Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Benoît XVI

Evangélisation du Brésil : Benoît XVI s’est-il rétracté ?

Oui si l’on en croit cette dépêche de l’AFP, intitulée "Benoît XVI corrige son récit de l’évangélisation des Amérindiens" :

"Le pape Benoît XVI a reconnu mercredi les "ombres" ayant accompagné l’évangélisation en Amérique latine, dix jours après avoir déclaré au Brésil qu’elle n’avait pas été imposée aux Amérindiens, pour tenter de réparer de nouveaux dégâts commis lors d’un voyage à l’étranger.

Cette autre dépêche, titrée "Benoît XVI, un pape coutumier des revirements après des discours polémiques", surenchérit en citant les affaires d’Auschwitz et de Ratisbonne :

"Benoît XVI est déjà revenu à plusieurs reprises sur des discours prononcés à l’étranger pour tenter de désamorcer les polémiques qu’ils ont suscitées. […] Ce spectaculaire revirement au retour d’un voyage n’est pas une première pour le pape théologien".

Voici ce qu’a dit le Pape ce matin :

"Le souvenir d’un passé glorieux ne peut faire oublier les aspects sombres de l’évangélisation de ce continent…, les souffrances et les injustices infligées aux indigènes par les colonisateurs jusqu’à la négation de leurs droits fondamentaux. Le devoir de rappeler ces crimes sans nom dénoncés par des missionnaires comme Bartolomé de la Casas ou des théologiens comme Francisco de Vitoria…ne saurait effacer l’ouvre magnifique accomplie à l’époque par la grâce divine parmi ces peuples".

Revirement ? Parlons plutôt de précision. L’évangélisation de l’Amérique du sud a inéluctablement été un bien pour cette région, même si elle a pu s’accompagner d’abus. Voilà ce qui déplait à la pensée unique, qui conteste les bienfaits de l’évangélisation et en profite sournoisement pour attaquer l’infaillibilité pontificale, en laissant entendre que le Pape passe son temps à se tromper.

Michel Janva

Partager cet article

6 commentaires

  1. Juste une précision : on ne peut parler d' »infaillibilté pontificale  » pour toute intervention du Pape. Ce dogme de Vatican I strictement circonscrit à la foi et à la morale, fait partie des nombreuses incompréhensions véhiculées par les media.
    Il n’en demeure pas moins que le manque d’empressement de nombreux journalistes à faire l’effort de comprendre les messages pontificaux est consternant. A contrario les efforts d’imagination déployés pour pervertir le contenu du message trahissent la haine et l’hypocrisie…On sait depuis les origine de l’Eglise à qui profite le crime, L’Eglise est et sera toujours un signe de contradiction pour le monde !

  2. Malheureusement, même u sein de l’Eglise, des évêques vont souvent à l’encontre du pape, c’est un des effets pervers de la « collégialité » introduite par Vatican II, pour moi.Et il-y-a un courant important qui a ses « entrées » dans les médias.Je feuilletais hier « Golias » au Ctre Pompidou (on n’y trouve ni « la nef » ni « l’homme nouveau » ni « fidéliter » etc), c’est effarant ! Ils titrent « au secours, l’ancienne messe revient » ! Cette publication n’est pas catholique à proprement parler mais Christian Terras son directeur est souvent invité par les journalistes et ne ménage pas Benôît XVI.A noter que pour « Apocalypto », le film de mel Gibson qui décrit la sauvagerie des civilisations d’Amérique avant le Christianisme, ce fu^t également la « cuurée ».

  3. C’est catholique comme journal, ça, La Croix ??

  4. Encore de la désinformation … plutôt aller revoir « Apocalypto ».

  5. « Mentez, mentez, les gens finiront par croire que c’est vrai…. »

Publier une réponse