Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classifié(e)

Emeutes en Irak

Associated Press :

Spectre de guerre de religion en Irak: un double attentat à la bombe contre un sanctuaire chiite a provoqué des représailles contre des dizaines mosquées sunnites mercredi en Irak. Au moins trois religieux sunnites ont été tués.

EU Referendum fait une remarque intéressante : c’est une réaction spontanée et sincère qui a amené des dizaines de milliers de fidèles chiites à prendre la rue dès qu’ils ont appris la nouvelle de la destruction de leur lieu saint; alors que de longs mois qui se sont écoulés avant que les islamistes ne manufacturent une indignation artificielle autour les dessins de Mahomet.

Henri Védas

goldenmosque.jpg

Partager cet article

2 commentaires

  1. Les Echos du 23 février 2006 – Page 18

    L’Irak a plongé hier dans la « guerre des mosquées » après la destruction partielle par un commando masqué d’un des lieux saints chiites, à Samarra, au nord de Bagdad. La partie droite du mausolée des imams Ali al-Hadi et Hassan al-Askari, chef-d’oeuvre architectural et lieu de pèlerinage vieux de douze cents ans, situé dans le centre de Samarra, ville sunnite, a été ravagée par une double explosion. En représailles, une trentaine de mosquées sunnites ont été attaquées, brûlées ou occupées à travers le pays, surtout à Bagdad selon la police. Trois imams et trois fidèles sunnites ont été tués. La plus haute autorité chiite, le grand ayatollah Ali Sistani, a appelé au calme en édictant « une série de recommandations, dont l’interdiction de s’attaquer aux mosquées » et a demandé de « protester par des moyens pacifiques ». Le chef radical chiite Moqtada Sadr a lancé un appel dans le même sens. Les dirigeants politiques ont également lancé des appels au calme, à l’image du chef de l’Etat, Jalal Talabani. Le Premier ministre a annoncé un deuil national de trois jours et exhorté la population « à empêcher les terroristes de briser l’unité nationale ». Londres et Washington ont condamné l’attentat. Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a décrété un deuil national de sept jours.

    Donc quand une mosquée millénaire pête, Sistani appelle à “protester par des moyens pacifiques”, quand quelques pauvres caricatures sont publiées on lance des fatwas, on met le monde à feu et à sang, les Eglises brûlent et des prêtres (Turquie, Nigéria) sont tués.

  2. La mosquée qui a été victime d’une attaque date en réalité de 1905. Cela n’excuse évidemment rien de cette attaque innommable.

Publier une réponse