Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société

En restant dans le flou, François Hollande reste prisonnier du vague

Extrait d'un long entretien donné par le colonel Michel Goya à Atlantico :

Goya-2"(…) On ne fait pas la guerre à une idéologie, ni au terrorisme. Pour la simple raison que le terrorisme est un mode d’action. De même qu’on ne fait pas la guerre au fanatisme, qui est un caractère. En revanche, on peut faire la guerre à des entités politiques. Or, on a du mal aujourd’hui à la nommer, cette entité. Comme si l’on ne pouvait se résoudre à désigner clairement l’Etat islamique comme notre adversaire.

D’abord par crainte d’accorder trop d’importance à nos ennemis en leur conférant un statut d’égal. Mais aussi, ce qui peut paraître à première vue louable, par souci de ménager la sensibilité de nos propres ressortissants musulmans ou la susceptibilité de nos clients du Proche et du Moyen-Orient. 

Mais en reprenant ainsi la vieille phraséologie de George W. Bush,  en refusant de nommer notre ennemi, on tombe toujours dans la même ornière. En restant dans le flou, on reste prisonnier du vague (…)

Et en réalité, on ne fait pas la guerre au terrorisme, ou au fanatisme. On fait la guerre à l’Etat islamique, comme on fait déjà la guerre à Al-Qaïda (Aqmi plus précisément),  comme on a fait la guerre à Al-Mourabitoune au Sahel, ou à Al-Qaïda en Péninsule Arabique, au Yémen (…)

Il faut bien comprendre qu’il y a deux types d’emploi de la force, la guerre ou la police. La guerre connaît une fin qui est généralement la négociation. La police au contraire est une mission sans fin. Elle s’attaque à ceux qui contreviennent à la loi et à l’ordre. Ces contrevenants n’ont pas un statut d’interlocuteur et l’objectif est de les neutraliser.

Le problème quand on les confond tous les deux, quand on refuse le statut d’ennemi à ceux que l’on combat, c’est qu’on en fait des purs délinquants qui viennent spontanément. Dès lors, on s’engage dans une lutte sans fin (…)"

Partager cet article

2 commentaires

  1. Comme le dit si bien le premier ministre d’Hollande “réhabiliter Assad, ce serait une faute morale”, alors que traiter avec l’Arabie saoudite, c’est bien plus digne ! L’inversion de ce gouvernement est sur tous les sujets !
    https://www.youtube.com/watch?v=AFxGu4uiYxY
    Et à la tête de son armée : Le Drian ! Un franc-maçon qui malgré les milliers de morts en Syrie, continue à penser qu’il serait l’homme idéal, celui des droits de l’homme, pour diriger la région Bretagne ! Le pire, il risque d’être élu ! Comment les Français peuvent-ils être aussi injustes ? Quand ils connaîtront les mêmes troubles, ce qui ne devrait pas tarder, nombreux seront les peuples qui s’en réjouiront…

  2. C’est vrai, on ne peut pas combattre une tactique, comme le terrorisme, et ce fut l’erreur de Bush (sans doute délibérée, vus les relations extrêmement étroites que son clan a toujours entretenu avec la monarchie saoudienne).
    Par contre, si, on peut parfaitement combattre une idéologie, l’islamisme, exactement comme nous avons combattu le communisme, le soviétisme et non pas la Russie en tant que nation.
    Et il est vrai que ce genre de conflits n’a pas la forme d’une guerre entre états. Il n’y aura pas de négociations pour cesser les hostilités. Il n’y a de toute façon pas grand-chose à négocier avec les tenants d’une idéologie totalitaire, qui plus est, une idéologie totalitaire qui se prétend divinement inspirée.
    Mais, contrairement à ce que pense Goya, ça n’en est pas pour autant une opération de police. C’est bien une guerre, éventuellement encore bien plus brutale que les guerres entre états. C’est quand la dernière fois qu’on a vu un attentat-suicide commis par des terroristes cathares ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services