Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie

Euthanasie : ultime liberté ou ultime trangression ?

Euthanasie : ultime liberté ou ultime trangression ?

De Nicolas Tardy-Joubert, président de la Marche pour la Vie :

Alors que notre pays se débat dans une crise sanitaire depuis plus d’un an, en cherchant à protéger la vie de tous les Français, quatre parlementaires venant d’horizons différents proposent paradoxalement des lois pour légaliser l’euthanasie. Au prétexte que d’autres pays ont autorisé l’euthanasie, faudrait-il aussi faire ce premier pas législatif en France ?

Mais qu’y a t-il de digne à permettre le suicide assisté, à tendre la corde ou la seringue à celui qui souffre ou est en fin de vie ? Est-ce la bonne réponse ? Le « droit à mourir dans la dignité », n’est finalement qu’une négation de la personne humaine. Celle-ci ne devient pas indigne parce que son état physique ou mental se dégrade. Le devoir est de soulager, d’accompagner la personne humaine et de respecter la vie. Hippocrate, qui a fondé l’éthique médicale il y a 25 siècles disait : « je ne donnerai pas de poison, même si on m’en demande, ni ne prendrai l’initiative d’une pareille suggestion ».

Ce premier pas, ce nouveau pas, nous entraînerait dans un avenir qualifié par ses promoteurs « d’ultime liberté ». Celui-ci deviendra vite sordide. La logique est la même qu’avec la loi Veil, ou certaines restrictions initialement posées par le législateur ont toutes été progressivement levées. En effet la transgression de principes moraux fondamentaux, des éléments de base d’une société civilisée, entraine inéluctablement vers toutes les dérives.

Donner la mort, plutôt que soulager. Dire que toute vie ne mérite plus d’être vécue. Dire qu’une personne humaine n’a plus de dignité quand elle souffre ou est affaiblie. C’est la porte ouverte vers tous les renoncements éthiques. On l’a vu avec l’exécution de Vincent Lambert, qui n’a pas eu la chance d’avoir des séances de rééducation, d’être soigné, stimulé, promené. C’était plus simple d’interdire les visites, de le laisser enfermé dans sa chambre, de s’en débarrasser en le laissant mourir de soif. Il est vrai que l’hydratation depuis la dernière loi Claeys-Leonetti, n’est plus considérée comme un soin de base, mais comme un traitement. En l’occurrence, Vincent Lambert n’avait rien demandé. Comme lui, 1500 personnes en stade pauci-relationnels sont dans l’antichambre de la mort.

Un premier pas qui sera suivi de beaucoup d’autres. Des lits occupés que l’on pourrait libérer. Des personnes handicapées dont il est compliqué de s’occuper et dont on pourrait accélérer le départ. Des malades dont on pourrait finalement se passer. Des mineurs dont on pourrait abréger la vie. Des vieux pour lesquels on pourrait économiser des retraites. Est-ce le futur dont nous voulons ? Notre société sera-t-elle à ce point inhumaine ?

Ce que nous voulons c’est un plan national pour déployer de vrais soins palliatifs en milieu hospitalier ou à domicile. Il faut pouvoir soulager la douleur, permettre une sédation discontinue en cas de besoin, et permettre un accompagnement familial en fin de vie. Il ne doit pas y avoir, bien sûr, d’acharnement thérapeutique, mais il doit y avoir un respect absolu de la vie. C’est une question d’humanité.

Aujourd’hui 8 avril, la proposition de loi Falorni pour légaliser le suicide assisté et l’euthanasie examinée à l’Assemblée nationale. Des milliers d’amendements ont été déposés par des députés courageux pour s’y opposer. La dignité est de leur côté. Mettons en échec la culture de mort.

Partager cet article

6 commentaires

  1. ‘…notre pays se débat dans une crise sanitaire depuis plus d’un an, en cherchant à protéger la vie de tous les Français…’

    Désolé, je ne vis pas dans cette France… Ah se débattre ! Ah protéger le vie de tous les Français !!! C’est qui qui fait ça ? C’est Macron and Co ?

    Ce M. est hors-sol ! Il fait partie des grands incantateurs qui disent ‘Mettons en échec la culture de mort.’ Pathétique !

  2. non, ce ne serait pas l’ultime transgression . Il y a encore une réserve : le TRANSHUMANISME : chimères homme-robot, puces d’intelligence artificielle,et titti quanti !

  3. Il va laisser d’affreux souvenirs, le locataire actuel de l ‘ancienne demeure de la Pompadour, un sillage morbide et mortuaire.

  4. Les promoteurs de l’euthanasie, comme ceux de l’avortement en son temps, ne peuvent justifier leur choix qu’en produisant des cas dramatiques de personnes subissant des souffrances extrêmes mais en aucun cas il n’est évoqué l’intérêt supérieur de la société, le bien commun. Dans un tel débat, la seule question qu’il convient de se poser, c’est de savoir si des situations particulières prévalent sur l’intérêt général.
    Quand une civilisation n’a plus que la mort à offrir aux personnes en détresse morale ou physique, cela signifie qu’elle intègre cette mort elle-même dans son propre destin. La société n’est plus programmée pour favoriser et protéger la vie de ses membres ce qui est son unique raison d’être, son essence même, alors, comme dit Houellebecq, elle n’a plus qu’à disparaître dans le néant. L’Occident est en passe de programmer sa mort.

    • à ma connaissance , la “demande” d’euthanasie est réduite de 90 % par des soins palliatifs adaptés ; or, l’offre de ces soins est encore insuffisante dans bien des régions et la priorité est donc de les développer. Restent les 10 % qui resistent. Mais alors, faut-il sacrifier le “bien commun” que vous invoquez avec pertinence, Collapsus, pour satisfaire des cas somme toute peu nombreux, et de plus, souvent emprunts d’une idéologie mortifère ?

  5. C’est ce qui demain distinguera la limite entre les êtres humains et les bêtes sauvages revenues à l’état primitif.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services