Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société / Médias : Désinformation

En dénonçant l’hypocrisie de Griveaux, Piotr Pavlenski met à nu l’hypocrisie du système politico-médiatique macronien

En dénonçant l’hypocrisie de Griveaux, Piotr Pavlenski met à nu l’hypocrisie du système politico-médiatique macronien

Très bonne analyse lue sur Sputnik :

Qu’arrive-t-il donc à nos confrères français? Où est donc passée leur bienveillance envers Piotr Pavlenski, «l’insoumis qui provoque Poutine», cet «artiste» qui «se mutile pour dénoncer la violence du régime russe» et qui «s’était imposé comme l’une des dernières voix dissidentes en Russie» où il est «persécuté pour ses convictions politiques»?

Le ton a bien changé, dans la majorité des rédactions parisiennes, depuis que le réfugié politique russe a touché aux cheveux du candidat LREM à Paris et ex-porte-parole du gouvernement.

Celui qui était hier l’invité des plateaux du service audiovisuel public français, où l’on faisait la promotion de son livre, voit aujourd’hui son pedigree placardé dans ces mêmes médias, à commencer par les motifs de son arrestation vendredi 14 février, dans la foulée du retrait de Benjamin Griveaux de la course à l’investiture à la mairie de Paris, pour des violences commises lors du réveillon. Au-delà de l’étonnante réactivité des forces de l’ordre et du fait qu’aucun lien n’est ouvertement fait entre son arrestation le jour même de la chute du candidat macroniste pour une affaire remontant à plus d’un mois et demi, remarquons que lorsque Piotr Pavlenski avait été accusé de violences sexuelles en Russie, provoquant sa fuite à Paris et sa demande d’asile, les médias français s’étaient empressés à sa conférence de presse où il avait pu livrer sa version des faits, accusant le pouvoir russe de fomenter une «machination pour le décrédibiliser».

Des médias qui se sont par ailleurs montrés réticents quant à la diffusion de cette information forte incriminante pour le candidat. Si le doute était permis quant à la véracité de la source de cette vidéo lorsqu’elle fut mise en ligne et commença à circuler le 13 février, certaines rédactions contactées directement par Piotr Pavlenski n’ont «eu aucune hésitation à ne pas publier», ce qui relevait à leur yeux de la vie privée et qu’il ne s’agissait pas d’un harcèlement sexuel, justifiera une journaliste de Mediapart invitée sur le plateau d’une émission du service public. Quelle est la contradiction entre les déclarations de Benjamin Griveaux, défendant sa famille, expliquant qu’il va emmener ses enfants à l’école et ses potentielles pratiques privées?» ajoutera-t-elle.

«Benjamin Griveaux: un père de famille très impliqué aux côtés de sa femme Julia Minkowski», titrait Gala le 27 mars 2019, jour même où le secrétaire d’État chargé des Relations avec le parlement démissionnait pour se lancer dans la course à la mairie de Paris. Le magazine people dépeignait un candidat qui «fait son maximum pour passer du temps avec ses enfants», se confiant sur sa relation avec sa femme, «son roc»… pour autant, celui qui venait tout juste d’être père pour la troisième fois, s’était laissé aller à envoyer des vidéos de lui se masturbant à sa maîtresse. «Il a le droit de faire ce qu’il veut et “les journalistes” n’ont pas à en faire une info!», s’insurgeait une animatrice télé, au tout début de cette affaire.

Réfugié politique en France, la question de la possibilité de le renvoyer en Russie se pose même. Étonnant, venant de ceux qui habituellement sont prompts à s’émouvoir sur des thématiques telles que la déchéance de nationalité pour des terroristes ou l’expulsion de demandeurs d’asile ayant commis des crimes graves. “Ceux qui dévoient la République, qui la déstabilisent pleinement comme ils l’ont fait, n’ont pas leur place sur le territoire français”,lance sur le plateau de L’Opinion Sylvain Maillard (LREM) député En marche de Paris, qui «espère une sanction très forte» (…) Preuves que l’agitation politico-médiatique suscitée par la chute de Benjamin Griveaux fait perdre la boussole à nombre d’observateurs politiques, on remarquera que cet opposant «au régime» de Vladimir Poutine, non content d’être relayé au rang d’«activiste» ou d’«agitateur forcené», est même suspecté aujourd’hui d’accointance avec les services russes (…)

Finalement, l’opposant russe, qui entendait «dénoncer l’hypocrisie» du candidat Griveaux, semble par l’enchaînement des événements mettre à nu l’hypocrisie de bien plus…

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

7 commentaires

  1. l’ensemble des médias aux ordres mais aussi les politicards de tous bords qui jouent les hypocrites
    le gars, compagnon de route de strauss khan n’avait qu’à pas se filmer et encore moins envoyer la vidéo à une “amie” et ile le plaignent!

  2. Je me suis fait la même réflexion au sujet de Pavlenski : Poutine, homme politique (au sens noble du terme cette fois), d’une intelligence remarquable a dit aux dirigeants français : « Vous le voulez ? Prenez-le ! ».

    On connaît maintenant la suite : Le gouvernement français s’est complétement ridiculisé, une fois de plus…

    Pourtant, le coup avait déjà été joué avec les résistants à ‘’l’horrible’’ Assad qui ‘’massacrait’’ les opposants alors qu’il ne participe qu’à la reconquête de son propre pays pour en protéger les habitants, y compris Chrétiens.

    Récemment, j’ai encore entendu le dernier des Mohicans, France Inter, la radio de nos impôts, qui pleure sur ces pauvres djihadistes qualifiés de démocrates qui se font bombarder. Comme Fabius qui laissait entendre qu’al Nostra (comprenez Daesh qui signifie l’État Islamique sans utiliser le mot ‘’Islam’’) faisait du bon boulot…

    Les politiques français, cette fois-ci, s’apprêtent à récupérer ses djihadistes.

    Décidemment, on en a marre de cette classe politique !

  3. La reproduction d’un article de Sputnik News ne risque-t-elle pas de tomber sous le coup de la loi Total Access, après que Ben-jamais Gris-veau avait déjà qualifié cette agence de presse (au même titre que RT France) d’organes de propagande au service d’un état étranger ?…
    😇😇😇

  4. Curiosités :
    – la femme de Griveaux est petite-fille et arrière petite-fille des professeurs en médecine Mintkowski originaires d’une Pologne russifiée,
    – la petite-amie de l’activiste russe, elle-même russophone, est la fille du responsable de la formation au club de foot pro de Montpellier, de Matteo.
    La piste russe se confirme. Poutine n’a qu’à bien se tenir!

  5. ´´Ceux qui devoient la republique…” , elle se dévoye bien toute seule puisque la destruction de la civilisation est dans son ADN, quand on en connait l origine…elle n a besoin de personne. Laissons faire et reconstruisons derriere comme il faut la cité chretienne.

  6. Autre curiosité russe, selon Paris Match. L’importatrice-protectrice de Pavlenski en France s’appelle Natalia Turine. C’est une éditrice et libraire russe dans le vent, richement mariée à un homme d’affaires français lancé dans le business télévisuel. Décidément, avec les vidéo-masturbations du graveleux Grivaux et cette dame Turine, on est en plein système génito-urinaire. Reste à préciser le rôle de Benalla, vu sur plusieurs photos de l’affaire, qui lui-aussi avait sa filière russe. Amoureux déçus de la macronie ou autre chose? Sacré Poutine, hanté par le spectre grivois de Griveaux!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services