Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie

Et voilà l’euthanasie préventive

L'euthanasie n'est pas (encore) légalisée en France, l'euthanasie des enfants n'est pas (encore) légalisée en Belgique, mais voilà qu'un avovat français invente l'argument de l'euthanasie préventive, pour défendre une mère ayant assassiné son enfant. Cette femme a « euthanasié » sa fille parce qu’elle « entrevoyait pour cette enfant un avenir sombre » :

« La vie qu'elle aurait eue, c'est comme si c'était une maladie dont je l'ai soustraite. »

Vous souhaitez que votre patrimoine serve à défendre vos convictions, plutôt qu'être dilapidé par un Etat prédateur et dispendieux ?

Savez-vous que le Salon beige est habilité à recevoir des legs ?

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

28 commentaires

  1. Je croyais que l’euthanasie était légalisé en Belgique, j’en suis sûr même. Mais pas encore tout à fait pour les mineurs, en effet

  2. Personnellement, j’entrevois un “avenir (très) sombre” pour Hollande, Taubira ou cet avocat…
    La vie qu’ils vont vivre, ne risque-t-elle pas d’être comme un gros déshonneur dont ou pourrait les soustraire ?

  3. Excellente idée. On devrait ainsi procéder à l’euthanasie préventive des socialistes (et de la gauche en général) car leur avenir est sombre (heureusement que cet avocat n’a pas parlé “d’avenir noir”, sinon son compte était bon).

  4. Ben voyons, tous les assassinats peuvent devenir des euthanasies préventives.
    Il suffisait d’y penser.
    Un Français l’a fait !

  5. Je ne vois pas la différence avec les arguments du style “pas de projet parental” donc avortement possible, vie difficile des trisomiques ou handicapés donc avortement.
    on elimine ainsi et pour les mêmes raisons les porteurs de myopathie ou autre maladie génétique a leur stade embryonnaire.

  6. charabia novlang pour meurtres programmés en toute impunité !

  7. Cela me rappelle la trouvaille des deux italiens, Alberto Giubilini et Francesca Minerva, deux chercheurs en bio­éthique (!) que cela a rendu célèbres: “l’avortement post-natal”!
    La distinction pourrait devenir un sujet de thèse:
    “Quand finit l’avortement post natal et quand débute l’euthanasie préventive?”
    N’est ce pas aussi un joli sujet de débat?
    On vit décidément une époque formidable!

  8. J’ai entendu son avocate hier, j’ai eu honte pour elle !
    Un crime est un crime, l’euthanasie est un crime, l’avortement est un crime que les lois soient pour ou contre !
    La justice suprême séparera le bon grain de l’ivraie tôt ou tard !
    Je n’aimerai pas être à la place de ce bon monsieur Neuwirth !

  9. C’est ignoble et abjecte. Cette avocate devrait être rayée du barreau pour de tels propos !

  10. de l’euta-nazie vers l’éta-nazi…

  11. Je ne crois pas qu’on puisse parler d’euthanasie en l’occurrence, mais de meurtre !
    Certes l’euthanasie est un meurtre, mais un meurtre n’est pas nécessairement une euthanasie…

  12. Entrevoir pour une partie de la population, un avenir sombre et hop vous vous teleportez dans le genocide.
    Quoi ? Il est chomeur, avec un gros nez ? Une libido en baisse ? Hmmmm je reflechis,,,, ah ? En plus il n’est pas de gauche ? Allez euthanasiez le…
    Trève de plaisanterie ( ou plutôt d’horreur)
    Cette mère s’est auto proclamée Déesse, en se donnant le droit de juger si son enfant pouvait vivre ou non. Que Dieu nous garde quele gouvernement fasse pareil ! On sent bien qu’il en a envie
    Que Son Regne vienne,… VITE !!!!

  13. Cette * femme * a tué son enfant de sang froid , car en proie à la sorcellerie , très courante dans la population Africaine qui touche beaucoup à ces pratiques , ou tout simplement sous l’emprise du cannabis ou autre drogue qui inhibe le discernement .

  14. Quant à l’euthanasie , j’ai écouté RCF hier soir . Très intéressant !
    La femme médecin invitée parle d’un homicide sur deux cas d’euthanasie depuis que la loi est passée en Belgique .

