Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Eugénisme

“Etre civilisé, c’est reconnaître la valeur des plus faibles et des différents”

Jean Vanier, fondateur de l’Arche, fédération présente dans 34 pays de 131 communautés d’aide aux handicapés mentaux, signe une tribune dans Le Figaro :

Jv_1 "[J]’ai deux ou trois choses à vous dire sur ce que signifie civilisé … […] Chaque être humain est important, même celui qui nous dérange, qu’il soit malade, âgé, handicapé, SDF ou immigré. Mon expérience auprès des personnes ayant un handicap mental me montre combien notre société française est loin de ce qu’elle promet ! […] On encourage l’avortement sans laisser d’autres alternatives ouvertes, surtout pour les trisomiques. […] A la différence des autres, les enfants marqués d’un handicap peuvent être avortés jusqu’au dernier jour de la grossesse. N’est ce pas un infanticide ? Au fond on ne veut pas aborder la vraie question de civilisation : chaque personne est elle importante et sacrée ou bien seulement celle qui peut être performante ? […] N’ayons pas peur de celui qui est «différent» ! […] Une personne trisomique m’a dit un jour «Si je devais naître aujourd’hui, on me tuerait». Voilà la perspicacité de l’humain…"

Michel Janva

Partager cet article

3 commentaires

  1. Rappelons-nous ce que clama haut et fort Mgr von Galen lors d’une prédication à Münster le 3 août 1941, à propos de l’euthanasie : ” Il s’agit ici d’êtres humains, nos semblables, nos frères et nos soeurs. De pauvres gens, des gens malades, des gens pour moi improductifs ! Mais ont-ils pour autant perdu le droit à la vie ? N’as-tu, n’ai-je le droit de vivre qu’aussi longtemps que je suis productif, que je suis considéré comme productif par les autres ? Si on établit et applique le principe selon lequel il est licite de tuer les personnes ‘improductives’, alors gare à nous tous, quand nous serons vieux et affaiblis par les maux de la vieillesse !… Dès lors, personne ne serait plus assuré de sa propre vie. Une commission quelconque pourrait inclure son nom sur la liste des ‘improductifs’, au cas où, aux yeux de ses membres, le sujet serait à considérer comme ‘indigne de vivre’ parce que sans valeur.”
    Et encore, en parlant des nazis (et cela s’applique tout autant aux apprentis-sorciers actuels, les nouveaux nazis) : “Et il arrive même que certains s’attribuent eux-mêmes des prérogatives divines et se comportent en seigneurs de la vie et de la mort de leurs semblables.”
    Ne croirait-on pas que Mgr von Galen s’adresse à nous, aujourd’hui même ?
    Je lisai ce soir ce texte prononcé il y a 66 ans et j’ai été frappée par ces termes qu’on peut répéter sans en changer un mot en 2007…

  2. M. Vanier montre ici la pierre de touche qui sépare le monde paien de la civilisation chrétienne; ce qui nous différencie, c’est le fait que nous sommes rentrés dans un univers où le plus humble, le plus inutile est aussi important que le plus haut et le plus puissant, sa vie a le même prix.
    Des forces barbares persistent et corrodent notre société, sacrifiant les plus faibles devant les idoles de l’égoisme et de la cruauté; “l’accusateur de nos fréres” nous répéte sans cesse que l’enfant dans le sein de sa mére n’est pas humain, qu’il gêne, qu’il n’a pas droit à la vie.
    Dans ce pays, l’endroit le plus dangereux pour un enfant est le ventre maternel; cette issue terrifiante rappelle le sort de l’enfant menacé puis sacrifié devant celui qui erre comme “un lion rugissant”.
    Les heures les plus sombres de notre histoire sont ici, devant nous, sous nos yeux.

  3. Je souscrirais totalement à cette analyse, si les “faibles” et les “différents” d’aujourd’hui, ne se nourrissaient pas de cette “civilitude aveugle” pour se renforcer en vue d’objectifs inavouables, mais clairement évidents dans leurs revendications de plus en plus nombreuses et de moins en moins difficiles à cacher !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.