Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Etats-Unis

Espionnage américain : le scandale n’est pas celui que l’on croit

Après la révélation dans la presse de l'ampleur de l'espionnage américain visant les communications téléphoniques des Français, le gouvernement feint la surprise et la colère. Grands attermoiements mais une seule action concrète : l'ambassadeur des Etats-Unis à Paris a été convoqué par le Quai d'Orsay. Nicolas Dupont-Aignan, député de l'Essonne et président de Debout la République, suggère au gouvernement plusieurs façons de rétablir le rapport de forces :

"Selon Le Monde, la NSA a
effectué 70,3 millions d'enregistrements de données téléphoniques de Français
entre le 10 décembre 2012 et le 8 janvier 2013. Le Monde cite des documents de
l'ancien consultant de l'agence américaine Edward Snowden.

Depuis 24 heures
l'exécutif, de François Hollande à Laurent Fabius, joue les vierges
effarouchées. Le gouvernement a fait part de sa "profonde
réprobation" et "demande" aux Etats-Unis l'arrêt de
l'espionnage…

Que les Etats-Unis
organisent une surveillance à grande échelle, y compris de ses alliés, ça n'a
rien de surprenant. Demander à un Etat d'arrêter d'espionner, c'est comme
demander à un homme d'arrêter de respirer.

Le vrai scandale est la
passivité de la France dans cette affaire.

Ce que n'ont toujours
pas compris François Hollande et Jean-Marc Ayrault, c'est que les relations
internationales sont un rapport de force.
Cette affaire d'espionnage est
révélatrice de la naïveté confondante de ceux qui sont censés diriger la
France. Face à Bruxelles, face à Berlin ou face à Washington, la France est
toujours le dindon de la farce. C'est insupportable.

Pourtant les moyens de
pression existent vis-à-vis de nos amis américains. Alors que les négociations
pour un marché transatlantique viennent d'ouvrir, il est impératif que les
discussions soient interrompues sur le champ.
C'est le genre d'avertissement
beaucoup plus efficace que de convoquer un ambassadeur pour discuter dans un
salon…

Les Américains sont et
resteront nos alliés. Mais un allié n'est pas un paillasson. Un allié doit être
respecté. Et pour gagner le respect de nos amis américains, il va falloir que
la France redevienne la France
. C'est notre souveraineté comme nation et peuple
libre qui est en jeu.

Au-delà des mesures de
rétorsion, le gouvernement doit reconsidérer les crédits alloués au
renseignement.
La réduction sans précédent du budget de la Défense pénalise la
mise à niveau de notre outil de renseignement dont les fonds alloués
n'augmenteront que de 39 millions d'euros en 2014. Une broutille par rapport aux
autres grandes nations qui s'arment à grande vitesse depuis quelques années…"

Selon
Le Monde, la NSA a effectué 70,3 millions d'enregistrements de données
téléphoniques de Français entre le 10 décembre 2012 et le 8 janvier
2013. Le Monde cite des documents de l'ancien consultant de l'agence
américaine Edward Snowden.

Depuis 24 heures l'exécutif, de François Hollande à Laurent Fabius,
joue les vierges effarouchées. Le gouvernement a fait part de sa
"profonde réprobation" et "demande" aux Etats-Unis l'arrêt de
l'espionnage…

Que les Etats-Unis organisent une surveillance à grande échelle, y
compris de ses alliés, ça n'a rien de surprenant. Demander à un Etat
d'arrêter d'espionner, c'est comme demander à un homme d'arrêter de
respirer.

Le vrai scandale est la passivité de la France dans cette affaire.

Ce que n'ont toujours pas compris François Hollande et Jean-Marc
Ayrault, c'est que les relations internationales sont un rapport de
force. Cette affaire d'espionnage est révélatrice de la naïveté
confondante de ceux qui sont censés diriger la France. Face à Bruxelles,
face à Berlin ou face à Washington, la France est toujours le dindon de
la farce. C'est insupportable.

Pourtant les moyens de pression existent vis-à-vis de nos amis
américains. Alors que les négociations pour un marché transatlantique
viennent d'ouvrir, il est impératif que les discussions soient
interrompues sur le champ. C'est le genre d'avertissement beaucoup plus
efficace que de convoquer un ambassadeur pour discuter dans un salon…

Les Américains sont et resteront nos alliés. Mais un allié n'est pas
un paillasson. Un allié doit être respecté. Et pour gagner le respect de
nos amis américains, il va falloir que la France redevienne la France.
C'est notre souveraineté comme nation et peuple libre qui est en jeu.

