvois permanents à de Gaulle et au Gaullisme, alors que le Front n a cessé de le dénoncer comme cause ancienne de tous nos maux actuels

  22. Depuis sa création par les responsables d’Ordre Nouveau je votais, quand cela se présentait, FN. Mais plus depuis l’élection de Marine (dont le vrai prénom est Marion!!) car ce parti est non seulement devenu gay-frendly mais, si ce nom n’avait pas une connotation déplorable (!), le Parti National-Socialiste ou encore le F-NPA.
    Espérons qu’une Marion chasse l’autre.

  23. Philippot dehors!
    Marion vite!

  24. Vive Marion Maréchal Le Pen

  25. Dans tout grand parti politique, des dirigeants ont des analyses qui peuvent être divergentes, des sensibilités différentes, c’est inévitable et c’est même souhaitable car cela rend compte de la diversité des opinions. Ce qui importe c’est de RASSEMBLER sur des valeurs essentielles et prioritaires: le retour à la souveraineté de la France, l’arrêt d’une immigration non contrôlée, le redressement national et moral. Mais ne refaisons pas l’erreur de réintroduire une nouvelle pensée unique, qui ne rassemblerait jamais plus de la moitié des français votants, comme le requiert le succès aux prochaines élections présidentielles. A chacun de se poser la question: est ce que je veux un vrai changement de politique ou est ce que je veux cinq ans de plus de pouvoir socialiste? Le mieux est l’ennemi du bien!

  26. Marie-France a notamment publié « De l’Europe en général et de la France en particulier » (avec Philippe Séguin, Le pré aux Clercs, 1992).
    Deux grands politiques… et français de toutes les fibres de leur être.
    De Gaulle : “la droite n’est plus nationale et la gauche n’est plus populaire”…
    Marie-France Garaud 23 octobre 1992
    23 octobre 2012 – Ce soir ou jamais.
    https://www.youtube.com/watch?v=8CIueW1O7Xw
    Marie-France Garaud, Ancienne conseillère de Georges Pompidou réagit sur l’évolution de la “droite” en France.
    Marie-France Garaud a fondé et dirige l’Institut International de Géopolitique, qui publie la revue trimestrielle « Géopolitique ». Elle a été conseillère de Georges Pompidou lorsqu’il était Premier ministre puis Président de la République. Le magazine américain Newsweek l’a désigné comme « la femme la plus puissante de France » en 1973. En 1981, elle a même été candidate à la présidence de la République. Ses engagements plus récents l’ont amenée à s’opposer fermement à une construction européenne dominée par l’Allemagne au moment de l’adoption du traité de Maastricht ou du traité constitutionnel européen. Elle a été élue députée européenne en 1999 sur la liste menée par Philippe de Villiers et Charles Pasqua pour le Rassemblement pour la France et l’Indépendance de l’Europe.

  27. Les origines intellectuelles du philippisme sont un intéressant sujet qui révèle crûment l’incurie de la réflexion économique au sein du FN : comment les lecteurs de ce blog, qui d’ordinaire fustigent l’Etat tentaculaire et pachydermique, peuvent-ils gober ce que nous chantent ceux qui au sein du FN nous parlent d’Etat fort, de retraite à 60 ans, de sortie de l’euro et autres balivernes électoralistes destinées à s’attirer les bonnes grâces électorales des Français massivement écoeurés, à bon droit, par les partis au pouvoir ces dernières années ?
    Ce sont des bobards : jamais le FN au pouvoir ne pourrait franchir le pas : le coût de sortie est trop énorme et proprement insoutenable pour notre économie.
    Par ailleurs la conception jacobine et quasi soviétique du rôle de l’Etat promue par Philippot et ses amis rappelle à s’y méprendre celle de la gauche de la gauche. On est loin, trop loin du libéralisme tempéré, ce libéralisme de bon sens, que d’aucuns rattachent au risque de la caricature à Poujade, qui fut un temps défendu au FN et dans une partie de la droite.

  28. Philippot pédale dans la choucroute !

  29. Comme le disait Raymond Devos : J’ai des doutes, j’ai des doutes, j’ai des doutes.
    Je vois mal 2017 comme une bonne année.

  30. sa plus grade tare …être Gaulliste ……….
    qu’il aille rejoindre leur camp et qu’il laisse sa place …a Mesnard par exemple !
    les choses au F N se porteront bcp mieux !

  31. Méfions opus des chefs quitus sont donnés . Il en va ainsi du FN , comme de la Monarchie ou du catholicisme tradi, ainsi Philipot fait parti de ces gens qui sont là pour nous gangrener et au fond nous détourner de notre but , voir nous ramener ultérieurement dans le giron de l idéologie satanistes républicaine maçonnique .

  32. La démagogie ronge le FN depuis que fille à Papa a brûlé la politesse aux hommes de conviction, Gollnisch, Le Gallou, Martinez, autrefois Mégret, un grand bonhomme.
    Le père Le Pen s’est toujours moqué de la France, a écarté tous les grands talents pour garder sa boutique.
    La fille, la culture en moins, et la démagogie en plus, se moque de la France comme le père, balaye les idéaux et la vérité, morale ou économique, s’entoure d’arrivistes et se prépare une belle catastrophe en niant les réalités contraignantes de l’économie et de la sauvegarde de l’idéal moral aujoud’hui saccagé par la classe prédatrice au pouvoir.

  33. Ce qui est grave, pour le cas de Séguin, c’est d’avoir abonder dans le sens de ce que j’appellerai “la théorie des acquis” inaugurée par François Mitterrand avec les “acquis sociaux”, dans le prolongement du “sens de l’histoire” cher à de Gaulle, théorie conduisant à interdire au peuple à revenir sur ce qu’il a pu précédemment décider.
    Ce qui est grave chez Jean-Marie Le Pen, c’est d’avoir, dans un but et avec une formulation de provocation, énoncé des vérités (Je pense notamment à la fameuse phrase sur le “détail” sur laquelle il ne devrait objectivement n’y avoir rien à redire) aussitôt transformées par les tenants de la pensée unique en faussetés comme par un coup de baguette magique.
    Quant à Philippot, c’est surtout son orientation sexuelle qui me dérange. L’ennui, c’est qu’il est loin d’être le seul dans le parti qui fait l’objet d’une véritable mainmise du lobby LGBT.
    Enfin, le gaullisme, presque tout le monde s’y réfère, peu de personnes n’ont pas été gaullistes à un moment de leur existence ou n’ont pas adhéré à certains aspects du gaullisme. Dans le gaullisme, il y a le meilleurs et le pire, notamment selon que l’on se réfère au bonhomme lui-même, à telle ou telle de ses actions, ou à tel ou tel des grands principes qu’il a pu énoncer, le tout n’étant pas, et c’est peu dire, d’une parfaite cohérence.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services