Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie

Etat-providence et despotisme sanitaire

Etat-providence et despotisme sanitaire

Dans l’Incorrect, Thibaud Collin dénonce le caractère disproportionné et injuste de l’interdiction des cultes publics :

L’État moderne trouve grâce à Thomas Hobbes (1588-1679) sa justification dans l’impérieux désir des individus de se soustraire à la peur de la mort violente, inhérente à l’état de nature pré-social (« la guerre de tous contre tous »). Ils sacrifient leur liberté naturelle à l’État souverain afin qu’en retour celui-ci garantisse leur sécurité. Hobbes fonde ainsi la science politique moderne sur une condition nécessaire et égale pour tous : la fuite du mal absolu qu’est la mort. Tel est, considère-t-il, le seul moyen de sortir des divisions sociales engendrées par la poursuite du bien ultime. L’unité de la société politique ne tient plus à une quête illusoire du bien commun mais à la peur, bien réelle, d’un mal commun mettant ainsi  « tout le monde d’accord ». La mort devient la nouvelle figure de l’absolu disqualifiant la question surnaturelle du salut et de la damnation. L’État est cet artifice par lequel les hommes s’assurent une société paisible, jouissant dans leur vie privée des libertés individuelles que celui-ci, ce « dieu mortel », leur garantit.

Ce dispositif va se compléter progressivement au XXème siècle par ce que l’on a nommé « l’État-providence » qui devient également garant de la santé. Celle-ci étant redéfinie en 1946 par l’OMS comme « un état de complet bien être physique, mental et social », l’État contemporain devient de facto responsable du bonheur des citoyens. De même que la sécurité ne peut être obtenue que par le sacrifice des libertés naturelles, de même la santé exigera parfois d’abandonner la jouissance de certaines libertés individuelles, y compris celles que le Conseil d’État nomme « fondamentales ». Nous y sommes !

Ainsi le culte public rendu à Dieu, identifié à l’exercice d’une liberté individuelle régie par le droit commun, est logiquement supprimé au nom d’un impératif de santé publique. La pandémie est l’occasion que se révèle, par une telle décision politique et judiciaire, l’esprit animant notre société. Les catholiques sont donc au pied du mur (les protestants, les juifs et les musulmans ont un rapport au culte et  au politique fort différent, manifesté aujourd’hui par leur acceptation) ; car il y a bien, dans cette affaire, une singularité catholique.

De deux choses l’une, soit ils acceptent une telle décision et par là ils valident la primauté de la santé sur le devoir de rendre un culte à Dieu, ce qui est une contradiction pratique et un contre témoignage révélateur de l’altération de la foi catholique. Soit ils contestent une telle interdiction comme symptôme d’un despotisme sanitaire et ils font preuve d’une liberté radicale et créative s’incarnant dans de nombreuses initiatives.

Cette suppression sanitaire des cultes publics est aussi l’occasion pour nombre de fidèles de réaliser à quel point le catholicisme contemporain a fini par intérioriser le laïcisme républicain pour lequel les cultes sont réductibles à des convictions individuelles et à ce titre ne peuvent rivaliser avec la loi politique les transcendant. Ce n’est pas la première fois dans l’histoire que le pouvoir politique, pour diverses raisons, conteste le droit fondamental des hommes à honorer Dieu. Le cardinal Ratzinger rappelle dans L’Esprit de la liturgie (2000) que l’une des deux raisons de la sortie du peuple hébreu d’Égypte est de rendre un culte à Dieu dans le désert. « Ce bras de fer prolongé entre Pharaon et Moïse, dit-il, fait apparaître que la manière dont le culte doit être rendu n’est pas matière à compromis : la liturgie tire sa mesure et son ordonnance de Dieu même et de sa révélation » (p. 15). L’Eucharistie n’est pas, en effet, une simple réunion d’individus ; elle est ce par quoi vit cette cité nommée l’Église (ecclesia, terme désignant l’assemblée des citoyens dans la Grèce antique). Impossible donc d’identifier la participation à la messe dominicale à une activité au sein d’un club sportif ou d’une quelconque association de droit privé.

