Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

En mémoire de Cicéron: Jusques à quand… abuserez vous de notre patience ?

En mémoire de Cicéron: Jusques à quand… abuserez vous de notre patience ?

De l’abbé Michel Viot pour le Salon beige (nous en profitons pour rappeler que vous pouvez également le suivre sur son blogue et désormais sur Twitter)

Après le Père Jacques Hamel, égorgé par un fiché S muni d’un bracelet électronique et un acolyte islamiste radicalisé signalé aux services, voici le Père Olivier Maire tué par un incendiaire de cathédrale, laissé en liberté dans l’attente de son procès !

Beaucoup vont trouver que je manque de piété, et je ne leur donnerai pas tort. Car de même que je ne suis pas arrivé à prier pour les assassins de mon premier confrère, je n’arrive pas non plus à prier pour ce meurtrier, sans bien évidemment condamner ceux qui peuvent le faire. Et pourtant, c’est probablement un malade mental, dont la place n’était sans doute pas en prison, mais certainement pas dans la rue ! Et c’est très exactement cela qui, je le confesse, me met en rage et m’empêche de prier pour lui ! Quand César ne fait pas son travail, il gêne celui de Dieu ! Mais ce ne sera pas, pour moi, devant mon confesseur, une auto-justification !

Pendant dix ans, j’ai été aumônier d’une maison d’arrêt, et j’ai pu observer ce qu’était la psychiatrie en détention, tout comme sa relation avec les magistrats. Chacun faisait ce qu’il pouvait avec les moyens du bord, c’est à dire avec pas grand chose. Les psychiatres reçoivent pour leur travail en détention des honoraires de misère, ce qui a fait dire à l’un d’entre eux lors du fiasco judiciaire d’Outreau à propos de son expertise ratée « qu’ils en avaient eu pour leur argent ». Je crains que les experts psychiatriques (s’il y en a eu) qui ont examiné l’incendiaire de la cathédrale de Nantes aient eu la même pensée.

Étrange appareil d’Etat que celui qui terrorise ses ressortissants par un dirigisme sanitaire plus que problématique, et laisse en liberté un fiché S sous bracelet électronique, ainsi qu’un incendiaire de cathédrale ! Cette clémence aveugle du système judiciaire ne peut que faire se questionner l’honnête homme sur l’exercice du métier de juge. L’Eglise a fait le sien. Elle a exercé la charité et l’a assumé d’une manière sanglante. Elle a assumé d’accomplir vraiment son métier. Pas les juges !

Mais les juges ne sont pas entièrement responsables : c’est tout un système qu’il faut changer. Les pouvoirs exécutifs et législatifs ne tiennent aucun compte de la psychologie humaine, ou pour être plus précis, en ont une vision étriquée. Par exemple, en reconnaissant qu’elle ne peut jouer un rôle que sur le cours de la Bourse, et bien sûr les élections ! Et c’est tout ! Mais pour le reste, on nage dans l’irresponsabilité. On n’a rien compris aux ressorts et conséquences psychologiques du terrorisme, tout comme à celles que déclenchent la peur de la maladie et son traitement par un autoritarisme orienté, j’entends par là la vaccination forcée comme seule arme contre la maladie.

En pleine menace terroriste, un fiché S djihadiste aurait dû être déchu de sa nationalité française et expulsé aussi sec, et un présumé incendiaire de cathédrale passer en comparution immédiate, et, s’il avait été reconnu coupable, exécuter sa peine et être expulsé immédiatement. C’est notre justice inadaptée aux désordres actuels destructeurs de la France qui est responsable de la mort de ces deux prêtres, tout comme l’Etat qui la cautionne et avilit le peuple français en proclamant que cette justice est rendue en son nom ! Puisse Dieu juger maintenant lui-même et purifier rapidement notre pays !

Sans justice, la vérité est captive, et empêchera en fin de compte la nécessaire charité de s’exercer. Et une société, qui par ses défauts de fonctionnement, en l’occurrence l’absence de justice adaptée aux circonstances, exclut de fait la charité, devient vite invivable. Une justice adaptée à ce que nous supportons de plus en plus mal en France, devrait considérer qu’un terroriste n’est pas un criminel comme les autres, de même qu’un migrant ne peut être traité comme un Français, ni un malade mental comme un bien portant.

