Euthanasie au Luxembourg : le rôle des catholiques

Extraits de la lettre que le président de l'Académie pontificale pour la vie, Mgr Rino Fisichella, a adressée aux parlementaires du Luxembourg :

F "La Congrégation pour la Doctrine de la Foi dans sa Note doctrinale sur l'engagement et le comportement des catholiques dans la vie politique a insisté encore : «Tous ceux qui sont engagés directement dans les instances législatives ont l'obligation précise de s'opposer à toute loi qui soit un attentat à la vie humaine. Pour eux comme pour tout catholique il est impossible de participer à des campagnes d'opinion en faveur de telles lois et il n'est permis à aucun d'eux de les soutenir par son propre vote». Cet enseignement donne une orientation sûre au parlementaire catholique qui veut montrer que son action politique est inspirée par sa foi, même dans la légitime autonomie propre des institutions et de la laïcité nécessaire pour le respect de tous. Par conséquent, tout parlementaire catholique de conscience stricte doit s'opposer par son vote à une loi qui soutient la légitimité de l'euthanasie. La liberté du parlementaire nuit au bien commun quand son choix politique se fonde sur une base relativiste qui confond toutes les positions en les prétendant licites au nom de la liberté individuelle. Il est bon aussi d'ajouter que dans ce cas spécifique, selon l'enseignement de l'«Evangelium vitae», le parlementaire catholique ne peut pas non plus en appeler au principe du «mal mineur». Cette loi, en effet, n'a aucune valeur restrictive à l'égard d'une loi précédente puisque c'est la première fois qu'elle est affrontée par le Parlement du Luxembourg.

En outre, le citoyen catholique devrait réfléchir sérieusement au moment où il est appelé à élire par son vote un parlementaire qui a soutenu et voté une telle loi qui contredit totalement l'enseignement du Christ et de son Eglise, désavouant en même temps la loi morale naturelle."

MJ

2 réflexions au sujet de « Euthanasie au Luxembourg : le rôle des catholiques »

  1. Abbe Charles Tinotti

    Eh, oui : il va falloir que les cathos un peu cohérents intègrent de plus en plus la nécessité du vote blanc lorsque les sujets cruciaux (euthanasie, avortement, liberté scolaire, Jour du Seigneur ….) sont en jeu.

Laisser un commentaire