Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

En marche… vers le flicage des enfants scolarisés !

En marche… vers le flicage des enfants scolarisés !

De Paul Barillon, docteur en droit public:

Le principe du flicage des élèves par un gouvernement qui a peur :

Un article très intéressant du Nouvel Obs, en date du 12 mai 2020, indique que le Ministère de l’éducation nationale est en train d’imposer aux enseignants l’usage d’une fiche « invitant à signaler les propos inacceptables des élèves sur le Covid ».

Vérification faite, la fameuse fiche est bel et bien présente sur la plateforme « Educsol », laquelle contient tous les documents de références pour la bonne gestion administrative de nos écoles, collèges et lycées…

Dans l’onglet « risques de dérives sectaires », il est tout d’abord justifié que

La crise du Covid-19 fragilise la population et contribue à développer un sentiment de vulnérabilité. La situation exceptionnelle que nous traversons et l’exploitation des peurs et des souffrances qu’elle suscite, sont propices aux risques de dérives sectaires et au renforcement de l’adhésion des adeptes. Depuis le 17 mars 2020, date à laquelle le gouvernement a opté pour un confinement strict de la majorité des français, la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) a déjà reçu plusieurs dizaines de signalements liés à la crise sanitaire du Covid-19.

Cette façade morale peinte par le gouvernement, il est possible d’entrer dans le vif du sujet.

Il est demandé aux enseignants dans un premier temps « d’identifier les changements de comportement des élèves, susceptibles d’être provoqués par des influences familiales ou extérieures ». Les enseignants devront également se transformer en psychologues, sans avoir été formé à cette tâche, pour « prévenir les risques de déstabilisation des élèves et les comportements irrationnels ».

C’est par la suite que le fichage et le flicage des élèves et de leurs parents sont exigés par Jean-Michel Blanquer. Il est premièrement demandé aux enseignants de « sensibiliser les élèves aux risques des discours dangereux qui prodiguent de faux remèdes et des conseils dangereux en lien avec le COVID-19 ». Il est ensuite exigé d’eux de « développer l’esprit critique des élèves pour mieux lutter contre la désinformation, les fakes news, les rumeurs et les théories complotistes ».

La vérité est que le pouvoir actuel est terrorisé à l’idée de chuter et de devoir s’expliquer sur sa gestion chaotique de la crise sanitaire et économique, sur fond des gesticulations incohérentes de la porte-parole du gouvernement, Sibeth N’diaye…

La critique de LREM et de l’autoritarisme du couple explosif Philippe-Macron relève donc désormais de la dérive sectaire ! La contestation des informations données par la clique Ndiaye, Véran et consorts relève désormais de la rumeur et de la théorie complotiste. La question du site « anti-fakes news » est de retour !

 

En marche vers la dictature LREM !

Lorsque l’on examine de plus près l’imposition actuelle de privations massives de libertés, pourtant défendues pour certaines par le bloc de constitutionnalité, couplée au flicage généralisé et organisé des contestataires, des mesures prises par le tandem Macron-Philippe, on ne peut s’empêcher de penser aux leçons fondamentales données par Hannah Arendt dans ses différents ouvrages.

Dans La crise de la culture, paru en 1968, elle affirmait que « la liberté d’opinion est une farce si l’information sur les faits n’est pas garantie et si ce ne sont pas les faits eux-mêmes qui font l’objet du débat ». Cette ligne de conduite est très loin des gesticulations incohérentes et potentiellement mensongères de Sibeth Ndiaye, ainsi que de la manière actuelle du gouvernement de communiquer sur les crises que nous traversons.

La liberté d’opinion et de débat sur l’information sont des fondements de la démocratie, défendus par la Déclaration des Droits de L’homme et du Citoyen du 26 aout 1789. Le musellement de la liberté d’opinion, le contrôle de l’information et le flicage des personnes libres de penser par elle-même par la dénonciation du comportement de leurs enfants indiquent au contraire la présence du totalitarisme.

Dans son ouvrage fondamental paru en 1951, Les origines du totalitarisme, Hannah Arendt présente le totalitarisme comme « un système tendant à la totalité ». Pour atteindre cette « totalité », plusieurs buts sont alors poursuivis par le gouvernement concerné.

Cette totalité implique premièrement que naisse un monopole idéologique à l’image de l’union nationale exigée derrière LREM, seul rempart présenté à la crise sanitaire et la crise économique… Les personnes qui ne soutiennent pas LREM sont alors également stigmatisées comme adversaires de la République elle-même ! « Je suis la République » :  en période de crise cette affirmation aurait pu être prononcée par Emmanuel Macron, si Jean-Luc Mélenchon ne lui avait pas coupé, quelques mois plus tôt,  l’herbe sous le pied.

