Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie / Histoire du christianisme

Faire la lumière sur les dérives de la révolution mexicaine sans parler des Cristeros ?

Faire la lumière sur les dérives de la révolution mexicaine sans parler des Cristeros ?

Trois mois après son investiture, le président du Mexique a ouvert le 4 mars 2019 les archives des services de renseignement afin de « faire la lumière » sur les dérives des partis issus de la révolution mexicaine, de 1929 à 1985. Toutefois, le martyre des Cristeros ne semble pas être inclus dans cette recherche de la vérité :

Andres Manuel Lopez Obrador a lancé le 1er mars 2019 un appel vibrant, implorant « pardon au nom de l’Etat » aux victimes des heures sombres de la révolution mexicaine. La veille, le président mexicain avait signé un décret déclassifiant plus de 10 000 caisses de documents, jusqu’alors conservées sous scellés aux Archives nationales .

Les dossiers concernés, croit savoir Le Monde, porteraient sur quatre-vingt-dix ans d’exactions. Mais on peut reprocher à l’exécutif mexicain la dimension sélective d’un mea culpa qui ne prend pas en compte les crimes contre l’Eglise perpétrés par la révolution. 

En effet, entre 1926 et 1929, les catholiques mexicains se levèrent par dizaines de milliers sous la bannière du Christ-Roi, afin de lutter contre une législation ouvertement impie et persécutrice. Ce fut la guerre des Cristeros – ou Cristiada – qui se termina dans le sang, en 1929.

Car, malgré leur démobilisation – encouragée par certains évêques – en échange d’une promesse de paix de la part du gouvernement révolutionnaire, les Cristeros furent massacrés par milliers, femmes et enfants compris.

L’ouverture des archives secrètes concerne la période qui suit immédiatement la persécution des Cristeros : un flagrant délit de mémoire sélective qui ressemble à s’y méprendre au traitement réservé, en France, à la question du « génocide vendéen ».

Partager cet article

5 commentaires

  1. Signature franc-maçonne pourtant à l’origine de cette persécution.

    Cherchez la paille…

  2. Il est évident que toute la lumière ne sera pas faite si on ne parle pas du martyre subi par les courageux et héroïques « Christeros » ! En France, nous n’en sommes pour l’instant qu’aux fusillades merdiatiques, mais… dans un avenir plus ou moins lointain, notre joue gauche pourrait nous cuire fortement…

    Je suis tout à fait d’accord avec ceux qui diront qu’il faut prier, et même jeûner, pour éloigner les forces du Mal… mais je ne peux m’empêcher d’ajouter que le Christ ne nous a jamais demander de nous laisser maltraiter et mener comme bestiaux à l’abattoir ! Par conséquent, je crois qu’il existe des circonstances où il faut savoir se défendre par des moyens, disons humains, et qui sont ceux qui ont été employés, entre autres, par les Chouans ou bien Charlotte Corday…

    Cessons d’avoir peur ! Je crois absolument qu’il faut montrer les crocs et les griffes ! et les employer quand cela sera nécessaire ! Nous avons le devoir de nous protéger, de défendre notre culture et notre civilisation attaquée de toutes parts, d’assurer à nos enfants (de tous les enfants) un avenir autrement meilleur que celui qui nous est imposé aujourd’hui par le fric, les caprices et les délires de certaines ultra-minorités et l’égoïsme des nantis…

  3. Correction : « … le Christ ne nous a jamais demandé de nous laisser… » désolé pour mes fautes qui reviennent souvent !

  4. La franc maçonnerie est viscéralement anti catholique que ce soit en France avec la révolution et les massacres de prêtres qu’ au Mexique avec les cristeros ou qu’ en Espagne en 1936 avec les tortures et meurtres de religieuses et prêtres,une fois qu’ on a saisi celà tous ces mouvements dits de gauche dits progressistes sont cohérents avec leur ideologie quelque soit le lieu et l époque

  5. Voila une attitude fort bien avisée pleine de sagesse et de dignité , Mr Irishman. Bravo à vous pour ces magnifiques paroles. Je plussoie.

Publier une réponse