Européennes: on ne change pas une tactique qui marche

A l'approche des élections européennes, l'UMP s'intéresse de nouveau au thème de l'identité nationale:

le gouvernement français entend adopter bientôt un programme d'action pour promouvoir le "patriotisme".
Le ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale Eric Besson a laissé entrevoir mardi des mesures en ce sens qui seront prises sans doute en juillet prochain, lors d'un comité interministériel à l'intégration.
"Le patriotisme n'est pas ringard (..) Un hymne, un drapeau, un symbole portent en eux le sacrifice de ceux qui ont rêvé la liberté", a-t-il dit à la presse après avoir reçu les propositions du Haut conseil à l'intégration.
Tout juste deux ans après les présidentielles, les français se souviendront-ils que c'est précisément cette stratégie élaborée par Patrick Buisson qui a permis au candidat Sarkozy d'être élu en siphonnant l'électorat de la droite nationale, avant de changer brusquement de cap une fois élu pour faire l'ouverture à gauche?

François Caussart

4 réflexions au sujet de « Européennes: on ne change pas une tactique qui marche »

  1. Martin

    La posture sarkozienne est décidément détestable
    A cours d’argument pour défendre une Europe qui serait protectrice pour les français, il instrumentalise à son profit exclusif le thème de l’insécurité qui ne lui fait pas honneur tant son échec est patent en ce domaine

  2. Pascal G.

    Dans la vieille France, on donnait au verbe ”buissonner” le sens de se livrer à qq impudicité ou dévergondage coupable sous le couvert d’un commode buisson, ce qui supposait que le séducteur ait trouvé une victime librement consentante.
    Patrick BUISSON a en effet fourni le schéma argumentaire sur l’identité nationale et le souverainisme ainsi que le thème de l’immigration à N. SARKOZY durant la présidentielle.
    Mais après tout, les Français de droite, auxquels CHIRAC avait déjà fait le même numéro en 1986 avec PASQUA (majorité de droite et 1ère cohabitation) puis en 1995 avec encore Pasqua (dissolution catastrophique ramenant la gauche), auraient pu ne pas avoir la mémoire courte, et ne pas se laisser ”buissonner”.
    Quant aux catholiques conservateurs, et aux manoeuvres de séduction aussi grossières, mais tout aussi efficaces de N. SARKOZY à leur égard (rôle de Famille Chrétienne et de la Fondation de Service Politique et qq autres), on ne sait toujours pas qui fut le ou les ”BUISSON” à l’origine de cette manipulation, même si qq noms de journalistes ”traditionnalistes” circulent.
    Mais là encore, si la formation personnelle et doctrinale, mais surtout la conscience morale de ces catholiques avaient eu un minimum de consistance, le personnage de N. SARKOZY n’aurait pas pu les séduire et les amener au tripotage dans le buisson.
    Les manipulations supposent un manipulateur, inspiré parfois par un un IAGO ou rabatteur de chair fraîche, mais dans le fond les vrais fautifs demeurent les vrais coupables : ceux qui écoutent la séduction du mensonge et y cèdent.
    Ce qui signifie que malgré leurs énormes défauts, éclatants et bien voyants, leurs incohérences parfois, leurs querelles et leurs maladresses, les responsables de la droite nationale présentent un danger d’erreur et de fausse route bien moins grand que ces fantoches à la Chirac, Balladur, Pasqua, ou Sarkozy, dont la prédation et le subornage cynique sont les vraies raisons d’être.
    Et qu’au lieu de descendre en flèche en permanence les dirigeants de la droite nationale, il vaudrait mieux les admonester, les conseiller et les aider, que de les remplacer par les faux utiles et les Don Juan fallacieux de la droite qui buissonne.

  3. Quéribus

    Dans le texte il est dit “en siphonnant l’électorat de la droite nationale”…peut être…mais quand on a des convictions, justement de droite nationale, on est assez intelligent pour ne pas se faire “siphonner” ! Surtout quand on sait que Sarközy fait partie de cette classe politique qui a toujours nié les valeurs qui sont celles de la droite nationale.

Laisser un commentaire