Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Euthanasie : l’avis du think tank du PS

Lu sur Gènéthique :

"Alors que Marisol Touraine est censée présenter un projet de loi en conseil des ministres d’ici l’été sur la fin de vie, le think tank Terra Nova, club de réflexion de gauche, publie une note cette semaine en vue de proposer des "améliorations" à la loi Léonetti. La philosophe Corine Pelluchon, professeur à l’université de Franche-Comté, a rédigé cette note.

La première amélioration présentée a trait aux "directives anticipées", c’est-à-dire la rédaction de consignes pour sa fin de vie, possibilité "encore mal connue" de la loi Léonetti. Trois cas de figure se présentent : Terra Nova recommande que les directives anticipées soient contraignantes juridiquement et obligatoires lorsque le patient se trouve dans le coma, ou dans un état végétatif persistant ou pauci-relationel (comme c’est le cas pour Vincent Lambert). Dans les autres cas, un mandataire désigné par le patient est chargé de vérifier que les volontés du patient sont respectées. Enfin, pour les personnes conscientes, Terra Nova préconise de développer l’offre de soins palliatifs.

Autre sujet, l’aide médicale à mourir. Corine Pelluchon estime qu’elle ne doit être ouverte qu’aux personnes en fin de vie et qui on eu accès aux soins palliatifs. "Cela concerne très peu de personnes". Pour ces personnes, Terra Nova souhaite s’inspirer de l’état de l’Oregon (USA) qui a mis en place une "assistance pharmacologique au suicide". Il s’agit, pour un médecin, de prescrire une ordonnance à un patient, pour lui permettre de se procurer en pharmacie un produit létal. De cette façon, le suicide reste une"affaire privée"."

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

7 commentaires

  1. «Il s’agit, pour un médecin, de prescrire une ordonnance à un patient, pour lui permettre de se procurer en pharmacie un produit létal. De cette façon, le suicide reste une”affaire privée”.»
    Quelle hypocrisie ! Comme son nom l’indique, une “ordonnance” exprime bien la volonté du prescripteur – en l’occurrence celle de tuer le patient ! – et engage donc pleinement la responsabilité du médecin.
    On a froid dans le dos en entendant que “Terra Nova recommande que les directives anticipées soient contraignantes juridiquement et obligatoires” : cela va au delà de la possibilité de hâter la mort, ou d’une simple dépénalisation de l'”euthanasie” pour instituer à l’égard des soignants une véritable obligation de meurtre.
    Quel médecin digne de ce nom peut accepter pareille injonction ?

  2. Si l’entreprise de démolition UMPS, n’avait pas sévi en France depuis des décennies …nous aurions de jolies maisons de vie pour nos personnes handicapées (soins et activités adaptées) et nos jeunes filles enceintes ou jeunes Mamans(prise en charge de l’enfant durant la poursuite des études ou travail) avec du personnel formé…la gestion n’en est pas difficile… Seulement voilà nous sommes entre les crocs de l’UMPS!

  3. A quand un projet de loi appliquant l’euthanasie immédiate à ses partisans ?
    Vous verrez que tout à coup ils ne se bousculeront plus.
    Et on pourrait passer à autre chose que de discutailler des heures sur la meilleure manière d’assassiner son prochain de la manière qui puisse paraitre le plus légal possible…

  4. Ce sont bien des assassins, qui reprennent le programme d’eugénisme hitlérien sous des couleurs “humanitaires”. Comme tonton Adolf.

  5. Un mandataire pour vérifier que les volontés du patient soient respecées? Et si ses volontés étaient de mettre toute sa famille dans le même état que lui? Ou le Président?

  6. A propos de Terra Nova (et sans lien direct avec le sujet évoqué ci-dessus),
    comment les syndicalistes sont “reclassés” :
    A 56 ans, l’ex leader de la CFDT échappe au sort du commun des seniors et commence une nouvelle vie à l’Inspection générale des Affaires sociales.
    C’est officiel, en janvier 2013, François Chérèque a été chargé par Jean-Marc Ayrault du suivi de son plan — truffé de miettes — de lutte contre la pauvreté. Grâce à cette nomination, Chérèque a déjà réglé un cas : le sien ! Payé 4.500 euros par mois quand il était à la tête de la CFDT, le voici désormais rémunéré 7.257,55 euros net/mois en tant qu’inspecteur général des affaires sociales (mais pour lui, le Smic reste toujours trop élevé)…
    De plus,il est aujourd’hui président du conseil d’administration du think tank de gauche Terra Nova et de l’Agence du service civique.

  7. Il va falloir se faire tatouer sur la poitrine “JE NE VEUX PAS QU’ON M’EUTHANASIE” au cas où on aurait un malaise !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services

 

Pendant le confinement, le combat ne s'arrête pas.

Le Salon beige a besoin de votre aide pour défendre les principes non négociables!