Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Européennes

Un sondage Ifop sur les intentions de vote pour les européennes de juin 2009 donne les estimations suivantes :

" les listes Libertas de Philippe de Villiers (5%) et Debout la République (DLR) de Nicolas Dupont-Aignan (2%) gagnent un point. Le Front national de Jean-Marie Le Pen cède un point (6%) et les listes de Carl Lang et de Jean-Claude Martinez, dissidents du FN, représentent 0,5% des intentions de vote".

Sachant qu'il va falloir entre 7 et 9% voir plus en fonction des circonscriptions pour obtenir un siège, l'éparpillement des listes de droite indépendantes et souverainistes pourraient frôler "l'exploit" de n'obtenir aucun député…pour un score cumulé d'environ 13,5% !

Mais la campagne n'a pas commencé….

Philippe Carhon

Partager cet article

24 commentaires

  1. Eh ben, vivement le retour du roi !

  2. On découvre ainsi tout l’intérêt de la candidature de Philippe de Villiers.
    Il s’agit d’une manœuvre de dispersion au profit de Sarkozy.
    On comprend son élection de maréchal en Vendée
    et ses silences devant la politique destructrice de son maitre.

  3. Piero oublie que les européennes sont plus favorables à Villiers, qui est un remarquable président de conseil général et un catholique courageux, qu’à Le Pen.
    Le premier enseignement à tirer des récents déboires du FN et de ce sondage est que la machine Le Pen est grippée. Les cadres s’en vont à toute vitesse et il ne semble plus y avoir une once de sens du devoir et d’esprit patriotique. Le FN, définitivement, est devenu un parti, avec tout ce que concept emporte de pourriture et de vanité.

  4. Cette analyse a le mérite de clarifier la situation !
    Il est maintenant démontré clairement que la république est incapable d’unir son peuple.
    Vive les Rois qui ont fait et unis la France !
    Vive la monarchie de légitimité Divine !
    Le Roi, vite !

  5. Ne nous inquiétons pas trop, un sondage de pré-campagne mesure seulement le soutien le plus solide. Ici, c’est donc un bon signe.
    Quand l’attention des médias se portera sur les européennes, nous pourrons convaincre au fur et à mesure les indécis, les abstentionnistes et même quelques euro-béats!
    La victoire au référendum de 2005 n’est pas si loin… Et une chose est sûre, le camp euro-réaliste jouera l’unité au maximum.

  6. Triste score et triste sort alors que la situation a rarement été aussi favorable !
    A l’inverse, à la suite d’un échec bien senti peuvent (re)naître des partis ou des structures plus modernes et ayant gardé les enseignements de la division, les non élus auront surtout beaucoup de temps pour réfléchir !

  7. J’aime assez la réaction pavlovienne de Piero. 5 listes souverainistes qui n’arrivent pas à s’entendre mais c’est avant tout celle de P2V qui gène.
    Le plus drôle c’est qu’au MPF on entend la même accusation concernant DLR.
    @ Piero : et les listes Martinez-Lang, par qui sont-elles instrumentalisées pour nuire à votre hérault ?

  8. Quand on pense que certains médias privilégient la candidature Besancenot au détriment des listes de la droite souverainiste et nationale, il y a quelque chose de pourri dans les instituts de sondage. On sait que Besancenot est dangereux pour la démocratie car il est à la fois antidémocrate et antisémite.
    Pour une fois que l’on crédite les listes Libertas de 5 % c’est un progrès, mais il ne faudra pas trop les oublier du débat européen quitte à avoir de grosses surprises au final lors des élections du mois de juin.
    Je vois LIBERTAS prendre de l’importance et faire une montée inexorable aux EUROPEENNES avec des scores à 12-13 %, voire un peu plus.
    Quant au NPA, il s’effondrera de lui-même…

