Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie / Médias : Nouveaux médias

Face à la cathophobie, le silence est aussi une arme

Henri Hude, prenant l'exemple de Wellington, stratège vainqueur de Napoléon, écrit :

W "Supposez que le pape soit encore une fois cette année traîné dans la boue, au mépris de la plus élémentaire déontologie. Que dirait Wellington, selon vous, à tel cardinal, ou à tel porte-parole des évêques de France, ou à tel responsable d’association catholique, ou peut-être même au Vatican, à condition qu’ils aient la même humilité que Wellington ? Réponse à mon avis évidente : ne vous imaginez pas que vous êtes des surhommes. Il n’y a pas de miracle pour des hommes qui doivent se servir de leur raison ; refusez le contact sur des terrains où le combat est perdu d’avance.
Que veut dire ici : rompre le contact ? Tout simplement, se taire. Ne pas répliquer, ne pas commenter, ne pas polémiquer, ne pas même nier. Se taire. Seul le silence est capable d’arrêter un moulin à paroles.
Pourquoi Wellington conseille-t-il de rompre le contact? Parce que l’idéologie a besoin de donner à ses rituels de mise à mort, l’intérêt d’un match de boxe et la respectabilité d’un débat. Or le match n’a d’intérêt que si la victime se débat. Les cartes sont truquées, mais il faut que la dupe accepte de venir s’asseoir à la table de jeu. Ne pas s’y asseoir : tout est là.

«Jésus, pendant ce temps, gardait le silence.» Et Ponce Pilate en est stupéfait. Il n’est sûrement pas le seul. Wellington conseillera ici de faire de même. Ceux qui opposeraient le mutisme à l’injure, le silence au tintamarre médiatique, la chaise vide à la manipulation des débats, n’imaginent pas quel vacarme étourdissant ils feraient.
[…]

Un responsable, aujourd’hui, n’a plus besoin des grands médias pour communiquer, du moins s’il a quelque chose à dire. Plus un pouvoir existe réellement, moins il a besoin de paraître, et inversement. Aujourd’hui, avec un simple site Internet et une caméra grand public, on peut en grande partie contourner les institutions médiatiques.
[…] Quand un terrain n’est plus habitable pour la raison, celle-ci doit chercher un ailleurs où exister : un site internet avec des contenus de qualité, un système de blogs, etc. C’est sur Internet qu’il est possible de mettre à disposition documents, références, témoignages, images, commentaires sérieux, vidéos, interviews audio. Il y a là tout un travail de journalisme réel à inventer."

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

17 commentaires

  1. a votre avis faut-il étendre cette posture à notre système politique, c’est à dire s’abstenir d’aller voter ?

  2. je trouve ce message, pour des raisons personnelles, très encourageant ! C’est en effet la seule défense face aux attaques odieuses que beaucoup d’entre nous subissons…

  3. On entend si souvent dire que le Pape ne sait pas communiquer dans les médias. Plutôt que chercher à “mieux” communiquer en se conformant aux exigences de la gent médiatique, peut-être vaudrait-il mieux en effet de ne pas communiquer (pas à travers eux, en tout cas).

  4. J’aurais préféré le jour de la Saint Jeanne d’Arc, un autre stratège que Wellington pour évoquer cette stratégie bien connue des militaires avant et après 1815. Mais bon l’intention était bonne!
    Humour

  5. Le silence, bien sûr, lorsque l’on est injustement attaqué et que les faits démentent les accusations. Il n’est pas sain de prendre le public pour un imbécile, il peut se faire un opinion tout seul.
    Autrement dit, il ne faut pas nourrir les trolls. Les débats sans fin ne servent à rien.
    Mais le silence par mépris, non ! Il faut avoir la charité du dialogue. Ne pas oublier que le silence est une des armes du harcèlement moral, c’est aussi une des armes des malfaiteurs accusés.
    Il n’y a donc pas de règle absolue, il y a la charité qui éclaire tout.

