Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Eugénisme

Eugénisme des enfants trisomiques : une mère porte plainte contre le gouvernement britannique

Eugénisme des enfants trisomiques : une mère porte plainte contre le gouvernement britannique

Máire Lea-Wilson, mère d’un garçon trisomique, Aidan, âgé de 11 mois, a décidé de saisir la Haute Cour contre le gouvernement du Royaume-Uni parce qu’il permet l’avortement des fœtus « porteurs d’une anomalie fœtale sévère ». Alors qu’elle était à 34 semaines de grossesse, les médecins ont tout fait pour la persuader d’avorter.

Comme en France où 96% des enfants détectés trisomiques sont éliminés avant leur naissance.

Máire Lea-Wilson « n’imagine pas de vivre sans » Aidan, ni qu’on puisse penser que la vie d’Aidan ait moins de valeur que celle de son grand frère. Elle demande donc que la loi soit la même pour les uns et les autres.

Une jeune femme trisomique, Heidi Crowter, s’est jointe à elle, parce qu’il s’agit d’une « véritable discrimination ».

Partager cet article

2 commentaires

  1. Cette dame revendique la chance d’être la Maman d’un survivant. Personnellement, je n’ai jamais rencontré de parents regrettant d’avoir un enfant trisomique. Mais la culture du “meilleur des mondes” préfère assassiner un enfant avant sa naissance s’il présente un “RISQUE” médical plutôt que de laisser naître un enfant handicapé. Et on ne compte plus le nombre d’avortements médicaux qui se sont révélés inutiles, l’enfant se révélant en bonne santé…

  2. Pour info, à raison d’un enfant trisomique (21) pour 700 naissances, lorsque les mères sont convaincues d’effectuer un ‘test ADN’ réputé si fiable, entre 25 et 40 d’entre elles accepteront de tuer leur bébé parfaitement sain (le croyant porteur) pour une seule réellement concernée.
    Voici un site (flatteur) pro avortement sur la fiabilité des tests: https://diagnostic.santelog.com/2019/10/06/trisomie-21-moins-de-faux-positifs-avec-le-nouveau-test-adn/; noter que la ‘spécificité’ de 97% avoue être optimiste, et qu’il faut sans doute prendre 95%, plus réaliste.
    (la fréquence de la trisomie est une donnée connue qu’on peut retrouver facilement)

    Les chiffres donnés sont la ‘sensibilité’ (probabilité, pour un malade, d’être détecté par le test) et la ‘spécificité’ (probabilité, pour une personne saine, d’avoir un test négatif conforme); ces chiffres sont importants bien sûr car la complexité du vivant fait qu’il y a toujours des ‘faux négatifs’ (malades non décelés) et des ‘faux positifs’ (personnes saines indument inquiétées).
    Le problème est que ces chiffres ne sont pas significatifs: les valeurs réellement importantes sont la VPP (Valeur prédictive positive) et la VPN (valeur prédictive négative); en clair pour la trisomie, parmi les femmes testées positivement, la VPP indique la proportion d’entre elles qui porte réellement un bébé trisomique. Ces deux valeurs dépendent très fortement de la fréquence de la maladie: plus la maladie est rare, plus elles se dégradent, aussi perfectionné que soit le test.

    Pour les valeurs indiquées, entre 23 femmes (évaluation flatteuse) et 40 (évaluation réaliste) feront tuer leur bébé sain pour une seule qui aura un bébé porteur de cette modification génétique. Parmi celles-ci, une sur 100 développera une infertilité plus ou moins sévère et sera définitivement privée de la maternité.

    Le calcul est élémentaire, accessible à un lycéen de terminale scientifique; il s’agit de probabilités conditionnelles et de la formule dite ‘de Bayes’ dans un contexte élémentaire. Je me ferai un plaisir de recopier ici son détail si cela intéresse un lecteur.
    Pour les médecins: il ne s’agit pas d’un dénigrement de principe; la proportion de faux est minorée lorsqu’on la croise avec l’examen clinique qui indique une ‘présomption’ d’affection, ce qui augmente la fréquence et donc la VPP; mais celle-ci ne sera jamais à 1; peut-être 1/2 dans une situation idéale hypothétique… Vous avez donc la possibilité d’indiquer ce risque d’erreur au parents – si vous n’êtes pas farouche partisan de l’avortement bien sûr.

    Ce calcul basique éclaire le désir de certains de rendre le test systématique: en inquiétant les futurs parents, on peut multiplier par 40 le nombre d’avortements ‘médicaux’ (quand on tue le malade pour traiter la maladie), et par effet secondaire augmenter l’infertilité. On retrouve clairement la politique eugéniste poussée par nos ‘philanthropes’ qui trouvent que la population mondiale est trop nombreuse et qu’il faut la réduire (les autres) pour qu’ils aient davantage d’espace (pour le bien de l’humanité naturellement).

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services