Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie

Euthanasie : Ce qui est revendiqué, c’est l’aide au suicide

Claude Evin, directeur général de l'ARS et Louis Puybasset, directeur du service neuroréanimation chirurgicale à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, signent une tribune dans Le Monde au sujet du débat enflammé sur l'euthanasie :

"Face à ces questions éthiques, le débat citoyen est nécessaire, mais ne nous trompons pas de débat. La loi donne toutes latitudes aux médecins pour traiter dans la dignité la souffrance liée à la fin de la vie. Ce qui est posé, c'est la question de l'aide au suicide. C'est-à-dire la question de l'ouverture d'un "droit à la mort". Dans le cas où un tel droit serait ouvert se poserait alors la question de savoir par qui et sous quelles conditions il devrait être mis en pratique. Ouvrir ce débat est sans doute une nécessité. Pour ce qui nous concerne, notre position est claire : légaliser le droit de "donner la mort" présente plus d'inconvénients et de risques de dérapages que d'avantages. C'est une direction dans laquelle il ne faut pas s'engager."

Partager cet article

6 commentaires

  1. A croire que les vieux coûtent vraiment trop chers à la société pour que l’on veuille les tuer…

  2. Il suffit d’envisager “d’ouvrir le débat” pour savoir ce que cela donnera.
    Car qui possède les moyens de formater l’opinion publique ou même de proclamer par sondages bidonnés ce qui en tiendrait lieu ?
    Ouvrir le débat c’est dénier le caractère sacré de la Vie.
    C’est faire – une fois de plus – de l’homme un matériau aux sévices, si j’ose dire, des humeurs de l’homme.
    C’est soit une ânerie monumentale à l’eau de rose , soit une mise en scène des plus cyniques comme le fut en son temps celle de l’avortement du trio très “académique” Chirac-Veil- Giscard.
    C’est donner la parole de la trahison aux faux prophètes et autres faux clercs mandatés par leurs maîtres obscurs pour dire que l’issue du débat aboutit à un” texte équilibré” et constitue une “avancée”, selon la langue de bois bien connue de la “religion du progrès contre l’humanité”.
    Ce texte m’apparaît comme une ruse supplémentaire qui fait partie intégrante du montage destiné à faire avancer le schmilblick.
    En donnant l’impression de refuser avec des cris d’orfraie “l’aide au suicide”, on justifie déjà suffisamment explicitement ce que le rusé Léonetti a fait aboutir par sa loi de 2005 et que l’on appelle faussement “l’euthanasie passive”.
    Souvenons nous que le Christ est mort du “débat” soulevé par son enseignement et son sacrifice au service des plus démunis, et avant tout de ces pauvres de coeur qui ne hantent pas seulement les mouroirs des sociétés dites “de progrès”.

  3. Déclaration cafouilleuse….Il faut un débat clair ,où les personnels de santé catholiques pourraient exposer nettement leur objection de conscience.Non possumus…

  4. On devrait aussi demander aux notaires et aux juristes ce qu’ils pensent d’une légalisation de l’euthanasie

  5. Notre époque est arrivée à poser sans vergogne ces deux questions :
    – A quoi bon la fécondité ?
    (qui est en plus, comme le rappelle le grand économiste Frédéric Lefèvre, la cause essentielle du marasme économique : “Pourquoi est-ce si difficile pour la France de faire baisser le chômage ? Il faut dire la réalité : parce qu’on a un taux de natalité beaucoup plus important que beaucoup d’autres pays”…)
    – Pourquoi pas le suicide ?
    (avec ces débats prochains sur l’euthanasie, on en viendra sans doute à vanter les bienfaits sociaux, économiques, écologiques et moraux du suicide. On n’arrête pas le progrès !
    Plus que de “stérilité moderne”, c’est de “stérilisation” qu’il s’agit : la Contre-genèse, c’est bien la suppression progressive de tous les fondements anthropologiques bibliques, et derrière les revendications libertaires, la haine de la fécondité, la fascination pour le néant.

  6. Par un autre chemin on va arriver à la culture japonaise : faible natalité, culture du hara-kiri.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]