Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Encore un mensonge du gouvernement

Pour justifier la suppression du jour de carence dans la fonction publique, le Ministre attitré, Marylise Lebranchu, avait jugé la mesure "injuste, inutile et inefficace"

En matière d'injustice, on rappellera que les salariés du privé n'ont pas un mais trois jours de carence. Quant à l'inutilité et l'inefficacité supposées de la mesure, il se trouve que depuis qu'elle est appliquée (1er janvier 2012),

"Les arrêts maladie d'un jour ont (…) chuté de 40 % dans les hôpitaux et de 43 % dans la fonction publique territoriale en 2012, selon le dernier rapport de l'assureur spécialiste des collectivités, Sofaxis. En outre, les arrêts de deux jours à l'hôpital ont baissé de 31,8 % et ceux de plus de trois jours, de 16,3 %. La même tendance a été observée dans la fonction publique territoriale."

Le gouvernement compte supprimer le jour de carence au 1er janvier. Le surcoût estimé pour les seuls hôpitaux est compris entre 60 et 75 millions d'euros.

Partager cet article

8 commentaires

  1. Parce qu'”elle” s’imagine que cela suffira à faire basculer les salariés concernés vers un vote en faveur du gouvernement?
    Ne sait-elle pas que nombre de personnels n’en peuvent plus
    de cet absentéisme “sauvage”
    qui désorganise tous les services,
    au détriment non seulement des malades
    mais aussi celui des équipes consciencieuses.
    Comme la mesure a pourtant largement fait ses preuves d’efficacité, il est de bon ton, au PS, de favoriser toujours plus le laxisme…

  2. Ces fonctionnaires qui rejettent un jour de carence ont-ils quelques notions de justice ?
    Savent-ils par exemple (ils le savent bien sûr), que les médecins libéraux n’ont pas 1, ni 3 jours de carence, ni même 10, ni 20, ni 30, ni 60… mais 90 !!!
    Qu’attendent-ils pour dénoncer haut et fort cette injustice flagrante ?
    Eh bien je vous le dis : ils ne le feront jamais !
    Preuve qu’ils n’ont rien à [faire] de l’égalité, mais qu’ils ne cherchent qu’à accumuler des privilèges au dépens des autres (et notamment de ceux chez qui ils viennent pleurer dès qu’ils font un pet de travers !).

  3. En tout cas c’est la preuve que pour le PS il n’y a qu’un peuple qui compte, celui de la fonction publique, les autres sont justes bons à traire.

  4. Attention aux chiffres et à ce qu’ils signifient.
    Ils ne portent que sur les arrêts d’un jour. Ceux qui ont eu réellement à s’arrêter 1 journée ont pour certains pris une journée de RTT ou de congés. Il faut donc relativiser.
    Pour ma part, je suis fonctionnaire et je suis favorable à la journée de carence, mais totalement contre la façon dont elle a été mise en place par le gouvernement précédent ! Je m’explique :
    Que signifie jours de carences ? C’est la non prise en charge par la sécu des 3 premiers jours de chaque arrêt maladie.
    Or seulement dans le privé, la sécu prend en charge les salaires des arrêts maladie. Cela explique que seul le privé pouvait être concerné.
    Je dit “pouvait” et pas “était”. Car dans de nombreuses entreprises ou branches professionnelles, les trois jours de carence sont pris en charge par l’employeur. De fait, il y avait déjà inégalité de traitement dans le privé ! En fait, moins de la moitié des salariés du privé ont des jours de carence.
    Dans le secteur public, l’employeur continue d’assurer le salaire durant toute la durée du congé. De fait, il n’y avait pas de carence. En instituant cette journée, l’inégalité a perduré dans le privé, mais dans la fonction publique, la totalité, soit 100% des fonctionnaires, était touchée car cette journée de carence voulait dire : “pas de prise en charge par l’employeur”.
    Et le comble : la loi votée sous Sarkozy disait que cette journée s’appliquait aux fonctionnaires et régimes spéciaux ! Qui donc pourrait me donner la définition “juridique” de “régimes spéciaux” ? Cette définition n’existe pas et la loi n’étaient donc pas applicable pour les catégories “communément” appelées par cette expression qui n’a pas de fondement légal.
    Aussi, lorsque dans le début de mon propos, j’ai dit “OUI” à la journée de carence, il doit s’agir d’une véritable journée de carence pour tous, public, privé et autres… avec une véritable interdiction de prise en charge par l’employeur comme cela se pratique dans le secteur privé.

  5. Je ne suis pas d’accord.
    La baisse du nombre de jours de maladie vient en grande partie de contractuels qui ne touchent pas grand chose à la base et qui du coup vont bosser en étant malades comme des chiens au risque de contaminer tout le monde.
    Il y en a qui abusent du système c’est certain, mais j’ai quand même vu énormément (et même une très large majorité) de personnes dans le cas que je cite.
    Tapez sur les hauts fonctionnaires, mais essayez de ne pas oublier qu’il y a énormément de fonctionnaires qui se tuent à la tâche pour des salaires très inférieurs à ceux du privé.

  6. Il est facile de tomber dans le piège du bouc émissaire, tous contre les fonctionnaires !
    Le médecin libéral qui ne déplace plus chez les malades, qui ne travaille pas le mercredi, et dont le revenu annuel est autrement plus élevé que celui d’un fonctionnaire dont le niveau d’études est comparable, peut-il critiquer ceux qui font le choix de servir l’Etat, c’est-à-dire les autres ? Pour devenir fonctionnaire il est nécessaire d’obtenir des diplômes et ensuite de réussir des concours.
    Les jours de carence portent bien leur nom, c’est le régime politique et son système qu’il faut combattre et non des catégories socio-professionnelles, à qui profite cette division ? Vous connaissez la réponse, je l’espère.

  7. Puisque Ayrault veut réviser le code des impôts qu’il commence par faire que nous soyons tous au même niveau ne serait-ce que pour les droits au travail.
    Mais comme le fait remarquer Stephe, les fonctionnaires étant le fonds de roulement de cette gôche, rien ne sera fait ! Ils sont stupides, mais pas au point de scier la branche sur laquelle ils sont assis.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services