  15. ευθανασία : euthanasie : “la bonne mort”. Or pour les catholiques il n’y a qu’une bonne mort. Celle de celui ou celle qui entre dans l’éternité dans la grâce de Dieu. Le reste n’est n’est que souffrance.
    Le prince de ce monde, étant le père du mensonge et homicide dès l’origine, veut en faire une pratique “humanitaire”. Rien n’est plus faux et plus abject.
    Non seulement Dieu donne la vie mais il donne Sa vie pour que nous l’ayons en abondance.
    L’argument avancé par cet auxiliaire de “justice” est absolument abject et humainement insoutenable.
    Cela vaudrait dire que toute personne dépositaire de l’autorité parentale aurait droit de vie de mort sur sa progéniture. Et cela, eu égard exclusivement des conjonctures éphémères d’une société en perdition.
    “L’euthanasie préventive” n’est qu’un argument dialectique de la culture du néant. L’on ne peut prétendre donner la mort et prétendre, par la même occasion, de vous délivrer du mal, sans le commettre.
    Le sang de l’innocent crie vers le Ciel. Et nous, catholiques. Nous devons, à titre de préventif et curatif, appliquer contre cette maladie mortelle qu’est “l’euthanasie’ la prophylaxie de la Bonne Nouvelle (εὐαγγέλιον).

  16. Adolescent, une phrase d’une biographie de Saint Exupéry, m’avait touché par l’impensé qu’elle me révélait.
    Cette phrase suggérait que Saint-Ex prenait des missions avec l’espoir de ne pas en revenir car il pressentait n’avoir plus sa place “dans le monde qui s’annonçait”.
    La pensée de cette avocate, et de tant d’autres, qui justifie les arguties, les lois, toutes les « modernités » difficiles à qualifier, révèle le monde qui se dessine à grands traits caricaturaux.
    Je voudrais être pilote d’avion. Et que celui-ci soit armé.

  17. Dans le calendrier grégorien, la fête des Saints Innocents vient après la Noël.
    Pauvre petite fille. Pauvres de nous.
    Moi j’aimerai savoir si elle a été baptisée ; j’avais une amie africaine qui s’appelait Adélaïde.
    Merci Dritani | 2 déc 2013 22:54:08

  18. oui, enfin bon…il faudrait cesser de s’indigner à chaque fois qu’un avocat sort un arguement trié par les cheuveux. c’est leur boulot ! plus la cause est indéfendable, plus ils sont obligés d’aller chercher des arguties spécieuses.c’est normal. cela ne veut pas dire qu’ils y croient eux même, cela ne veut pas dire que la société y croit. ce qui marcue vraiment l’évolution dune société sont les jugements et leurs attendus,pas les plaidoiries fumeuses ( ça, ça existera toujours : souvenons nous du procès landru montrant la porte du fond en faisant croire que des supposées victimes allaient entrer, pour montrer qu’il existait encore un doute… c’est de “bonne guerre” )

  19. argument “tiré” et non trié ^^
    oups!

  20. encore une pettie chose : l’avocate ne présente pas la choses telles qu’elles sont, elle tente de présenter les choses telle que les voient la mère. c’est différent. et au contraire, on peut finalement penser que ce fait de pousser la logique de la culture de mort ( avortement donc droit de vie et de mort sur l’enfant combiné à l’euthanasie droit de supprimer ce que l’on considère comme trop dur à supporter en n’en valant pas la peine) en dévoile la cruauté et ce à quoi elle peut mener.

  21. Allons, soyons moins possessifs; les choses seront plus claires ainsi.
    Les enfants ne sont pas avant tout nos enfants, mais les enfants du Bon Dieu. Il leur accorde la Vie, personne n’est en droit de la leur contester, point barre.
    Pauvres enfants du Bon Dieu…

  22. Nous nous rapprochons de plus en plus de la loi Tiergarten IV votée par le Reichstag et dont l’objet etait l’elimination des citoyens que la nature avait rendu inapte à être utile à l’Etat et dont l’entretien privait les forces saines des ressources dont elles avaient besoin…

  23. Il a du faire ses études suivant les grands penseurs du fabuleux mai 68,après nous le déluge?

  24. Seigneur délivrez moi des gens qui me veulent du bien,….sans me demander mon avis

  25. …Non..
    S’occuper de sa fille était “incompatible avec sa vie de couple “..
    C’est ce qu’elle a déclaré et qui est lisible dans le journal
    ” la dépêche “….

