Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise / Pays : Allemagne

En 2019, plus de 272 000 catholiques allemands ont choisi de sortir de l’Église

En 2019, plus de 272 000 catholiques allemands ont choisi de sortir de l’Église

La crise se poursuit dans l’Eglise en Allemagne et ce n’est pas la tentation schismatique d’une partie de l’épiscopat qui va résoudre ce sujet.

En 2019, 272 771 catholiques allemands ont choisi de sortir de l’Église et de cesser de payer l’impôt ecclésiastique, tandis que les protestants ont connu une désaffection équivalente, avec 270 000 fidèles de moins. Fin 2019, les catholiques étaient un peu plus de 22,6 millions, représentant 27,2 % de la population, au coude à coude avec les protestants luthériens, qui sont environ 20,7 millions. Le nombre d’ordinations sacerdotales dans les 27 diocèses catholiques allemands s’élève à seulement 57 pour cette année (contre plus de 100 en France). En 2000, il y avait encore 154 consécrations. Dans les décennies 1960-1970, on en comptait plus de 300 annuellement.

Le nombre de 57

Le père Hans Langendörfer, jésuite et secrétaire général de la conférence épiscopale allemande, s’inquiète :

« Ces chiffres m’effrayent et m’inquiètent car ils montrent que notre message, qui parle de la liberté de l’Homme et de sa connexion avec Dieu, n’est plus reçu. Nous avons besoin d’une analyse ouverte et honnête pour comprendre cette perte de lien. »

Stephanie Springer, présidente de la communauté protestante de Hanovre, y voit la marque de la sécularisation de la société et de l’individualisme croissant.

« L’année dernière, quand nous avons cofinancé un navire de sauvetage de migrants en Méditerranée, certains de nos membres ont ouvertement manifesté leur désapprobation et déclaré vouloir sortir de notre institution. Autrefois, les fidèles s’accommodaient des décisions de leur Église, même s’ils n’étaient pas d’accord. »

Les chrétiens en ont assez du suicide collectif.

En France, les chrétiens qui quittent l’Eglise le font sans bruit. Même si le constat est là. En Allemagne, pour sortir de l’Eglise, il faut le déclarer officiellement pour ne plus avoir à payer l’impôt ecclésiastique. Evidemment, cela se voit très vite… Que l’argent des fidèles soit utilisé pour enlaidir des églises, passe encore, mais financer l’immigration, c’est la goutte d’eau de trop. L’impôt religieux représente 8 à 9 % de l’impôt sur le revenu.

Georg Bier, spécialiste du droit ecclésiastique à l’université de Fribourg, précise :

« L’Église ne parvient plus à répondre aux questionnements des individus et à donner du sens à leur vie. Ils se demandent alors s’ils veulent continuer à donner de l’argent à une institution dans laquelle ils ne se reconnaissent plus. »

Et si l’Eglise se recentrait sur les sacrements et l’annonce de l’Evangile ?

Partager cet article

12 commentaires

  1. effectivement rien d’étonnant… Épiscopat Allemand est particulièrement en pointe des mouvements dit progressistes au sein de la société, et prônent une réforme interne qui n’a plus grand chose à voir avec le Christ… Ils sont très influencés par le protestantisme, et ils ont oublié les sacrements et le sacrée… Résultat…

  2. L’église a depuis longtemps remplacé Dieu par l’homme, devenant une ONG comme les autres voire pire.

  3. En Suisse l’impôt ecclésiastique est géré par des corporations ecclésiastiques qui n’hésitent pas à financer des associations pro avortement ,par exemple dans le diocèse de Coire ,canton des Grisons , ce qui rend cet impôt plus que douteux quant à sa finalité . Comme en Allemagne , les suisses sont de plus en plus nombreux à entreprendre la procédure pour ne plus payer l’impôt ecclésiastique , ce qui leur vaut de recevoir une lettre des conseils paroissiales qui leur rappellent le canon 222 du code de Droit Canonique :
    ” Les fidèles sont tenus par l’obligation de subvenir aux besoins de l’Église afin qu’elle dispose de ce qui est nécessaire au culte divin, aux oeuvres d’apostolat et de charité et à l’honnête subsistance de ses ministres.”
    Mais voilà si subvenir aux besoins de l’Eglise consiste à subventionner l’avortement …

    • On nous recommande l’examen de conscience avant la confession. Beaucoup de prêtres et autres prélats ne semblent eux ne se poser aucune question sur la désaffection des fidèles.
      À mettre en parallèle avec l’abstention record aux élections françaises ?

  4. Apparemment, la “nouvelle Pentecôte” promise à l’issue du Concile se fait toujours attendre en Allemagne (ailleurs aussi) : il est vrai que le cardinal Brandmüller ne trouve au fond rien à redire à Vatican II malgré, paraît-il, des “difficultés interprétation” de ses textes. On ne s’étonnera donc pas que les hémorragies de fidèles et de religieux ne soient pas à la veille d’être stoppées dans l’Église : quand on pose un mauvais diagnostic, voire quand on chérit les causes du mal, on n’a quasiment aucune chance de trouver la bonne thérapeutique ; aussi est-il inconvenant de s’en plaindre…

  5. Pour vous remonter le moral, je vous propose de lire “Apologie de Raymond Sebond” de Montaigne.
    Ça fait du bien au cerveau et c’est aussi une prière.

  6. C’est ça hélas.
    Alors, comme ONG, beaucoup préfèrent l’État, qui, comme on le sait, nous fait tout le bien du monde.

  7. Pour redevenir audible le message de l’Eglise devrait me semble-t-il se reconcentrer sur l’évangélisation des masses, les éclésiatiques se doivent d’être plus présents dans les lieux publics, sortir des églises afin de rencontrer les quidams, …, de fait repenser leur approche de l’humain et ne pas attendre que les individus dans leurs églises. Je souhaites ici parler pour argumenter mes propos, sans jugement aucun, de la commune ou je vis dans le Var, 35 960 habitants et 5 (cinq) curés à temps plein pour six églises et chapelles. L’on ne rencontre jamais ou très rarement un prête dans les rues au contact des gens, ils sont tous les cinq dans leurs églises respectives, les assemblés, les festivités, etc, …… De fait ils ne rencontrent au cours de l’année que pratiquement toujours les mêmes personnes et la vie continue ainsi !!

  8. Le précédent président de la Conférence des Évêques Allemands ne s’appelle-t-il pas Marx ?
    Tout un programme, non ?
    Tout était bon, à ses yeux : mariage des prêtres, ordination des femmes, admission des divorcés à tous les sacrements, accueil prioritaire des LGBTQ+ et enseignement du genre à l’école…
    Et il semble que le Pape nous sort une réforme de la Curie romaine, d’une ampleur jamais vue.
    Qui dénonçait, il y a plusieurs décennies, que les fumées de Satan s’étaient infiltrées dans les plus hautes sphères du Vatican ?
    😇😇😇

    • Bon , hé bé ce n est plus du christianisme mais du gloubi boulga vaguement spirituel , le pendant religieux du mondialisme. Content d etre sedevac’.

  9. Certains de ces Allemands qui ne paient plus l’impôt à l’Eglise rejoignent des Eglises évangélistes.
    A noter ,si vous êtes allemand et catholique ,pour être parrain d’un bébé, il faut prouver qu’on règle son impôt à l’Église.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services