Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Etats-Unis

En Floride, enfermer les gens chez eux n’est pas une solution, mais un problème

En Floride, enfermer les gens chez eux n’est pas une solution, mais un problème

La presse française s’extasie devant la réouverture des restaurants et des bars en Angleterre, alors que la gestion de la crise sanitaire par Boris Johnson avait été largement critiquée… IFamNews évoque de son côté la vie en Floride, où le couvre-feu vient d’être levé :

La date que les citoyens de Miami, en Floride, ont soulignées en rouge sur leurs calendriers est le 12 avril. À partir de lundi, en effet, la dernière restriction anti-CoViD-19 tombera également : adieu le couvre-feu, actuellement en vigueur de minuit à 6 heures du matin dans tout le comté. Dans une ville célèbre pour son tourisme et ses boîtes de nuit, la nouvelle est attendue comme une aubaine. Pourtant, sous ces latitudes, la présence du virus n’a pas perturbé la vie quotidienne par rapport à ce qu’elle était avant la pandémie. Les rues et les plages sont bondées, les gens sont détendus et les divertissements ne manquent pas.

Dans une déclaration pour iFamNews, Enza Michienzi, un journaliste italien qui vit à Miami depuis douze ans, et qui est le fondateur et le directeur de Italy Report USA le principal journalen ligne pour les Italiens de Floride, a déclaré : “Nous avons eu des fermetures au printemps dernier, y compris une interdiction de plage, et ensuite il y a eu quelques restrictions laissées sur les lieux publics, mais elles ont été levées dans les mois suivants.” L’atmosphère, cependant, a toujours été détendue. Aucun drone n’a été envoyé pour trouver des familles en train de faire des barbecues, et il n’y a pas eu de peur parmi les citoyens. “Ici, le comté de Miami a introduit un mandat pour les masques, mais il y a eu beaucoup d’élasticité, surtout à l’extérieur, je n’ai pas entendu parler de quelqu’un qui a été verbalisé ou pris en photo par les forces de l’ordre parce qu’il ne couvrait pas son nez et sa bouche.”

“La liberté pour tous” est ensuite arrivée en septembre, lorsque le gouverneur de Floride, le Républicain Ron DeSantis, a supprimé toutes les restrictions sur les bars et les restaurants. Plusieurs observateurs, partisans des fermetures, avaient prédit une catastrophe sur le plan des contagions, mais les données d’aujourd’hui semblent donner raison à DeSantis. “Fermer les gens chez eux n’est pas une solution, mais un problème, commente Michienzi, car, en plus de l’urgence sanitaire, cela crée aussi une urgence économique et une urgence sociale.” […]

Partager cet article

5 commentaires

  1. Et il n’y a pas que la Floride aux U.S, le Texas aussi, des stades pleins à craquer de gens sans masque…ambiance bien différente qu’à Bruxelles où la cavalerie charge les promeneurs comme à l’époque Napoléonienne. D’un côté, les chiffres tombent, de l’autre, les personnes.

  2. sauf que ce soit en France ou en Belgique nous sommes sous un régime de dictature par des incapables qui font tout pour pourrir la vie des gens et détruire l’économie du pays pour ensuite voler leurs économies. En Floride et au Texas ils ont la chance d’avoir des gouverneurs républicains, on on a des nazis ou des communistes (au choix, c’est bonnet blanc et blanc bonnet) au pouvoir.

  3. Tout est une question de confiance.

    Je suis allé au marché. Chez le marchand de fruits et légumes, plusieurs vendeurs portaient le masque sous le nez ; l’un d’eux avait manifestement le nez qui coulait. Cela ne donne pas envie d’acheter. Je ne prends pas partie, c’est simplement un constat.

    Dans un restaurant, imaginez ce qui se passe en cuisine et dans l’arrière cuisine au moment où on vous apporte la salade… Considérant que la main-d’œuvre n’y est pas toujours la plus éduquée qui soit…

    Le problème n’est pas masque ou pas mais un problème d’éducation. Or, en France, en se hollandisant et en se macronisant, celle-ci tombe de plus en plus bas.

    Il vaut mieux aller sur les plages et partager avec des amis des victuailles qu’on a préparées et une bouteille de rosé à partager… mais en France, la police de mœurs veille !

    • Depuis des siècles que les marchés existent, les vendeurs et aussi les acheteurs ont le nez qui coule…
      Quand on passe la moitié de sa journée dehors c’est normal.
      Nous portons chacun des milliards (c’est à dire davantage que vous ne vivrez de secondes dans toute votre existence…) de virus et bactéries et les objets ou marchandises aussi… Cela stimule notre immunité.

  4. Confinement et couvre feu étant inutiles certains état des USA ont tout normalisés.
    Mais chez eux on n’empêche pas les gens d’être soignés…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]