  26. Les responsables auront le sang de tous ces innocents sur les mains , tout comme le sang contaminé .

  27. Je propose d’ euthanasier préventivement Hollande. En regard au sombre avenir qu’ il résèrve à la France.

  28. “@mimi | 3 déc 2013 08:51:09 : “oui, enfin bon…il faudrait cesser de s’indigner à chaque fois qu’un avocat sort un arguement trié par les cheuveux.”
    Oui, enfin non.
    Jadis homme de loi, toujours auxiliaire de justice et plus que jamais titulaire du monopole de plaidoirie un avocat est aussi un être humain. Quant au fait que les juges et/ou la société ne partagent pas forcement l’avis de l’avocat de la défense, permettez-moi d’en douter. Car il y a eu en France l’arrêt PERRUCHE.
    Affaire introduite par les parents, et conjointement par la CPAM, d’un enfant devenu homme entretemps (18 ans de procédure), montre que le juge est soumis à l’application de la loi, quoi qu’il en pense. La théorie, originaire des USA, de “wrongful life” a fini par arriver en France.
    “Wrongful life”, littéralement la vie erronée. Voilà qu’une vie devient judiciairement préjudiciable. Judiciairement car une loi ou une décision de “justice” le prévoit. L’on appelle ce dernier phénomène la jurisprudence.
    Voilà donc un précédent. Tout léger. Une sorte de faille comme celle qui a permis aux fumées de Satan de pénétrer dans l’Église.
    Ce petit être innocent aurait, peut-être, apprécié, que l’on la tire par les cheveux afin de lui éviter la noyade. Car, si je suis d’accord avec vous sur un point, c’est que l’avocate présente les choses du point de vue de la criminelle. Oh pardon. Du point de vue de la présumée innocente. Ben oui. La bonne foi est toujours présumée, même en matière pénale.
    Pourtant les faits sont horribles. Un être humain est mort, à l’aube de son existence, par la volonté d’un autre être humain. Sa mère. Voilà l’horreur.
    Cependant l’avocat ou l’avocate ne fait que son travail. C’est de bonne guerre. Certes, l’on peut toujours faire son travail aussi consciencieusement qu’un gardien d’Auschwitz le faisait. Cela n’empêchera jamais l’horreur de nous indigner.
    Concernant les faits, les voilà : “Allons bébé, fini ton biberon. Nous sommes pressés. Non, maman n’emportera pas le doudou que tu n’as pas eu le temps d’adopter. Désolé bébé.
    Allons bébé, pressons. Finissons-en avec ce rototo. Tu vas voir bébé ce monde est cruel. C’est maman qui te le dit. Et bébé n’a qu’un an. Il ne sait probablement ni marcher, ni parler. Ce n’est qu’un bébé, emmené sur une plage déserte par un jour d’hiver.
    Puis le récit cédera la place au sordide. L’autopsie montrera que les petits poumons du petit être ont été remplis d’eau salée.
    Soumise aux lois de la nature, qu’elle n’aurait jamais du quitter à un si jeune âge, la petite enfant n’a fait que céder aux spasmes respiratoires qui ont fini par remplir ses poumons de l’eau froide de la mer”.
    Voilà, l’horrible vérité. Face à ce crime l’on ne doit ni chercher a “normaliser”, ni a “humaniser” l’acte. Il n’y a pas eu de clémence, de pitié, d’amour mais bien une injustifiable volonté meurtrière. Cela porte le nom d’infanticide.
    Je ne suis qu’un homme simple. Un modeste père de famille. Je ne suis ni médecin légiste, ni avocat. Je ne plaide pas mais face à cette horreur je souffre. Et dans mes sanglots, oui, je m’indigne de la ligne de “défense”.
    Rédigé par : Dritani |

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Allons-nous laisser la culture de mort triompher ?

JAMAIS

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique