Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Etre pro-choix c’est : soit tu avortes soit tu perds ton emploi !

Etre pro-choix c’est : soit tu avortes soit tu perds ton emploi !

C’est la douloureuse découverte des femmes pilotes de ligne en Irlande, où l’avortement est légal depuis décembre 2018 :

Certaines femmes pilotes dans des compagnies aériennes enregistrées en Irlande se font dire qu’elles ont le choix: mettre fin à leur grossesse ou à leur emploi, a déclaré la présidente de l’Association des pilotes de lignes aériennes irlandaises (IALPA).

Le capitaine Evan Cullen a répondu à une enquête que les femmes pilotes ne devaient pas tomber enceintes et qu’on leur disait:

“Vous avez le choix, vous mettez fin à votre emploi ou vous mettez fin à votre grossesse”.

Partager cet article

7 commentaires

  1. Les partisans enragés de la culture de mort ne reculent devant rien, bientôt qu’est ce qu’ils vont nous sortir, l’obligation d’avorter en toutes circonstances ? et avec obligation de s’en réjouir ?

    Le Diable est à l’oeuvre…

  2. ils sont bien tous tarés mais à un niveau inimaginable pour du fric. Qu’est-ce qu’en pense la chiappa?

  3. C’est diabolique.

  4. Et on viendra nous dire que cette loi n’enlève rien à personne, mais qu’elle ouvre des droits à des personnes qui en étaient privées?

  5. Comme pour le cas de l’ICES, qu’elles demandent à Mgr Jacolin de les soutenir, on devrait obtenir la publication d’un courrier intéressant !!!

    Les masques tombent…

  6. Dérèglement climatique, réchauffement de la planète, intempéries aux conséquences catastrophiques et hier la terre a tremblée dans l’ouest (habituellement peu touché par les séismes) = colère de Dieu devant cette république “française” qui a donné son âme au diable ? Mais est-ce que ces avertissement vont toucher nos élites maçonniques. Non, il faudra attendre que le mur du temple GOF s’écroule pour que les choses changent. Mais quand ? Seigneur ayez pité de nous qui avons trahis nos serments de fidélité depuis cette année de disgrâce 1789.

  7. Bizarrement dans de cas on n’entend guère les féministes défendre le “libre choix”

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services