L’émergence de ce totalitarisme passe aussi par construction ex nihilo d’une vérité ne supportant aucun doute et contestation. La dénonciation des élèves déviants formaté par des parents suspectés comme auteurs de dérives sectaires du fait de leur seule liberté de penser face à la désinformation menée par l’appareil LREM est un commencement. Le vote définitif de la loi Avia, la réapparition du site « anti-fakes news » achèveront le dispositif de contrôle de la vérité…

La construction du totalitarisme passe aussi par le contrôle de l’appareil éducatif. Là aussi l’éducation nationale s’occupera de « sensibiliser les élèves aux risques des discours dangereux qui prodiguent de faux remèdes et des conseils dangereux en lien avec le COVID-19 » et de « développer l’esprit critique des élèves pour mieux lutter contre la désinformation, les fakes news, les rumeurs et les théories complotistes ». La construction du totalitarisme en marche se porte donc bien également de ce côté.

Un régime totalitaire doit aussi lutter contre ces ennemis et les stigmatiser. Là aussi nous sommes en marche vers cette stigmatisation.

Le Professeur Didier Raoult est régulièrement vilipendé par le gouvernement et l’appareil politique LREM.

Le Préfet Didier Lallement qu’Alain Juppé présentait comme un « nazi », stigmatise des malades du Covid en réanimation comme seuls coupables de leur situation.

Pour que les indices d’un risque de totalitarisme en marche soient tous rassemblés, il ne manque plus que le parti unique!

Emmanuel Macron et Edouard Philippe devrait cependant, tous les deux, méditer l’article 2 de la DDHC : « Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression ».

La résistance à l’oppression d’un totalitarisme naissant peut se manifester tant par les urnes que par le retour des gilets jaunes sur les ronds-points. Le gouvernement devra sans doute s’y préparer…

Partager cet article

6 commentaires

  1. Cette fiche sent la francmac-19 à 100 km à la ronde !

    Mais de quoi ont-ils peur ?

    Ce qui est certain, c’est que ce n’est pas en écoutant France machin, la radio de nos impôts que nos petit vont devenir intelligents et ouverts mais au contraire, parfaitement conditionnés et idiots !

  2. On a connu des régimes où les enfants qui avaient dénoncé leurs parents pour pensée non conformes à LA Vérité recevaient des récompenses en nature, surtout si leurs parents étaient envoyés en prison ou au Главное управление лагерей (G.Ou.Lag, en bon français).
    Va-t-on voir demain des petits Français être inscrits au tableau d’honneur ou recevoir un meilleur repas parcequ’ils auront correctement identifié la pensée déviante de leurs parents et les auront dénoncés à la maîtresse (pardon, à la “professeure des écoles”) qui, à son tour aura transmis l’information aux autorités compétentes ?…
    😡😡😡

  3. “la gouvernance par la peur” fragilise la population et contribue à développer un sentiment de vulnérabilité. Certaines femmes sont parfois hystériques devant la crainte d’être contaminées

    Les technocrates ne voient rien venir mais la soupape risque de sauter et cela se fera à leur dépend et avec fracas.
    Pourquoi craindre la mort alors que ces apprenti sorciers nous imposent l’asservissement à leur idéologie(une pensée unique)? Ceux qui ont pu se confiner à la campagne ont redécouvert la liberté , oublié la pression des médias .
    Pour ouvrir les intelligences l’éducation à la campagne est l’idéal, l’école à la maison s’adapte à beaucoup d’enfant jusqu’au lycée.

  4. mais pourquoi s’étonner ?
    l’urss, l’italie mussolinienne , la chine communiste, l’allemagne de hitler , le régime de polpot et autre maduro l’ont fait légalement
    pourquoi donc pas dans la france de macron ?

  5. Heureusement qu’une bonne partie des enseignants n’est pas dupe, ils ne sont pas tous des moutons prêts à appliquer la première directive qui leur tombe dessus !

    Il leur est aussi demandé de garder une neutralité vis-à-vis de la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement en tant que fonctionnaires. Ils avaient déjà du mal à être neutres avant le confinement sur la question des retraites, cela ne risque pas s’améliorer maintenant. Notamment lorsque l’on voit comment le Ministère de l’éducation nationale a géré la continuité pédagogique avec de multiples discours (certains enseignants ont d’ailleurs plus vu Mr Blanquer que leurs élèves en 2 mois ! ^^) contradictoires les uns avec les autres, exposant des dispositifs inapplicables,… Les enseignants un peu courageux ne se gêneront pas pour donner leur avis sur la gestion de la crise ! Et ça, ça risque d’être déstabilisant !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services