  9. Bonjour
    Ce qui m’intéresse, ce sont les bases de raisonnement à travers les chiffres cités. Si un lecteur veut bien se donner la peine de tenter de les clarifier, il aura fait une bonne action aujourd’hui. En l’espèce :
    Le plancher des 5 à 7 % me semble faux. Dans le sud-est, il y a 13 sièges à pourvoir. Le plancher se situe donc à 7,7 %. Ailleurs, il n’y en a que 9. Le plancher pour obtenir un siège se situe alors à 11,1 %.
    Pour la cas de Carl Lang, analyser sa situation au plan national est aberrant puisque de lui-même il a annoncé qu’il ne présenterait pas de candidats face à Gollnisch et J.M.L.P.
    Au plan régional cette fois, zone nord-ouest, quel est le plancher ? Il me semble que c’est 10 % (10 sièges à pourvoir). La fille de Jean-Marie parviendra-t-elle à faire plus de 10 % avec le pompage de voix de Carl Lang ? Cela me semble difficile.
    Autre remarque : elle a fuit l’Ile-de-France parce qu’elle estimait qu’elle n’y serait pas élue. Le seuil me semble être à 7,7 % (13 élus). Or avec la crise économique et sociale, porteuse, il me semble que le F.N. est presque assuré de faire au moins 7,7 %.
    Tous ces raisonnements se basent sur des pourcentages.
    Quelqu’un peut-il infirmer ou confirmer ces seuils/planchers de 7,7-10-11,1 % ?
    Pourquoi parler de 5 à 7 % au niveau national alors que les élections se détermineront au niveau régional ?
    Merci à celui ou ceux qui passeront quelques minutes à tenter d’apporter des éléments à cette question.
    [Vous avez raison. La fourchette se situe entre 7 et 9% voir plus en fonction des circonscriptions; Je corrige.
    PC]

  10. C’est ainsi à chaque européenne : les voix souverainistes se partagent entre FN et MPF. Mais cette fois, il y a en plus Dupont-Aignan et les listes Lang-Martinez. Plus un baisse du FN et du MPF, dans les sondages, pour l’instant, par rapport à 2004.

  11. Ils se pourraient bien qu’ils n’obtiennent aucun député, mais ça ne fera pas que des malheureux. En effet, pour Dupont-Aignan le “but n’est pas d’avoir des députés”; pour le FN, il s’agit comme d’hab de barrer la route aux voix divergentes au système. Sans parler des chefs du CNI qui sont pour la dictature de l’UE (c’est pas possible qu’ils ignorent comment fonctionne l’UE).
    De toute façon, comme l’a dit le CSA, il y aura 1/3 de temps de parole pour le gouvernement, 1/3 pour la majorité (soit l’UMP et ses alliés), et 1/3 pour l’opposition (PS et ses alliés).
    Et devinez quels seront ceux qui auront le droit de passer à la télé et dans les grands média, en denors du système j’entends.
    Bref, rien de nouveau.

  12. @ Patrick Louis
    “Et une chose est sûre, le camp euro-réaliste jouera l’unité au maximum.”
    C’est loin d’être le cas pour l’instant mais, royaliste avant tout, j’espère néanmoins de tout coeur que votre désir se concrétisera réellement.
    Bon vent !

  13. @ LOUIS Patrick. Alors que les sondages lui donnent entre 5 et 7%, le MPF n’a rien trouvé de meiux que de s’allier au CPNT qui a exigé et obtenu deux têtes de liste : Nord-Ouest pour M. Nihous et Sud-Ouest pour ST Josse (qui avait complètement disparu). Or rien ne dit que tout le CPNT viendra voter pour le MPF que certains trouveront trop à droite, et certains MPF pour aller ailleurs ou s’abstenir voyant que leur parti cède la place aux autres. résultats des courses ??????

  14. Je suis d’accord avec cosaque et majaquet. Mais QUI on appelle : Louis Alphonse de Bourbon, la famille d’Orléans, un descendant de Bonaparte ? A mon avis, la guerre ne fait que commencer.

