Bannière Salon Beige

Partager cet article

Médias : Désinformation

Faux témoin ?

Faux témoin ?

Voici la photo d’un prêtre interrogé par M6 lors de l’incendie de la cathédrale de Nantes (visible dans le 12/45 du samedi 18 juillet). Sa tenue originale a interpellé quelques lecteurs, qui ont interrogé quelques prêtres du diocèse : personne ne semble le connaître. Ce média aurait-il utilisé un faux prêtre ?

De même, des journalistes ont abordé une personne noire sortant du commissariat qu’ils pensaient être l’homme interpellé suite à l’incendie.

«Priorité au direct avec l’individu qui a été interpellé», lance le présentateur, alors que l’opérateur cadre un homme noir. Les journalistes se pressent autour de lui et lui tendent des micros de toutes parts pour l’interroger.

À ce moment-là, quelqu’un présent sur place émet un doute.

«Je pense que peut-être ce n’est pas la bonne personne.»

L’image est rapidement reportée sur le plateau et le présentateur secoue la tête, de toute évidence embarrassé…

Partager cet article

6 commentaires

  1. L’accoutrement de ce “prêtre” me semble être un brillant échantillon de faique niouse. J’ai déjà vu des prêtres, dans les années 70, que nul ne pouvait identifier comme tel : de la tête aux pieds, rien ne les différenciait du citoyen lambda. Inversement, un “clergyman” avait une tenue cohérente (col romain, chemise et costume noir ou gris, croix au revers du col de veste ou croix pectorale – plus souvent pour les Évêques). Mais je n’ai jamais rencontré un 50/50 mélangeant un jean grunge, chaussures avec les lacets en vrac et partie haute noire avec col romain (mais sans croix).
    Bizarre, vous avez dit bizarre !
    Comme c’est bizarre…

  2. L’habit ne fait pas le moine, parait-il. Mais il faut avouer que ce prêtre-ci est double, selon que l’on regarde le haut ou le bas.

  3. C’est certainement un faux prêtre, c’est une méthode courante chez les journalistes, empruntée aux soviétiques : le faux témoin. D’ailleurs, je pense qu’il ne s’attendait pas à être photographiée de pied en cap, car le cameraman ne cadrait que le buste, c’est à dire la partie travestie en prêtre. Cette tromperie devrait faire l’objet de poursuites judiciaires, comme pour ceux qui maquillent les photos lors des journaux télévisés.

  4. Et il lui manque l’air rond, bêta et sucré qui signe le curé post conciliaire : il a un air décidé et viril qui ne colle absolument pas avec ces braves défroqués. Il faut que la mairie de Nantes licencie l’habilleuse.

  5. faire du faux ne gêne pas les “progressistes”, ils en vivent

  6. Et il racontait quoi ce “prêtre” ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services