Sur ce dernier point, la triste affaire affaire de l’assassinat du Père Olivier Maire par un malade mental rejoint la critique que je porte sur la politique sanitaire de l’Etat et l’action globale de nos gouvernants. Les principes de justice, de souci du Bien commun, jusqu’à l’impératif du soin à apporter aux personnes sont empêchés par un système incapable, sont bafoués par des considérations cachées, des liens d’intérêts et des idéologies vicieuses. On laisse des fous en liberté qui sont des dangers pour eux-mêmes et pour la société, et le phénomène s’étend bien au-delà du cas particulier de l’assassin incendiaire. On refuse de soigner les malades, prétextant faussement de la nocivité de traitements dont on n’est pas encore sûr à 99,999%, mais lorsqu’il s’agit d’administrer certains vaccins, foin des précautions quant à leur éventuelle nocivité, foin des considérations quant à leur efficacité réelle, et foin du débat public, de fait interdit. Les questions que beaucoup de gens se posent et leur hésitation à y avoir recours ne sont que les conséquences de politiques illogiques du gouvernement, du moins de politiques qui ne servent pas les intérêts du peuple français.

Et ce n’est ni avec des menaces, des attitudes méprisantes ou des injures qu’on obtiendra la confiance de Français de moins en moins dupes. Persévérer dans une telle voie ne peut avoir que de tristes conséquences sur le peuple. Ou il fera mine de se soumettre en contournant les lois, amenant ainsi des désordres de plus en plus grands, au point d’en arriver à implorer n’importe quel ordre, fusse au prix de ses libertés essentielles. Peut-être est-ce là ce que certains veulent. Ou bien le peuple risque aussi de se révolter ! Et là alors, bien malin celui qui pourrait prétendre profiter de la montée aux extrêmes.

Partager cet article

15 commentaires

  1. Fort bien résumé Monsieur l’Abbé, reste un angle mort dans cette critique, l’effarante complicité d’une partie de l’Eglise, au plus haut niveau, avec attaques contre la nation et les frontières, soutien inconditionnel aux migrations-invasion de l’Europe, rousseauisme à peine voilé, appel à la soumission sanitaire… De quoi éloigner aussi quelques autres de nos prières.

    • Commentaire très juste sur la complicité de l’Eglise de France “au plus haut niveau” et des grands médias catholiques face à l’immigration de masse sans parler à un niveau inférieur du nombre de braves dames catholiques qui aident des immigrés illégaux, soutiennent par tous les moyens les Mineurs non accompagnés réclamant des couvertures et habits pour leurs protégés etc.. Un jour, il faudra faire un bilan sans complaisance de toutes ces actions et prises de position.

    • S’il ne critique pas le clergé, c’est que Monsieur l’abbé qui a reconnu manquer de piété n’enlève pas la paille dans les yeux de ses confrères avant d’enlever la poutre dans les siens. Saluons son humilité plutôt

      Cela dit, réfléchissons-y, c’est terriblement inquiétant qu’un prêtre n’arrive pas à prier pour les assassins de ses confrères quand il dit tous les jours au Père : “pardonnez-nous comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés”.

      L’Etat ne fait pas son travail ? Certes, mais vous voyez bien que Satan est à l’oeuvre et il faut beaucoup de sagesse et de pureté pour le démasquer.

      • Pardonner ? Il est préférable d’accorder son pardon après réflexion.
        Soyons réalistes, évitons la pente facile de la faiblesse.
        Il existe des êtres profondément dépravés auxquels on donne une seconde chance et qui ne font que du mal.
        Au Bon Dieu de décider !
        Mais nous voyons ainsi que le Mal existe et qu’il est très tentateur.