L’interdiction de l’assistance à la messe dominicale est une expérience cruciale pour les catholiques. La méditation de l’histoire de l’Église doit les soutenir dans leur détermination. Saint Jean-Paul II dans sa lettre apostolique Dies Domini (1998) rappelle « l’héroïsme authentique avec lequel prêtres et fidèles ont obéi à cette obligation dans de nombreuses situations de dangers et de restrictions à la liberté religieuse, comme on peut le constater depuis les premiers siècles de l’Église jusqu’à notre époque ». Et le pape polonais de citer le témoignage des premiers chrétiens, prêts à tout pour être fidèles à la messe dominicale :

« Au cours de la persécution de Dioclétien, lorsque leurs assemblées furent interdites avec la plus grande sévérité, les chrétiens courageux furent nombreux à défier l’édit impérial et ils acceptèrent la mort plutôt que de manquer l’Eucharistie dominicale. C’est le cas des martyrs d’Abithina, en Afrique proconsulaire, qui répondirent à leurs accusateurs: ‘’C’est sans crainte aucune que nous avons célébré la Cène du Seigneur, parce qu’on ne peut y renoncer; c’est notre loi’’; ‘’ Nous ne pouvons pas vivre sans la Cène du Seigneur’’ » (n°46).

La participation à la messe dominicale est un devoir des fidèles envers Dieu, c’est donc un droit imprescriptible dont l’État ne peut suspendre l’exercice. Certes le « sanitarisme » maternant se présente et se présentera toujours « pour notre bien ». Refusons avec résolution et calme ce « despotisme doux » que Tocqueville entrevoyait comme un devenir possible des sociétés modernes. Les catholiques seront alors, une nouvelle fois, les hérauts de la liberté de l’esprit, pour le plus grand bénéfice de tous leurs concitoyens.

Partager cet article

6 commentaires

  1. Sur le plan de la légalité internationale, la pratique d’un culte constitue une liberté fondamentale, qui doit être préservée en toute circonstance.
    Rien à voir avec la pratique d’un sport, les loisirs au cinéma, au théâtre, au concert, …
    Et il faut marteler que
    -le culte protestant n’a rien à voir avec la messe catholique (et qu’un pasteur protestant n’est pas du tout l’équivalent d’un prêtre catholique)
    -que le culte catholique ne se limite pas à la prière personnelle.
    Actuellement, beaucoup de gens qui se pensent “catholiques mais non pratiquants” sont en fait plus protestants que catholiques.

  2. Pour notre bien , seule la participation à la Cène permet à notre âme de vivre, pas le masque ni la distanciation sociale , le corps passe apres car il ne vient pas avec nous apres notre mort physique. Donc rien à faire de leurs interdictions, ils peuvent avoir nos corps malgre la surprotection, pas nos ames.

  3. Il existe une autre religion qui, en France, croit aissi à la Présence Réelle et dont on ne parle jamais : la religion Orthodoxe qui célèbre les Saints Dons au cours des Liturgies qui sont si belles et qui prennent le temps d’être célébrées.
    Il y a longtemps, à l’époque où l’OTAN bombardait si cruellement et si injustement la Serbie pour “libérer” le Kosovo, j’ai assisté à la Liturgie de Pâques en la Cathédrale Saint Sava de la rue du Simplon, à Paris.
    J’ai été ébloui par le recueillement des fidèles, la beauté de la cérémonie qui durait près de 3 heures, et la joie des fidèles, à la sortie, s’embrassant les uns les autres en échangeant LA phrase du jour :
    “Christ est ressuscité !”
    “Il est vraiment ressuscité !”
    Eux aussi doivent être terriblement frustrés par ces mesures dictatoriales…
    http://www.saintsava.fr/
    Désolé, c’est écrit en cyrillique…
    https://youtu.be/9-lbZ2XPgow

    • 2 ans auparavant, j’étais Casque bleu de l’IFOR à l’état-major français de Sarajevo et j’avais pu mesurer sur place l’abyme qui séparait la propagande anti-serbe martelée par les médias en France de la réalité que les Serbes orthodoxes de la Republika Srpska subissaient contre les assauts musulmans.

  4. LES LIBERTÉS NE S’ACCORDENT PAS, ELLES SE PRENNENT! Les Chouans, Cristeros et tant et tant d’autres n’ont pas demandé d’autorisation pour célébrer messes et processions!

  5. La question n’est plus de savoir si l’Etat a le droit d’interdire aux catholique la célébration de l’eucharistie dominicale.

    La VRAI question est de savoir si l’évêque a le droit de dispenser les fidèles de l’obligation dominicale. Est-ce une règle divine ou une règle d’Eglise ?

    Le commandement de sanctification du jour du Seigneur peut-il être satisfait autrement que par la participatio actuosa à la messe dominicale ? Le motif est-il suffisamment grave pour en être dispensé ? Suffit-il que l’Etat le dise pour que l’evêque puisse en conscience dispenser les fidèles de son diocèse ? La contestation sur l’efficience du confinement par des médecins et épidémiologistes n’est-elle pas suffisante pour que l’evêque ne donne pas si facilement quitus à l’Etat de cette décision ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]