Ethylotest : le chantage à l'emploi

Le collectif des fabricants d'éthylotests a lancé un cri d'alarme face à l'annulation par le gouvernement de l'obligation de posséder un éthylotest dans les voitures, estimant qu'une telle mesure conduirait à la disparition de 1500 emplois.

Ce chantage confirme que l'obligation de posséder un éthylotest n'était qu'une façon de gagner de l'argent.

9 réflexions au sujet de « Ethylotest : le chantage à l'emploi »

  1. Tonio

    De la fragilité des business plan qui ne reposent que sur la réglementation et non sur la satisfaction de réels besoins économiques…
    Et du drame économique de l’instabilité législative en France, raison pour laquelle les IDE y sont en chute libre…

  2. personne

    Le seule chose sûre dans cette histoire, c’est que le copain qui a fait adopter cette loi n’est pas dans les petits papiers de la gauche, mais seulement de la droite.
    De toutes façons, je n’avais pas d’éthylotest, et je n’en aurais jamais acheté. C’est ridicule. Celui qui veut boire et prendre sa voiture, éthylotest ou pas, le fait

  3. hll

    C’est la même personne qui travaille dans l’entreprise de fabrication de cet instrument imbécile qui était à la commission de la pseudo sécurité routière qui a fait passer cette “loi”. A la clé effectivement des millions de test fabriqués et jetés car, bien sur, non utilisés dans la date très courte de 2 ans Tout ça aussi soit disant pour faire des économies à l’état !!, c’est le citoyen qui paie la gaspillage des 40 millions de dose/an au lieu des 20 ou 30 000 reellement utilisés Les emplois sont fictifs car ça vient encore de chine Alors mis à part un bureau et un téléphone !!! et encore

  4. lève-toi

    Il y a aussi les triangles routiers, interdits maintenant sur les autoroutes, on les dit dangereux, une fois achetés c’est facile, il y a aussi la séparation de l’eau de pluie avec les eaux usées, encore une fumisterie européenne pour racketter le quidam naïf.
    Tout est bon dans le cochon de payant.
    Les mous se taisent, alors les crapules en profitent.

  5. C.B.

    “Si ce décret est publié, 1 500 personnes seront au chômage à la fin du mois, (750 emplois directs, 750 emplois induits)”, menace le collectif des fabricants d’éthylotests.
    On aimerait le détail des emplois: pourquoi pas 7,5 millions d’emplois, pendant qu’ils y sont?
    Il semble qu’il y a une quinzaine d’entreprises qualifiées de “fabricants d’éthylotests certifiés”: 50 emplois par entreprise… surprenant; et qui ne fabriqueraient que ça?
    Et en plus, les licenciements sont déjà entrepris (fin janvier, cf.http://lexpansion.lexpress.fr/economie/baisse-des-commandes-d-ethylotests-contralco-reduit-ses-effectifs-de-moitie_370516.html).
    Dans l’ensemble, les commentaires sur les divers media qui abordent la question sont peu amènes pour les fabricants d’éthylotests.
    Sur “le monde”, un commentateur facétieux suggère que l’éthylotest soit rendu obligatoire également pour les piétons, puisque l’ivresse sur la voie publique n’est pas tolérable: quel beau marché en perspective.

  6. Robert Marchenoir

    En ce qui me concerne, j’avais des éthylotests dans ma voiture longtemps avant qu’il ne soit question de les rendre obligatoires.
    C’est une question de bon sens, non ? Vous avez bien un thermomètre médical chez vous ? Vous n’attendez pas qu’une loi vous y oblige, j’espère ?

Laisser un commentaire