Au-delà des mesures de rétorsion, le gouvernement doit reconsidérer
les crédits alloués au renseignement. La réduction sans précédent du
budget de la Défense pénalise la mise à niveau de notre outil de
renseignement dont les fonds alloués n'augmenteront que de 39 millions
d'euros en 2014. Une broutille par rapport aux autres grandes nations
qui s'arment à grande vitesse depuis quelques années…

– See more
at:
http://www.debout-la-republique.fr/communique/espionnage-americain-le-scandale-n-est-pas-celui-que-l-croit#sthash.NjLzxxEF.dpuf

Selon
Le Monde, la NSA a effectué 70,3 millions d'enregistrements de données
téléphoniques de Français entre le 10 décembre 2012 et le 8 janvier
2013. Le Monde cite des documents de l'ancien consultant de l'agence
américaine Edward Snowden.

Depuis 24 heures l'exécutif, de François Hollande à Laurent Fabius,
joue les vierges effarouchées. Le gouvernement a fait part de sa
"profonde réprobation" et "demande" aux Etats-Unis l'arrêt de
l'espionnage…

Que les Etats-Unis organisent une surveillance à grande échelle, y
compris de ses alliés, ça n'a rien de surprenant. Demander à un Etat
d'arrêter d'espionner, c'est comme demander à un homme d'arrêter de
respirer.

Le vrai scandale est la passivité de la France dans cette affaire.

Ce que n'ont toujours pas compris François Hollande et Jean-Marc
Ayrault, c'est que les relations internationales sont un rapport de
force. Cette affaire d'espionnage est révélatrice de la naïveté
confondante de ceux qui sont censés diriger la France. Face à Bruxelles,
face à Berlin ou face à Washington, la France est toujours le dindon de
la farce. C'est insupportable.

Pourtant les moyens de pression existent vis-à-vis de nos amis
américains. Alors que les négociations pour un marché transatlantique
viennent d'ouvrir, il est impératif que les discussions soient
interrompues sur le champ. C'est le genre d'avertissement beaucoup plus
efficace que de convoquer un ambassadeur pour discuter dans un salon…

Les Américains sont et resteront nos alliés. Mais un allié n'est pas
un paillasson. Un allié doit être respecté. Et pour gagner le respect de
nos amis américains, il va falloir que la France redevienne la France.
C'est notre souveraineté comme nation et peuple libre qui est en jeu.

Au-delà des mesures de rétorsion, le gouvernement doit reconsidérer
les crédits alloués au renseignement. La réduction sans précédent du
budget de la Défense pénalise la mise à niveau de notre outil de
renseignement dont les fonds alloués n'augmenteront que de 39 millions
d'euros en 2014. Une broutille par rapport aux autres grandes nations
qui s'arment à grande vitesse depuis quelques années…

– See more
at:
http://www.debout-la-republique.fr/communique/espionnage-americain-le-scandale-n-est-pas-celui-que-l-croit#sthash.NjLzxxEF.dpuf

Selon
Le Monde, la NSA a effectué 70,3 millions d'enregistrements de données
téléphoniques de Français entre le 10 décembre 2012 et le 8 janvier
2013. Le Monde cite des documents de l'ancien consultant de l'agence
américaine Edward Snowden.

Depuis 24 heures l'exécutif, de François Hollande à Laurent Fabius,
joue les vierges effarouchées. Le gouvernement a fait part de sa
"profonde réprobation" et "demande" aux Etats-Unis l'arrêt de
l'espionnage…

Que les Etats-Unis organisent une surveillance à grande échelle, y
compris de ses alliés, ça n'a rien de surprenant. Demander à un Etat
d'arrêter d'espionner, c'est comme demander à un homme d'arrêter de
respirer.

Le vrai scandale est la passivité de la France dans cette affaire.

Ce que n'ont toujours pas compris François Hollande et Jean-Marc
Ayrault, c'est que les relations internationales sont un rapport de
force. Cette affaire d'espionnage est révélatrice de la naïveté
confondante de ceux qui sont censés diriger la France. Face à Bruxelles,
face à Berlin ou face à Washington, la France est toujours le dindon de
la farce. C'est insupportable.

Pourtant les moyens de pression existent vis-à-vis de nos amis
américains. Alors que les négociations pour un marché transatlantique
viennent d'ouvrir, il est impératif que les discussions soient
interrompues sur le champ. C'est le genre d'avertissement beaucoup plus
efficace que de convoquer un ambassadeur pour discuter dans un salon…

Les Américains sont et resteront nos alliés. Mais un allié n'est pas
un paillasson. Un allié doit être respecté. Et pour gagner le respect de
nos amis américains, il va falloir que la France redevienne la France.
C'est notre souveraineté comme nation et peuple libre qui est en jeu.

Au-delà des mesures de rétorsion, le gouvernement doit reconsidérer
les crédits alloués au renseignement. La réduction sans précédent du
budget de la Défense pénalise la mise à niveau de notre outil de
renseignement dont les fonds alloués n'augmenteront que de 39 millions
d'euros en 2014. Une broutille par rapport aux autres grandes nations
qui s'arment à grande vitesse depuis quelques années…

– See more
at:
http://www.debout-la-republique.fr/communique/espionnage-americain-le-scandale-n-est-pas-celui-que-l-croit#sthash.NjLzxxEF.dpuf

Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

Merci,

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

13 commentaires

  1. La faiblesse de notre pays n’est pas le seul fait des socialos, l’UMP y a largement contribué en son temps. Nos politiciens excellent comme donneurs de leçons et de bonne gouvernance comme le firent Giscard, Mitterrand, Chirac, etc.

