Bannière Salon Beige

Partager cet article

Liberté d'expression

Faire de la communication de droite

Après avoir été journaliste durant
près de 30 ans, Bruno
Larebière a créé une société de
conseil en communication ([email protected]). Extrait de son entretien à Monde et Vie :

M"Le principal obstacle que
rencontre l’« homme de droite » – quelle que soit
« sa » droite –, c’est lui-même
. A savoir […] la certitude – légitime –
qu’étant porteur du « bon sens », les choses doivent
s’imposer par elles-mêmes et n’ont pas besoin d’être
expliquées par une campagne de communication […].
Je pourrais citer aussi une hémiplégie qui lui
fait tenir tout ce qui est émis par des gens de gauche
comme a priori détestable selon un sectarisme
qui, trop souvent, n’a rien à envier à celui de la
fraction la plus bruyante de la gauche […].

Votre réquisitoire est violent…

Il l’est, et, si je l’exagère volontairement, c’est
afin de bien faire comprendre que la communication
est d’abord affaire de méthode avant d’être
une affaire d’imagination. Il est impératif de faire
d’abord sauter les verrous psychologiques de
l’« émetteur » si l’on veut qu’il ait une chance de
se faire entendre du « récepteur ».
Sinon, il ne va
parler qu’à lui-même et à ceux qui sont d’accord
avec lui, ce qui n’a aucun intérêt.

N’existe-t-il pas à droite un complexe
face aux médias, un défaut d’identité,
voire une honte de se réclamer de la
droite et de ses idées?

C’est ce que je vous disais: quand j’entends
parler de la « caste médiatique », cela me fait hurler
.
On confond par cette formule les quelques
grands éditorialistes avec l’ensemble d’une profession composée de personnes qui cherchent avant
tout à faire leur métier. On peut les ostraciser globalement,
si ça fait plaisir, mais qu’on ne cherche
pas ensuite à leur expliquer qu’on n’est pas de
mauvais bougres. L’erreur inverse, tout aussi idiote,
est de chercher à les convaincre qu’on a raison.
Ce qu’on est légitimement en droit d’attendre
d’un journaliste, c’est qu’il rapporte ce qu’on lui
dit et ce qu’on fait, et commente mots et actes sur
la base de la réalité de ce qu’on est
.
Pour ce qui est de la honte de se réclamer de
la droite, cela relève de la difficulté à mettre à jour
son logiciel. Pour beaucoup d’« hommes de droite », la société est la même en 2012 que ce qu’elle
était dans les années Mitterrand et Chirac, que j’associe
dans la chape de plomb du « politiquement
correct » qui a pesé sur la France. Or c’est faux. Les
années Sarkozy, quoi que l’on pense de son action,
ont libéré la parole, ouvert des espaces, fissuré tout
l’édifice de la « bien-pensance » de sorte qu’il faut
être sourd et aveugle pour croire qu’il est encore
tabou de se dire de droite
.

[…] De façon concrète, la droite doit
apprendre à la fois à « travailler en mode projet »,
c’est-à-dire sur un temps court avec des effets immédiats (ce que font très bien les Identitaires), et
accepter de s’investir dans des travaux de fond qui
ne porteront leurs fruits que dans dix, vingt ou
trente ans (ce que font très bien les réseaux catholiques).
Pour ce qui relève purement, ou concrètement,
de la communication, la droite dispose d’atouts
considérables. Je suis profondément persuadé que
nous nous trouvons à une charnière historique de
renversement des perspectives
– là aussi, que la
droite arrête de cultiver un défaitisme paralysant!
– et que beaucoup de choses qui n’étaient plus
audibles le redeviennent
.
En raison de la crise économique et des lourdes
incertitudes pesant sur l’avenir, les Français
retrouvent ces « valeurs refuges » que sont l’ancrage
dans un terroir, le renforcement des liens
familiaux, le besoin d’inscription dans une lignée
via la recherche généalogique, etc. Ce terreau est
extrêmement favorable […]."

Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

Merci,

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

2 commentaires

  1. 100% d’accord avec ce M. Larebiere.
    Notre courant est rempli de bon sens, mais est nul en communication, je trouve.
    Tout le contraire de nos amis gauchos.
    Une autre arme que je trouve trop peu utilisée chez nous est l’humour.
    Ou sont nos humoristes?
    De bons humoristes pourraient faire un malheur avec toute l’absurdité et les deux poids deux mesures de notre époque.
    Il nous faut un équivalent des guignols de l’info.
    Même moi, j’imagine ce que diraient les guignols sur tel sujet d’actualité s’ils étaient de notre coté.

  2. Bien vu sur la com de droite souvent déficiente et qui excuse son inefficacité par un défaitisme de principe.
    Par contre le coup du Sarkozisme qui aurait libéré la parole de droite est peu crédible : le sarkozisme ”de droite”, ce sont deux campagnes électorales présidentielles en 2007 et 2012, encadrant un septennat de gauche et d’immobilisme, avec ouverture à gauche (Mitterrand et la pédophilie, Kouchner, 2Attali, etc…..) et réformettes de demi mesures sur qq sujets.
    M. LAREBIERE ne comprend pas que c’est à cause de l’existence du FN en 2007 et de sa renaissance en 2012 que SARKOZY a légèrement fait du droitisme verbal à visées électorales.
    C’est la liberté de ton de JM LE PEN, même dans ses excès, qui a fracturé le mur de la censure de la gauche et obligé la droite à réaliser que sans idées de droite ou apparences d’idées de droite, rien n’est plus possible pour reprendre ou conserver le pouvoir.
    C’est important cela : en 2013, 2014 et années suivantes ce ne seront pas qq propos droitiers qui permettront à l’UMP sans Sarko de reprendre régions, villes et départements à la gauche qui se sera entre temps alliée aux centristes.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services