Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

FARC : la complaisance de la France

Jacques Thomet, ancien journaliste de l’AFP à Bogota, indique pourquoi l’affaire betancourt n’est pas vraiment glorieuse pour les autorités françaises :

“La France n’a eu absolument aucun rôle dans cette libération […] 


Peut-on au moins concéder un certain volontarisme à Nicolas Sarkozy ?


Non. Il n’a fait qu’empirer les choses. J’ai été choqué qu’à deux reprises il puisse s’adresser au chef des Farc, en l’appelant ‘Monsieur’. On ne traite pas avec tant d’égards le chef d’un groupe terroriste qui enlève même des enfants. Lors d’une visite au Proche-Orient, Sarkozy avait dit qu’il ne discuterait avec aucun groupe terroriste. Au même moment, des émissaires français tentaient de rencontrer les Farc. Ce double langage est révoltant. Sans compter qu’en demandant des concessions au gouvernement colombien, qui en a déjà fait beaucoup, la France a fait monter la valeur de Betancourt aux yeux des Farc. […]


F Le 1er mars 2008, le bombardement du camp de Raul Reyes, numéro deux de la guérilla, a permis à l’armée de retrouver du matériel informatique. Les 38.000 dossiers mis à jour ont été analysés et validés par Interpol. Dans un d’entre eux, une lettre de Reyes à l’émissaire français Noël Saez, le premier reproche au second d’avoir versé de l’argent, au nom de la France, non aux Farc mais à une autre organisation. De l’argent perdu. […] le régime colombien n’est pas dictatorial. C’est un régime démocratique. Le président a été élu à deux reprises, à chaque fois au premier tour. […]


Plus d’une dizaine de proches de chefs de la guérilla sont actuellement hébergés en France, notamment en région parisienne, avec le statut de réfugiés politiques. Ils touchent même des subsides de plus de 1000 euros par mois. On en a la preuve à travers les courriers de Reyes. […] il est déplorable qu’il faille lire les courriers de Raul Reyes pour que cela se sache. Il s’agit d’argent public. Plus grave, je pense qu’il s’agit de concessions faites par la France pour obtenir des contreparties de la guérilla. Seulement cette dernière n’en n’a jamais faite aucune.”

MJ

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services