  6. Oui, trois fois oui: garder le silence. Discute-t-on avec le démon? Ce que ses auxiliaires redoutent le plus, c’est l’indifférence,non pas comme ceux qui “s’en lavent les mains”, mais comme ceux qui ont mieux à faire que de mettre le nez dans les ordures. Regardons le Saint Père, avançons,prions ,et gardons la paix “qui surpasse toute parole”.
    Le flegme britannique peut donc avoir une dimension plus profonde qu’un simple trait de catactère…never complain, never explain …cela exige du courage, de l’intelligence, et surtout une espérance invincible.

  7. Ce serait trop simple.
    Peut-être que tout dépend des cas, des personnalités en jeu, de la qualité des attaques, bref que l’affaire est trop compliquée pour se donner une ligne de conduite une fois pour toutes.

  8. C’est très opportun de rappeler que le Seigneur s’est tu face à l’Adversaire qui s’acharnait sur lui lors de son procès. Je crois effectivement qu’il nous est parfois nécessaire de garder le silence face aux attaques nauséabondes. En fait, comme dit Jean Theis dans un post précédent, “l’affaire est trop compliquée pour donner une ligne de conduite une fois pour toute.” A ce sujet, profitons de la fête de la Pentecôte qui approche, pour demander à l’Esprit-Saint les “bonnes” façons de réagir dans chaque situation où l’on est mal-mené: le silence ou la réponse verbale. Je crois, en effet, que c’est la priorité que de demander au Paraclet de nous inspirer avant d’agir dans tel ou tel sens.

  9. “l’idéologie a besoin de donner à ses rituels de mise à mort, l’intérêt d’un match de boxe et la respectabilité d’un débat.”
    C’est exactement la raison pour laquelle il ne faut pas entrer dans le jeu démocratique, qui de toutes façons, ne peut que mal se terminer pour les catholiques!
    Le silence, c’est l’abstention!
    Mais les bavards qui se sentent un besoin irrépressible de bavasser, vont voter.
    La preuve?
    200 ans , ça ne vous suffit pas?
    Denis Merlin,
    D’accord avec vous pour la charité du dialogue!
    Sous condition que l’interlocuteur, même d’un avis différent voire opposé soit de bonne foi( non de bonne Foi).
    En cas de cathophobie avéré, je ne connais pas d’exemples de bonne foi!
    Si les gens ne sont pas sincères, il est évident que le silence est la meilleure réponse!
    on nous traite à ce moment là de méprisant!
    Et alors? Que nous importe les insultes?

  10. LE: messieurs les censeurs bonsoir de maurice CLAVEL est resté célèbre quand tant de débats contradictoires ont sombré dans l’oubli

  11. De toute façon, les médias constituent un miroir déformant. On se sent “obligés” de répliquer, de “rétablir des vérités”, mais on court le risque de trop en faire. Une bonne partie de l’opinion n’a pas besoin de notre aide pour lire entre les lignes et prendre du recul par rapport aux “salades” des Pujadas et autre. Les gens ne sont pas si bêtes ! Oui, souvent on en fait trop en discutant de détails avec nos adversaires, comme si cela faisait une quelconque différence, alors que se taire est souvent la meilleure attitude face à des attaques qui frôlent le caniveau.
    ps: il y a quand même quelques vérités à rétablir face à des mensonges trop énormes, ou dont on sent qu’ils “prennent” dans l’opinion.