  15. Réponse à Yann H : On appelle celui que Dieu voudra bien nous envoyer. Il nous a bien envoyé Clovis …!

  16. @ gc
    Dire que le but du FN est de barrer la route aux voix divergentes du système est faire preuve d’un sens du non-sens assez poussé : car le FN incarne ce que le système rejette, au point que le MPF et les autres partis ou listes dites souverainistes s’ingénient à le plagier, particulièrement lors des européennes, du fait que le scrutin est de mode proportionnel. Si le souverainisme existe, c”est parce que le FN et ses militants ont maintenu le principe de l’idée nationale, ce qui a permis ensuite d’engager le combat contre Maastricht etc……
    Quand Patrick BUISSON qui conseille maintenant N. SARKOZY, conseillait encore P de VILLIERS, il lui faisait visionner des cassettes vidéos de J-M LE PEN, pour lui apprendre à parler à un public élargi.
    Tout ceci montre que le FN n’a jamais tenté de barrer la route à quiconque sauf aux gens du système qui le lui ont bien rendu, en suscitant des candidats et des listes d’opposition à géométrie variable : faire alliance avec l’UMP pourquoi pas en théorie, si cela se faisait sur des idées de droite, souverainistes, pro vie et pro famille. Ce que le MPF n’a pas réussi, faisant voter J.CHIRAC et N. SARKOZY à tous les 2èmes tours de toutes les élections. En 2002, P de Villiers aurait pu faire voter FN aux présidentielles, n’étant pas candidat au 1 er tour et JM LP étant présent au second.
    Est-ce que l’alliance du MPF avec NIHOUS, ancien militant d’extrême droite néo païen et partisan de l’avortement et avec SAINT-JOSSE partisan du PACS, n’apporte une forme de preuve d’une sorte de stratégie visant à barrer la route, selon votre expression, aux voix divergentes du système, mais surtout à celles qui ne sont pas liées au système ?

  17. Pertinente analyse de Pascal G.
    Le Front national est le parti anti-système par excellence, sûrement davantage qu’un MPF allié à l’UMP au conseil général de Vendée et à CPNT dans le Nord-Ouest.
    Reste que ce sondage, à 4 mois de l’échéance est encore peu significatif, même s’il place déjà le FN en leader des formations de droite nationale présentes.
    Pour relever par ailleurs un détail inexact évoqué dans un post plus haut, je précise que Marine LE PEN n’a pas “fuit” l’île de France pour le Nord-Ouest.
    Elle était même certaine d’y être élue en étant tête de liste! Mais dans le Nord-Ouest, cela fait depuis 1999 déjà qu’elle s’est investie (régionales, législatives, etc.) et depuis 2007 à nouveau, avec un fort ancrage local aux municipales d’Hénin-Beaumont en 2007 et 2008(30 et 42% des voix ).
    Sa candidature en 2004 en Ile de France pour les régionales tenait uniquement à sa nécessité de rejoindre Paris pour la gestion de sa famille (divorce, naissances, etc.), elle l’explique d’ailleurs fort bien dans son ouvrage “à contre flots”, que d’aucuns détracteurs devraient se donner la peine de lire, ce qui leur éviterait beaucoup de contre-vérités à son sujet.
    En attendant, le FN démarrera sa campagne par sa convention d’Arras les 14 et 15 mars.
    Et ses réunions font pour l’instant partout salles combles.

  18. @ Pascal G.
    Personnellement je ne doute pas de l’honnêteté de la majorité des cadres du FN. Je parlais uniquement de la famille Le Pen et de ceux qui prennent les décisions au FN.
    Est-ce que vous connaissez un seul exemple à une élection nationale, régionale, européenne, où ceux qui dirigent le FN n’ont pas cherché à combattre et même attaquer un parti hors système important (MNR, MPF…) depuis au moins 10 ans, en laissant de côté les partis groupusculaires ? Même la prétendue alliance MNR-FN aux élections présidentielles de 2007 était bidon de l’aveu du MNR et elle a constamment été torpillée par le clan Le Pen.
    Pour moi, ce point est rédhibitoire, car je me refuse à voter pour un parti qui se prend pour une monarchie absolue. A ce propos, je ne vois pas trop où est la cohérence du FN, quand je vois que La famille Le Pen défend maintenant une société multiculturelle, l’Islam, le travail le dimanche, l’Union Méditerranéenne … (*)
    Par ailleurs, je pourrais vous donner des citations où Le Pen envoie tellement de lauriers à Sarkozy qu’on en vient à se demander pourquoi Sarkozy ne prend pas de membres du FN dans son gouvernement.
    Cela étant je ne dis pas qu’il n’y ait pas de problème dans les autres partis qui prétendent lutter contre le système.
    Donc finalement, la définition de parti hors système n’est pas forcément celle qu’on croit.
    ——————————————–
    (*) « La position du front national est assez claire : il est en faveur du travail du dimanche pour les petites entreprises … » (JM Le Pen, le 14 décembre 2008)
    « Le fait que les Etats de l’UE riverains de la Méditerranée n’aient pas le droit de se lier à d’autres Etats riverains de la Méditerranée montre que les Etats membres de l’UE ne sont en fait … que des provinces de l’unique Etat européen … » (JM Le Pen, le 7 décembre 2007)
    « La candidature de rassemblement du peuple français débarrassée des spécificités religieuses, ethniques ou même politiques, c’est la candidature de Jean-Marie Le Pen.» (Marine Le Pen, le 12 décembre 2006)