  2. Mon sentiment profond a la lecture de ce constat fait par Monsieur l’abbé Michel Viot, ainsi que son analyse des conséquences qu’amène ce constat et une ébauche non encore complète mais déjà évidente de la recherche des causes qui génèrent ces conséquences dont la plus visible est évidemment ce fonctionnement actuel de la Justice qui est totalement déréglé et est parfaitement décrit par Monsieur l’Abbé Viot.
    Je rajoute que la Justice est déréglée pour une immense raison qui est actuellement la cause précédente et la faute absolue des gouvernements successifs qui ont généré les 5 constitutions de la France depuis la premiere instituée en 1792.
    Depuis cette date , les lois HARMONIEUSES de la France dont les droits coutumiers des Provinces ont été petit a petit abolies ou inversées injustement.
    Avant 1792, toutes les lois de la France étaient en conformité avec le proto-commandement de Dieu donné a Adam et Eve , Son Decalogue donné par Son serviteur Moise et Son Commandement d’Amour donné par Son Verbe Incarné, Jesus 2e de Son “TOUT PUR ESPRIT” trinitaire..:Père et Fils et Saint Esprit
    La première attaque des gouvernements Républicains Francais (rappel : ce sont les gouvernements qui decretent les lois et les proposent a l’aquiesement des assemblees populaires, ce fut un fait du temps de nos Rois et ce l’est toujours sous la Republique, les gouvernements Republicains sont pleinement responsables de ces attaques contre Ces ordonnances Divines dont la premiere il a la suite de l’instauration de la Republique en 1792 fut contre la Famille par l’instauration du Divorce.
    Le reste a suivi petit a petit et toutes les grandes lois Societales de la France sont totalement en contradiction avec Ces ordonnances divines.
    Le grand remède a instaurer est la Catechese a diffuser par tous les moyens et sans esprit de pharisianisme,
    Le Poisson pourrit toujours par la tête, c’est aux Elites de France de se mettre humblement a genous en premier et de se convertir sincerement, alors le reste du corps social suivra corrororant le dicton:
    “Qui convertit un Roi convertit le peuple.”
    Le premier devoir régalien du ROI est d’assurer Bonne Justice.
    L’Eglise a en cela un devoir formel de mettre la pression sur les élites pour leur faire accepter de suivre les exercices de Saint Ignace de Loyola, comme pour les prêtres et évêques qui sont censés les faire aussi sur 30 jours d’affilée.
    A ces conditions la France se relevera et méritera le ROI que DIEU lui donnera qui en recevant l’onction sainte de Reims recevra de L’Esprit Saint le sacrement du Roi qui le remplira des dons necessaires en le temps qui est celui de son existence pour developper les Talents qui lui ont ete donnés a sa naissance par Dieu pour exercer sa vocation.
    Malheuseusement

    • Le mot “malheureusement ” est une coquille qui est restée lors d’un insert de texte dans mon commentaire, ne pas le prendre en compte sauf peut-etre en l’appliquant au ROI qui vient ainsi que ses successeurs car l’exercice de la Royauté est une tache effrayante a assumer, et il n’y a que les orgueilleux et les ambitieux effrénés pour vouloir y postuler.,
      Gouverner un peuple exige des qualités extremes de Charité Fraternelle et une humilité hors normes.
      Les elections de type Republicain me font profondement douter du systeme etant donné les sommes collossales mises en jeu qui de plus coutent une fortune au peuple.
      Je prefere infiniment le Choix de Dieu confirmé par Jeanne d’Arc en ce qui concerne la Loi Salique et par Jésus dans Son Sacre-Coeur a Paray le Monial en ce qui concerne la primogeniture mâle.

  3. Claude commente : Merci cher père VIOT pour votre texte. J’espère que vous conviendrez de ceci : Il est évident qu’il y a un manque de vertu de prudence parmi les personnes qui ont côtoyé cet individu. Qui a agi pour qu’il ne soit pas mis en prison avant son jugement ? Qui a agi à sa sortie d’un mois d’hôpital psychiatrique pour qu’il ne retourne pas en prison ? Il y a parfois des générosités coupables. Un gars met le feu à un bâtiment, il fait un mois d’hôpital psychiatrique, il est évident que je ne le prends pas dans ma demeure car ma propre vie est en jeu et que j’ai le devoir d’en assurer la survie. C’est un peu parallèle avec : un ami nécessite une greffe de rein, mon rein peut l’aider, je n’ai pas le ‘droit’ de débiliter volontairement mon corps pour l’aider par une fausse responsabilité amicale. Il me semble que le prêtre mort à manquer de vertu de prudence puisque son hébergé, qui sortait d’une institution psy, est parvenu à le tuer. Il me semble qu’il y a une grave faute morale ou erreur de discernement chez l’hébergeur qui connaissait certainement le passé violent de l’héberger qui était en France illégalement, clandestinement, ‘hors la loi’ commune. Une assistante sociale, même très charitable, ne prend pas chez elle une des personnes qu’elle aide dans son activité professionnelle. La première charité en acte que le prêtre doit exercer c’est : Eucharistie, messe et communion dans la bouche selon les lois de l’Eglise. Qui va faire ce travail eucharistique vertical, maintenant ? Une autre assistante sociale qui navigue dans l’horizontalité ? Autres sujets connexes : Je rappelle que le premier ‘rémigré’ bien connu, c’est Jésus de Nazareth qui a donc fui l’Egypte avec le raisonnable Joseph. Je rappelle aussi que c’est le Samaritain qui paie l’hôtel au blessé avec ses propres deniers et non ceux de l’Etat ou d’associations subventionnées. Ce que j’énonce, est-ce juste ? Est-ce en plus chrétien ? Est-ce lié au bon sens commun ?