  12. @ hb : je connais un catophobe avéré qui allait jusqu’à aider les homicides : saint Paul. Comme les lapidateurs avaient besoin de quelqu’un qui garde leurs effets pendant qu’ils étaient occupés à lapider, il garda les effets des lapidateurs de saint Etienne. Il était allé loin dans le crime catophobe, dans la haine de saint Etienne qui était un ange de pureté et de douceur.
    Donc un interlocuteur est avant tout un être humain.
    Cela dit je ne suis pas sûr que la comparaison avec la stratégie militaire soit bonne.
    Ce n’est pas parce que l’on se sent en infériorité, mais parce que le débat n’est pas loyal que l’on doit le refuser.
    En l’occurrence les accusations contre Benoît XVI qui vont jusqu’à l’accuser de pédophilie ne doivent pas recevoir de réponse, non parce que le pape serait en terrain difficile, mais parce que les faits parlent d’eux-mêmes si l’on veut bien se donner la peine de les connaître et de les analyser. Le public n’est pas idiot et ne s’y trompe pas (voir le triomphe de Turin du 02 mai auquel j’ai assisté, mais il est vrai que les médias italien sont plus sérieux que les médias français), donc le débat est inutile.
    En revanche, ceux qui s’attachent, contre les forgeries des médias, à rétablir la vérité des faits sur les blogs font oeuvre de grande utilité. Par exemple lorsque le cardinal Ratzinger avait conseillé à un évêque de refuser un passe-droit à un prêtre pédophile et que les médias officieux font passer cela pour une complaisance pour le prêtre, il est très utile de vérifier les faits et de les rétablir (cas du Père Kiesle). Il en est de même lorsque l’on accuse le cardinal Ratzinger d’avoir eu des complaisances pour le P. Maciel, alors qu’il a agi avec une grande détermination pour mettre ce triste individu hors d’état de nuire.
    Le cardinal Ratzinger-Benoît XVI est un adversaire acharné et déterminé de la pédophilie dans le clergé.
    Il est vrai cependant que, vu l’ambiance et sans doute les mots d’ordre, il est impossible de rétablir la vérité dans les médias officieux, en ce sens monsieur Hude a raison : vivent les blogs !

  13. @tite @HB
    Bien sûr qu’il faut appliquer la posture de
    Wellington au système politique Révolutionnaire – Républicain (pléonasme) qui nous régit actuellement, donc refuser de combattre sur son terrain et avec ses armes (la dialectique, entre autres).
    Plus, opposer le Nationalisme au Libéralisme politique et philosophique du système est une bévue. Le Nationalisme est un aussi un subjectivisme qui n’oppose aucune différence de nature mais seulement de degré sur l’échiquier du Libéralisme.
    Lorsque chacun de nous aura, enfin, compris ce qui se passe, tout deviendra possible…
    pour information, formation et contact : [email protected] , et le site http://www.viveleriy.fr
    Il devrait aller, sans dire, que le suffrage universel, la souveraineté populaire, sont diamétralement opposés au Christ-Roi des coeurs et des cités et à son épouse mystique l’Eglise catholique, apostolique et romaine.

  14. Denis Merlin,
    Je vais sans doute vous étonner en disant, qu’à mon avis, le cathophobe dont vous parlez était de bonne Foi: c’était un homme honnête qui pensait bien faire en exterminant ceux qu’il prenait pour des sectaires!
    Mais, même pour lui, il a fallut une intervention divine pour lui ouvrir les yeux!
    Pensez-vous qu’un “dialogue” avec qui que ce soit aurait eu le même effet?

  15. Jeanne d’Arc et Wellington ont en commun de s’être illustrés tous les deux un 18 juin !
    Ceci dit, le Duc de Fer avait la modestie de reconnaître que sans Blücher il aurait perdu la bataille, il s’appretait d’ailleurs à donner l’ordre de retraite.

  16. Bonjour,
    Vous pouvez retrouver d’autres articles d’Henri Hude sur le site de l’auteur:
    http://www.henrihude.fr
    Editions Monceau

  17. @ allegrovivace
    ma question n’en était pas vraiment une, mon but était de faire réagir et et prendre conscience exactement dans le même sens que vous l’avez indiqué.Pour ce qui est des références que vous citez, je constate que nous avons exactement les mêmes si vous voyez ce que je veux dire.
    Fraternellement
    Vivat rex

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services

 

Pendant le confinement, le combat ne s'arrête pas.

Le Salon beige a besoin de votre aide pour défendre les principes non négociables!