  19. @GC
    Avec des citations tronquées et sorties de leur contexte, on peut tout faire dire et croire.
    JM LP et le FN ont expliqué le sens à donner à cette idée du travail le dimanche (qui existe déjà en France dans l’alimentation, contrairement à de nombreux autres pays), et se sont opposés à son extension arbitraire et anti familiale.
    L’Union méditerranéenne n’a rien de choquant en soi : il existe au moins 4 pays francophones sur les rives de la Méditerranée. J-C MARTINEZ a défendu cette idée durant longtemps, à juste titre.
    Pour ce qui est de la candidature à la présidentielle, dire qu’on se veut sans spécificités est une manière de dire qu’on refuse le communautarisme : mais si vous voulez faire croire que JM LP est devenu le candidat de l’immigration, libre à vous, c’est évident.
    Quant à l’alliance MNR-FN elle n’a pas fonctionné pour des raisons évidentes : le MNR n’existait déjà plus, ce qui a été prouvé aux législatives suivantes.
    Monarchie et clanisme sont deux notions politiques inconciliables : revoyez l’histoire de France.
    Enfin, vous semblez souhaiter que chaque fois qu’un partilicule présente son candidat, le FN se retire de l’arène électorale ; s’il avait agi ainsi depuis 25 ans, il ne se serait quasiment jamais présenté. Et aurait disparu. Pour le profit électoral de qui ?
    [L’échec de l’Union Patriotique MNR-FN dûe à l’inexistence du MNR ? Ne seriez-vous pas un peu de mauvaise foi ?
    Philippe Carhon]

  20. @ Pascal Gannat :
    Ne serait-ce pas JMLP qui,en refusant de déposer les signatures apportées par le MNR dans la corbeile de la mariée, a volontairement mis fin aux fiançailles de l’nion patriotique ?

  21. En lisant les dernières analyses il est clair que l’on tourne en rond !
    Il n’y a point de salut dans le système actuel. Il doit mourir (il est de toute façon condamné ).
    Depuis la révolution ( renforcée par celle de 68 ) exportée dans le monde entier les esprits sont profondément changés en France et ailleurs.
    Largement au-delà du 50%+1 républicain.
    Même notre famille patriotique et catholique n’est pas épargnée.
    Il ne s’agit même plus actuellement de ” sauver les meubles “.
    Nous ne réformerons jamais par la voie démocratique et par le vote républicain; c’est pour moi une certitude. Les carottes sont cuites de ce côté là depuis déjà fort longtemps.
    Une seule et unique solution donc, la prière pour les conversions afin que Dieu nous envoie un Roi, seul garant de l’intérêt et de l’unité nationale !

  22. @ Philippe CARHON et C. HOREN
    Je pense que seuls les faits sont objectifs. Il semblerait que le nombre de signatures apportées par le MNR ait été très largement inférieur à 10, ce qui n’a pas reçu de démenti. De plus B. MEGRET n’avait ramené vers le FN quasiment aucun de ceux qu’il avait fait partir lors de la scission. Cette union s’est donc révélée un jeu de dupes.
    Durant la traversée du désert de la droite nationale entre 1968 et 1984, JM LP est resté en France : le départ aux USA de B. MEGRET rend encore moins crédible le MNR, déjà aux abois. Ce genre de scission produit toujours des fruits amers, voire vénéneux. On le verra en juin, au soir des européennes.
    [Au contraire, certains électeurs de la droite nationale avaient été remobilisés par ce qui avait été présenté comme une réconciliation. Finalement, lorsque ces derniers se sont aperçus que Bruno Mégret était exclu des meeting et mis sur la touche, beaucoup ont été déçus et ont voté ailleurs.
    Il n’y a pas que la rocambolesque et ridicule histoire des signatures.
    Le symbole était plus fort et a été gâché…et visiblement pas par Bruno Mégret… Ce qui est amusant, c’est que Carl Lang semblait y avoir sincèrement cru.
    Le MNR mérite sans doute des critiques mais certainement pas d’endosser la responsabilité du fiasco de l’Union des Patriotes.
    PC]

