« Faut-il être violent pour manifester ? »

Telle est la question que se pose Christine Boutin, présidente du Parti Chrétien Démocrate, depuis l’annonce du Ministre de la Justice , Christiane Taubira, d’amnistier les actes violents commis durant les manifestations syndicales.

Un pied de nez aux organisateurs du collectif ‘ La Manif Pour Tous’ qui se sont vus refuser le droit de manifester sur les Champs-Élysées le 24 mars prochain.

«Aujourd’hui, on interdit une manifestation pacifiste contre le mariage pour tous, et on blanchit des manifestants aux comportements violents. Faut-il être violent pour manifester ?»

11 réflexions au sujet de « « Faut-il être violent pour manifester ? » »

  1. Wasnon

    Ah ben ça, de toutes façons, si nous continuons à être méprisés aussi ouvertement, il finira bien assez fatalement par y en avoir deux ou trois qui arrêteront de se poser la question et qui passeront au actes…

  2. Maïe

    C’est sans doute ce que le tout mou cherche : ainsi non seulement nous seront ringards, mais en plus ils pourront nous qualifier de brutes. Alors qu’en face, c’est bien connu, il n’y a que des Village people pacifistes et dégoulinant d’amûr, tujûrs !

  3. AML

    La question qui se pose est simple : 20 “jeunes” brûlent 3 voitures, cela fait la une des journaux ; 1 200 000 personnes manifestent pacifiquement, RIEN aux infos…
    On reste “soft” ou on “casse” pour être crédible ???
    Taubira nous donne elle-même la réponse !

  4. LEON

    Les Champs ou Paris ? au choix …
    C’est la question qu’il faut poser à la Préfecture.
    Paris est égal à 20 arrondissements.
    La France compte 101 départements Français.
    A me souvenir 100/5 = 20
    Donc 5 départements par arrondissement, c’est tout Paris qui manifeste …

  5. FR

    Il serait vraiment fort dommageable de se faire dicter notre comportement par Mme Taubira qui est plus remarquable par la superficialité de ses analyses que par son sens de la vérité. Manifester le 24, c’est prendre la défense de la Vérité qui vaut en elle-même et serait desservie par un recours à la violence. Soyons cohérents !

  6. Arwen

    Pour manifester non, pour se faire entendre, c’est malheureusement souvent le cas, oui.
    La fermeté ne doit pas conduire à la violence.
    Mais le refus de la violence ne doit pas non plus conduire à une sorte de tolérance dévoyée qui confine au relativisme. Un comble lorsque l’on prétend défendre les valeurs les plus sacrées de l’homme.

Laisser un commentaire