Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Elle avorte puis demande à sauver son bébé

Elle avorte puis demande à sauver son bébé

Terrible anecdote qui montre que l’instinct maternel est supérieur à l’instinct de mort :

Une jeune Canadienne, s’est rendue au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal au Québec, pour subir un avortement à plus de cinq mois de grossesse.

La procédure d’avortement a commencé par une intervention visant à dilater le col. Un produit, provoquant un arrêt cardiaque du fœtus, a ensuite été injecté et « une dernière séance était prévue le lendemain en clinique » pour procéder à l’extraction de l’enfant. Durant la nuit cependant, des douleurs et des saignements sont survenus chez la patiente qui a accouché prématurément. A l’arrivée du personnel des urgences, la jeune femme, anglophone, « était paniquée » et leur aurait demandé de « sauver son enfant ». « Des massages cardiaques ont été tentés sur le bébé », en vain ; il est décédé d’un arrêt cardiaque.

La jeune femme a été « profondément traumatisée par l’expérience ». Plusieurs employés de l’établissement également. Une enquête est actuellement en cours pour examiner les raisons de « l’échec » cet avortement.

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

4 commentaires

  1. La pauvre ! …. Elle va être rongée par le remord toute sa vie.

  2. Son cri d’appel au secours marque le début de son repentir. Que le bon Dieu lui vienne en aide…si ce douloureux moment peut aussi faire réfléchir ceux qui ont procédé au massage cardiaque…

  3. Yannh, la pauvre, oui mais dans quel sens ?

    Oui, sa souffrance est atroce. Mais aussi, peut-on voir une chance pour elle de s’être « convertie » face à la réalité, plutôt que d’avoir fait le pas de l’infanticide in vivo ?

    La vérité est comme un ballon au fond de la piscine. On aura beau se mettre dessus pour le garder au fond. Tôt ou tard, le ballon remontera.

    Prions pour que cette jeune femme suivent un chemin de conversion et de guérison intérieure, dans la miséricorde Divine.

  4. Cette jeune femme a vu ce qu’elle n’était pas censé contempler : le fœtus n’est pas un amas de cellules mais un minuscule petit bébé, un poupon miniature, un peu trop petit pour naître encore, mais il aurait pu continuer à grandir quelques semaines et faire d’elle une maman. Au lieu de cela, elle a mis au monde un cadavre.
    La réalité l’a rattrapée brutalement malgré les périphrases du monde médical.
    Puisse cette histoire être entendue par d’autres jeunes filles et jeunes femmes pour éclairer leur choix de vie ou de mort.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services