  23. à pascal G.,
    Je pourrais vous donner la citation en entier, et elle signifierait exactement la même chose que la citation « sortie de son contexte ». Par exemple sur le travail le dimanche, le Pen va encore plus loin que l’UMP avec des propos parfaitement hypocrites :
    « La position du Front national est assez claire : il est en faveur du travail du dimanche pour les petites entreprises, parce qu’il pense que cela leur permettrait, dans leur liberté d’exécution, de reprendre une part de marché qu’ils ont perdu au bénéfice des grandes surfaces. En revanche, le Front national est tout à fait hostile à l’ouverture des grandes surfaces le dimanche. »
    Pour tout dire, je ne vois pas de différences réelles entre Sarkozy et Le Pen. Tout est fictif. Et je pense tellement que le Pen, et son parti expurgé des réels opposants au système (B. Mégret, Lang, Gollnisch…), fait parti du système que je pense de plus en plus que Marine Le Pen intègrera le gouvernement avant la fin de la gouvernance de Sarkozy.
    * exemple cité par Yves Daoudal, le 20 juillet 2007:
    “(Le Pen chez Sarkozy)
    Jean-Marie Le Pen a été reçu pendant plus d’une demi-heure par Nicolas Sarkozy à l’Elysée, dans le cadre des consultations que mène le président de la République sur la réforme des institutions.
    A sa sortie, il a déclaré qu’il avait eu un entretien « à la fois sérieux et courtois » avec Nicolas Sarkozy, qu’il a qualifié d’« interlocuteur extrêmement chaleureux ». « J’ai énuméré les divergences de vues que j’ai avec la politique du président, en reconnaissant que son activité était remarquable et qu’elle attirait l’attention du monde entier. »”
    * lu sur “ça se passe comme ça” : “Demain, un gouvernement d’union nationale Sarkozy – Le Pen ?” le 12 avril 2007:
    “Depuis un mois qu’on lisait, dans Le Figaro ou ailleurs, les signes avant-coureurs d’un rapprochement UMP – FN [1] on pensait très fort à écrire une brève [2] sur la possibilité, demain [3], d’un gouvernement normalisé d’union nationale associant l’UMP de Sarkozy et le FN de Le Pen.
    L’hypothèse a été lancée par Jean-Marie Le Pen lui-même, aimablement relayée par LCI et Le Figaro les 20 et 21 mars : “Il faudrait imaginer une situation suffisamment dramatique pour qu’une sorte de gouvernement d’union nationale puisse être imaginée”. Mais le vieux leader frontiste en est persuadé : cette situation est “à notre porte”. Il suffirait donc de peu de chose [4] pour que le Front National entre au gouvernement.”
    http://www.casepassecommeca.com/+Demain-un-gouvernement-d-union,389+.html
    Voilà pour la définition du FN qui serait le « seul » parti « crédible » ; oui le FN/le Pen se fiche de ses ex-électeurs, c’est sûr.

  24. @ Philippe CARHON
    Vous avez raison sur l’image que cet épisode a donné de ses protagonistes. Il est certain que cette réconciliation suivie d’une nouvelle séparation a été contre productive électoralement. Car chaque point compte et ce type de comédie à la ”Embrassons-nous Folleville” fait du tort à ceux qui s’y appliquent : et comme le FN était présent à la présidentielle, contrairement au MNR, c’est JM LP qui a semblé avoir fait volte-face.
    Voilà pourquoi les scissions et divisions ou excommunications réciproques pour ”impureté idéologique” sont très faciles à mettre en oeuvre. Mais quant à leurs douloureuses conséquences à long terme, elles sont très difficiles à effacer. Il est donc préférable de réformer ce qui est imparfait plutôt que de se draper dans sa dignité et partir : Bruno LAREBIERE a donné une des clefs, qui consiste à refonder un consensus sur des idées forces.
    Mais à voir les haines personnelles qui explosent à intervalles fixes on peut se demander qui aura assez d’autorité morale ou de persuasion pour lancer ce grand débat refondateur. Peut-être sera-ce le premier qui renoncera aux querelles héritées du passé ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.