  4. Cher Père VIOT, je réagis aussi ici à l’article de Guilhem GOLFIN paru ce 11, juste au dessus du vôtre et que je vous conseille de lire.
    Superbe article plein de panache et qui ne vous dispense pas de porter un gilet pare-balles pour éviter une mort sociale. Si un employeur lit votre texte alors il percevra en votre personne un électron libre ou libéré par le Christ et il aura peur de manifester, devant ses amis, qu’il vous connaît. Bravo cher Monsieur. Vous pourriez écrire un article similaire sur comment les strates du clergé furent gagnées par des idéologies nocives qui enfument la vérité sur l’homme et malmènent dans ses fondements visibles l’Experte en humanité qu’est l’Eglise de l’Homme-Dieu.

  5. Et notre époque post-conciliaire oublie que charité ne veut pas dire débilité…l’incendiaire n’avait pas à être recueilli par une institution religieuse. Il méritait la peine de mort. Comme le fichier S de Rouen. Et à défaut, une véritable exclusion sans possibilité de repasser la frontière. Mais aujourd’hui c’est « open bar » pour les migrants, pendant que le Françaoui est interdit de bar pour son petit café du matin…et comme le Père Hamel organisait la rupture de jeûne du ramadan dans son église, le Père montfortain souhaitait la bienvenue à ce criminel. C’est rude à entendre, mais ils ont cherché leur fin tragique !

  6. Pardonner ? Il est préférable d’accorder son pardon après réflexion.
    Soyons réalistes, évitons la pente facile de la faiblesse.
    Il existe des êtres profondément dépravés auxquels on donne une seconde chance et qui ne font que du mal.
    Au Bon Dieu de décider !
    Mais nous voyons ainsi que le Mal existe et qu’il est très tentateur.

  7. Le meurtre du Père Olivier Maire signe l’échec des pouvoirs publics, de l’autorité judiciaire et de l’Eglise, donc un effondrement de la société.
    Les pouvoirs publics se sont montrés incapables d’expulser un individu, qui n’avait pas sa place en France.
    La Justice s’est une fois de plus emmêlée dans le droitdelhommisme, qui l’a empêchée de juger à temps l’acte incendiaire de la cathédrale de Nantes.
    Quant à l’Eglise elle a péché doublement par candeur, d’abord en employant ce clandestin, ensuite en l’hébergeant, bref en cautionnant sa clandestinité. Plus grave elle a manqué à la vertu de prudence.

  8. drole de société où les racailles sont tolérés, pardonnés exemptés de sanction par des juges idéologues et non respectueux des lois

  9. Bonjour Mr l’Abbé
    J’aime votre raisonnement, mais je m’étonne du propos des “extrêmes” ce qui ne me concerne pas pour le moment.
    la ligne droite mène d’un point à un autre. Un troisième point extrême me parait important ,il s’agit d’un triangle qui lui nous même à un autre extrême “le régime actuel” soit cette fois c-i trois points.
    Sur ce méditons et prions NS nous en avons besoin.

  10. Bonjour Mr l’ Abbé
    Je suis étonné de cette référence aux extrêmes “je ne suis pas concerné pour l’instant” La ligne droite partant d’un point à un autre. Pour faire le point, je vous propose le triangle donc troisième point qui représente le régime actuel. Jean Jaurés aux prémices de la guerre qu’il avait par ses mauvais raisonnements contribué nous y amenait, déclarant “Jamais la Françe ne s’est trouvée dans une telle situation et bla bla bla. Tel est le cas qui se présente aujourd’hui, mais de quelle guerre s’agit t-il ,Je vous laisse répondre En la veille de l’assomption puisse notre mère du ciel nous aider
    Loué soit Jésus Christ se disaient nos prêtres en se saluant dans notre département

  11. Je ne suis pas d’accord avec le constat que l’Eglise a fait “son métier” et “a assumé la charité” dans cette affaire. Il ne s’agissait pas de charité mais de pitié dangereuse ou de charité dévoyée plutôt. Ce rwandais n’était pas à la rue, en France nous payons beaucoup d’impôts transformés en aides sociales diverses permettant de prendre en charge ce genre d’individus. Nous ne sommes pas au Soudan ni au Laos ni en Somalie. Il existe des assistantes sociales, des éducateurs, des centres d’accueil etc… tout un dispositif auquel ce prêtre aurait dû passer le relais, nous ne sommes plus au moyen-âge.
    Malheureusement certains sont responsables de leur propre malheur, c’est bien le cas de ce prêtre qui aurait mieux fait d’exercer la charité auprès de vrais pauvres et il y en a beaucoup parmi les “petits blancs” mais c’est moins à la mode !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services