Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Laïcité à la française

Êtes-vous choqué qu’une mairie vende sa chapelle sur Internet ?

La vente de la chapelle de Massat sur e-bay provoque quelques réactions et Le Figaro demande à ses lecteurs si cela les choque.

Partager cet article

5 commentaires

  1. La chapelle ayant été dérobée à l’Eglise par l’Etat en 1905, il s’agit de vente d’un bien recélé.
    L’Etat avait pris l’engagement pour faire passer son délit d’affecter au culte les biens dérobés, il s’agit en conséquence d’une violation de la loi.

  2. Simple, efficace:
    Spolier les biens de l’Eglise (Révolution), puis les revendre, et comme il y aura toujours de bons pigeons cathos pour les racheter, tôt ou tard, le système récupère les biens et les revend à nouveau; au pire, si ça tarde trop ou si l’Eglise retrouve ses biens, on vote une loi magique, et l’état récupère quand même (début XXème).
    Heureusement qu’il existe encore des AB Laguérie pour récupérer les églises avant qu’elles ne soient transformées en musée, cinéma, ou pire encore…
    Enfin, un beau jour, les associations créées pour contourner la loi visant à interdire l’aliénation de biens par l’Eglise seront à leur tour interdites, et les biens spoliés une fois de plus; faut-il attendre ce jour pour faire la révolution?

  3. Je me permets de recopier ici le commentaire laissé sur le site du figaro.fr après avoir lu l’article en question et avoir été consterné par la méconnaissance ou la mauvaise foi de beaucoup de commentateurs réagissant à cet article:
    “Juridiquement, depuis la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat, les lieux de culte (catholiques notamment mais pas uniquement) existants à l’époque et confisqués par l’Etat appartiennent aux communes (à l’Etat pour les cathédrales). En contrepartie de cette confiscation, ces communes sont tenues d’en assurer l’entretien au niveau du gros oeuvre. Et l’utilisation des bâtiments pour un usage autre que strictement religieux doit recevoir l’accord des autorités religieuses concernées. De même, le changement de destination d’un lieu de culte (désaffectation) ne peut se faire qu’avec l’accord de ces mêmes autorités religieuses.
    Voilà pour la loi en France depuis plus de 100 ans. Loi faîte par des laïcs acharnés à l’époque et qui fut vue comme très défavorable à l’Eglise, principale concernée (même si par la suite sur ce point là ce changement fut vu de facto comme une chance par l’Eglise qui n’aurait jamais eu les moyens d’entretenir elle-même tous ces bâtiments…). L’équilibre de la laïcité a été acquis dans la douleur. Il est partie intégrante de la démocratie française. Au nom de quoi la loi devrait-elle changer ?
    D’autre part beaucoup de ces lieux ont un intérêt historique et architectural certain, même la simple église de campagne qui est le plus souvent le bâtiment le plus ancien et le plus intéressant du village concerné. Cela seul justifierait la nécessité de protéger et sauvegarder ce patrimoine pluri-séculaire exceptionnel. Mais rappelons le tous les bâtiments construits jusqu’en 1905 sont concernés, fussent-ils d’un moindre intérêt patrimonial. La loi est la loi. Et elle n’a pas été faîte par l’Eglise, elle fut faîte contre elle.
    A noter que de nombreux édifices catholiques servent régulièrement pour des événements non religieux, après accord de l’autorité religieuse concernée (concerts, expositions, festivals de musique). Et ce parfois au delà des conditions rappelés par Rome il y a quelques années (seuls les concerts de musique sacrée devraient être autorisés).
    Dès lors, à moins de vouloir remettre en cause l’équilibre né dans la douleur à la suite de la loi de 1905 (ce qu’aucun politique sérieux ne veut), la loi doit être appliquée, pour cette chapelle comme pour tout autre édifice religieux concerné.
    L’Eglise n’a pas à se sentir coupable ou à céder si elle ne le souhaite pas. Dans le cas présent, et comme le reconnaît implicitement le maire concerné, la mairie ne peut rien faire contre ce bâtiment sans son accord.
    C’est la loi, tout simplement.”

  4. Merci
    envoyé ce jour au Figaro:
    La vente de la chapelle de Massat par son maire communiste
    A la question : Êtes-vous choqué qu’une mairie vende sa chapelle sur Internet ?
    Vendre ce qui ne vous appartient pas = du vol
    Comment un medium qui se dit (vaguement) de droite peut-il poser une telle question? C’est monstrueux de vendre
    1/ un lieu de culte et c’est lâche parce qu’il ne vendrait pas une mosquée ou une synagogue, car il se ferait casser la g… ou pire
    2/ parce que si cette chapelle “appartient” à la commune c’est parcequ’elle a été volée à la révolution aux paroissiens qui l’ont construite avec leur argent, leur sueur ou leur sang (ou leurs ancêtres)
    3/ parce que des centaines de prêtres parfaitement en règle avec Rome n’ont pas de lieu de culte et louent ou empruntent des hangars ou des granges pour y célébrer le saint sacrifice.
    Je ne comprends même pas que vous posiez la question.
    Saint-Georges

  5. Entre une destruction et ca, quel est le pire ?
    Et ca permettra à la FSSPX d’investir légalement (avant régularisation) des églises dignes du St Sacrifice de la Messe.
    Car ne rêvons pas, jamais l’Etat n’indemnisera l’Eglise pour ce vol.

Publier une réponse