  2. Bienvenue dans le monde de Oui Oui.
    Le désarmement actuel fait penser au Front Populaire et aux années 30 mais en disant cela j’ai l’impression de plagier Eric Zemmour.
    En général, quand un état abandonne ses fonctions régaliennes, la défense intérieure et extérieure, ça se finit très mal.
    et là aussi ca se finira mal.
    Mais bon, espionner nos ministres n’est pas très grave vu ce qu’ils ont a dire.

  3. “…Les Américains sont et resteront nos alliés…” . Mais, grand Dieu, alliés pour quoi, et contre qui ? Quelle nation, quels peuples désireraient nous attaquer ? La Suisse, le Liechtenstein ? A moins que ce ne soient le Rwanda, ou la Centre Afrique, ou même le Mali ? Il est urgent de quitter l’Otan, autre machin digne de l’ONU.

  4. Les seules mesures rétorsions que connait ce gouvernement sont celles types LMPT ou Nicolas ou veilleurs ou hommen…
    Plus compliqué sont déjà à gérer (oulala) une ado et quelques étudiants qui le font déjà baisser culotte…
    Alors un président des Etats -Unis même espion d’un allié vous imaginez la mesure du trouillomètre…

  5. “Les Américains sont et resteront nos alliés”
    C’est faux.
    La France a été un allié sous Louis XVI, puis les Etats-Unis ont trahi.
    Depuis, les Etats-Unis n’ont été les alliés que de leur propre politique, ce qui au vu de leur situation de bloc continental n’a rien de surprenant.
    La fiction des “alliés” s’est construite idéologiquement après la Seconde Guerre Mondiale : au moment où il fallait faire oublier les destructions militaires massives des armées américaines et le vol des réserves d’or sur le sol européen.
    L’espionnage de la NSA est un morceau du “pacte” transatlantique. Sans ce projet transatlantique, la NSA n’aurait pas de raison de se livrer à cet espionnage massif.
    Les Etats-Unis n’ont pas d’alliés : ils n’ont que des supplétifs. Leur particularité en la matière est de systématiquement sacrifier ou détruire leur supplétifs.
    D’ailleurs cette politique de supplétion s’applique aussi sur le territoire des E Unis, avec une administration qui sacrifie le peuple américain issu du continent européen. Cette administration a mis en route un remplacement de population : l’Europe a ensuite adopté le même projet. Les mêmes lobbies y poussent aux mêmes destructions.

  6. Quelque chose me dit que ce “scandale”, gardé bien au chaud par un grand quotidien du soir, a été ressorti au bon moment pour essayer de terminer la séquence “Léonarda”.

  7. Tous ces coquelets franchouillards oublient de dire une chose : la France est l’un des pays du monde qui espionne le plus, y compris ses alliés, tout comme les Américains, et pas seulement pour des raisons de défense, tout comme les Américains : la France fait énormément d’espionnage économique, tout comme les Américains.
    Lorsque les cadres des grandes entreprises américaines viennent en France, ils font très attention à ne pas laisser leur ordinateur portable sans surveillance.
    Mais la France, elle, elle a le droit, puisque c’est la France.
    L’anti-américanisme est toujours le réglage par défaut des Français quand ils sont en difficulté.

  8. Très pertinent commentaire de Flore. A noter les deux dates d’intense espionnage tombaient au moment de l’amorce des négociations sur le marché transatlantique; Tiens tiens.

  9. L’espionnage, on peut se le permettre à l’égard de gens comme les États-uniens, qui n’ont jamais été nos amis, et qui nous espionnent depuis chez eux. C’est la réponse du berger à la bergère, pas vrai ?

  10. Les Américains n’ont jamais été nos “amis”. En politique il ne peut y avoir “d’amis”, il n’ y a que des alliances d’intérêts qui durent un temps.

  11. Nicolas Dupont Aignan a t’il oublié ses amours de jeunesse. Il faisait en effet partie d’un programme de formation et de promotion de “jeunes leaders” franco américains chargés de travailler à des convergences politiques transatlantiques. A t’il changé d’orientations, l’a t’il dit?
    http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2011/09/11/2587401_nicolas-dupont-aignan-un-young-leader-de-la-faf-qui-imite-tres-mal-francois-asselineau.html

  12. Poster un commentaire qui va se retrouver sur Google! !!??
    Ah!!Ah!!Ah!!

  13. Nicolas Dupont Aignan veut de la fermeté, que la France redevienne la France au lieu d’être un paillasson et il compte sur… FLANBY !!!
    Il faut le lire pour le croire !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Allons-nous laisser la culture de mort triompher ?

JAMAIS

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique