Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Erik Tegnér officiellement exclu de LR

Erik Tegnér officiellement exclu de LR

Coorganisateur de la Convention de la Droite, Président de Racines d’Avenir et militant LR, Erik Tegnér était convoqué au siège de LR mardi.

Mercredi il a été exclu du parti, « à une écrasante majorité », avec seulement « trois voix contre », a indiqué la présidente de la fédération parisienne Agnès Evren, dans des propos relayés notamment par Le Point.

« Si le ridicule tuait, le siège de LR serait jonché de cadavres », a-t-il déclaré à l’annonce de cette décision, qu’il savait « prise depuis longtemps ». Il a aussi dénoncé une « purge » et une « censure totale » pilotée par le nouveau secrétaire général du parti Aurélien Pradié. Pour lui, « la frange conservatrice du parti n’a plus de poids » à l’heure où la formation de droite « investit des candidats LR soutenus par LREM » pour les municipales.

L’exclusion a provoqué quelques remous à l’issue du scrutin. Le député Julien Aubert ne se disait « pas favorable à exclure sur des idées, sauf à prouver que Erik Tegnér a franchi la ligne rouge en rejoignant le RN ». Le député Guillaume Larrivé avait affirmé son « désaccord » avec les procédures d’exclusion envers ceux qui « dialoguent, à droite, hors des murs partisans ».

Aurélien Pradié justifie :

« On lui a demandé :en 2022, si François Baroin est candidat, voterez-vous pour lui? Il a dit non. Si Marion Maréchal Le Pen était candidate? Il a refusé de répondre »

Partager cet article

8 commentaires

  1. La “droite” la plus bête du monde persiste et signe à plonger plus profondément que la fosse des Mariannes…
    Elle va bientôt être au contact du magma et sera dissoute de façon très écologique.
    ???

  2. Tout cela nous montre que le parti LR est complètement noyauté par la franc-maçonnerie, qui “tient” les instances dirigeantes et dicte ses décisions : c’est donc bien un parti totalitaire.
    Seuls les naïfs continuent de croire que ce parti est de droite…

  3. Erik Tegnér n’a toujours pas compris qu’il est exclu par un parti de gauche et pour l’unique motif qu’il est un peu trop de droite et pas suffisamment à gauche.
    Il le dit d’ailleurs à un moment “visiblement quand ce sont des personnalités de la gauche il n’y a pas de soucis” (2:10) mais il n’en tire pas les conclusions qui s’imposent… LR et LREM ne sont que les 2 faces de la même pièce !

  4. Comme dirait Sibeth NDiaye: “le parti LR, ils sont deads, les mecs, what’s the fuck”…

  5. Expulsion logique dont je me demande bien pourquoi on s’en étonne! Avec les idées qu’il a, impossible de rester dans ce parti de gauche. Erreur d’inscription dès le départ, beaucoup de bruit pour rien.

  6. Étant donné que François-Xavier Bellamy a défendu la position d’Érik Tégnier et n’a pas été entendu, il me paraîtrait normal et logique qu’il démissionne de cette pétaudière. Malheureusement il n’a pas encore compris, tout philosophe qu’il soit, qu’il s’est fourvoyé en mettant les pieds chez ces paltoquets.

  7. Tout à fait OK sachant que la fm est à gauche. Et défend un humanisme que Marx par exemple, s’est empressé de mettre en musique.

  8. Cela montre surtout que cette stratégie d’union des droites (lesquelles ?) ne peut qu’être un échec et se fracasser sur le mur de la réalité des lignes de fracture de la société française de 2020, qui n’est plus celle du siècle précédent…
    Le XXIe siècle de la politique française ayant seulement débuté en 2017 par le hold-up que l’on sait, il serait absolument inutile et vain de croire que la polarisation Macron/Le Pen ne serait qu’un accident de circonstance, et qu’une fois recomposées droite et gauche sur de nouvelles bases idéologiques, le bon vieux bipartisme reviendrait comme avant… Cela n’arrivera pas car les nouvelles lignes de fractures de la société, ou plutôt de l’archipel Français, se cristallisent autour d’un bloc bourgeois citadin libéral et mondialiste – et ce en dépit du positionnement “conservateur” d’une partie déclinante de la bourgeoisie et classes moyennes de droite – fer de lance du macronisme et attirant dans son sillage avec plus ou moins d’affichage et de proximité, tout le spectre politique allant, que cela plaise ou non, de Marion Maréchal à Clémentine Autain, puisque toutes deux et leurs principaux soutiens appartiennent tous à la “France d’en haut” des métropoles…
    En face, un bloc populaire rural et périurbain, beaucoup plus hétérogène mais en cours de structuration, cristallisant lui tous les électorats contestataires et souverainistes, venant indifféremment de la droite nationale à la gauche radicale.
    Dorénavant, la question du vote RN n’est plus la question de voter plus à “droite” qu’une droite classique qui se “gauchiserait” – et puis cela n’a aujourd’hui plus aucun sens – c’est simplement devenu la question d’un vote de classe, tout comme pouvait l’être il y a encore quelque temps un vote UMP dans certains milieux, et tout comme l’est clairement devenu en face le vote Macron…
    A tort ou à raison, le vote RN est devenu le vote refuge de tous ceux qui non seulement sont les perdants du système, mais qui en plus sont dans l’obligation de cotiser toujours plus à leur propre élimination…
    Malheureusement cette cristallisation autour du RN se fait en grande partie par défaut, et seulement partielle, puisque ce populisme “de droite” demeure incapable de mobiliser la masse considérable d’abstentionnistes et de gens résignés qui pourtant devraient en toute logique percevoir à l’aune du réel où se trouve la défense de leurs intérêts bien compris, qui vont bien au delà de tous les chantres d’une identité en partie fantasmée et de la stigmatisation d’une population d’origine extra-européenne, qui qu’on le veuille ou non est là…
    C’est en fait là le véritable défit politique à venir, faire sortir coûte que coûte tous ces abstentionnistes, et non de poursuivre les chimères d’un autre temps que caressent encore ce microcosme auquel Tegner appartient, écartelé entre un RN dont son courant ne pourra jamais avoir les rênes (“bien trop ringard et réac pour ça” pour reprendre les mots d’Enthoven…), et un parti LR dont il vient de se faire virer alors que sa nouvelle direction n’a que faire d’identité et d’immigration, leur seul but étant de devenir une force d’appoint du bloc bourgeois, notamment par le maillage provincial que ce parti tient encore bien en main… LR n’est pas concurrent de LREM, ils sont complémentaires ; quand on a compris ça on a compris que ne serait-ce que d’un point de vue purement pratique il n’y aura pas d’union des “droites”… Prochain épisode aux municipales, dont le scénario est déjà tellement prévisible… Et au passage, Mr de Voyer, même si on peut se féliciter de la victoire de Bojo et des pro-Brexit, la Grande-Bretagne a une tout autre tradition politique que la France : non, la défaite de Macron et du camp oligarchique en France ne passera pas par un conservatisme qui n’existe pas chez nous, alors un conservatisme “courageux” n’y pensez même pas, ou quoique, si, vous l’avez déjà en partie : c’est Macron et Casta la matraque…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services