Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Espagne : mobilisation épiscopale contre l’avortement

La semaine dernière, le ministre de l’Égalité a annoncé une nouvelle loi qui permettrait d’avorter librement pendant les 12, 14 ou 16 premières semaines de grossesse. Mgr Sebastián Aguilar, archevêque émérite de Pampelune, interroge :

"Est-ce un progrès d’accorder des facilités pour tuer des êtres humains innocents dans des conditions de plus grande faiblesse, par décision de leur mère et avec la complicité des professionnels de la santé et de la vie ?"

"promulguer “la meilleure loi possible sur l’avortement”, c’est se moquer de nous. En ce moment toute personne de culture moyenne sait qu’un avortement volontaire est un homicide prémédité et perfide. Avorter n’est pas, comme ils le disent de façon hypocrite, “interrompre une grossesse”. Avorter volontairement c’est détruire violemment une vie humaine dans le sein maternel. Et c’est ce que maintenant nos gouvernements veulent faciliter aux femmes espagnoles. Ils veulent leur donner des facilités pour qu’elles tuent ou fassent tuer leurs enfants".

Le prélat appelle à

"ne pas être complice de ce massacre silencieux, hypocrite et cruel, de cent mille avortements annuels. La permissivité à l’égard de l’avortement fait de nous une nation dégradée et corrompue. Nous ne pouvons pas être complices dans cette course vers la destruction morale de l’Espagne et des espagnols".

À sa suite, de nombreux mouvements et associations pro-vie se sont mobilisés.

Michel Janva

Partager cet article

4 commentaires

  1. Merci a Monseigneur Aguilar pour ces paroles de verite.
    Mere Teresa de Calcutta ecrivait qu’il n’est pas de Paix possible tant que ce crime de l’avortement existe.
    Comment les politiciens toujours les premiers a ‘defendre’ la paix font-ils commettre a tant de femmes, de medecins, d’infirmieres ce crime abominable contre l’innocent?
    Ces chefs d’etat qui rencontrent les Papes, successivement Jean-Paul II, puis maintenant Benoit XVI, meprisent leur Message, celui de l’Eglise Catholique.
    Ils sont comme Ponce Pilate, se lavant les mains du sang innocent.
    Au Moyen-Age, il y eu la Croisade pour defendre le Tombeau du Christ et les chretiens de l’Orient.
    Aujourd’hui, la Croisade pour defendre la vie des tous petits enfants a naître.

  2. Si le sujet n’était pas dramatique, on pourrait rire de l’intitulé du ministre « ministre de l’égalité ».
    Les embryons et les foetus ne sont pas considérés comme égaux à la mère et à l’avorteur qui ont le droit de vivre, ce que les être humains sans défense n’ont pas.
    Le ministre est donc celui de l’inégalité entre les êtres humains.

  3. Espagne : mobilisation épiscopale contre l’avortement
    Les évêques espagnols se comportent mieux que les évêques français. Mais pour autant, ne faudrait-il pas rappeler de temps en temps aux lecteurs que ce ne sont pas les évêques qui font les lois civiles ? Tant que la « droite » ne sort pas du modérantisme politique, aucune restauration de la poursuite du bien commun n’est possible en France…

  4. Bon, ils s’y mettent quand nos évêques français ?

Publier une réponse