Elle allaite à fortes doses de spironolactone, progestérone, estradiol, dompéridone …

Nos médias sont en pâmoison devant cette grande première : "Pour la première fois, une femme transgenre allaite son enfant"…

"Ce cas montre que, dans certaines circonstances, une lactation modeste mais fonctionnelle peut concerner les femmes transgenres", affirment les auteurs d’une étude parue dans le dernier numéro de la revue Transgender Health.

Pourtant… les détails donnés par le Quotidien du Pharmacien sont moins glorieux et révèlent que ce "miracle" a été obtenu par un cocktail de :

  • traitement antiandrogène depuis 6 ans (spironolactone)
  • doses de progestérone et d'estradiol
  • et une prescription de dompéridone

"Elle-même sous traitement antiandrogène depuis 6 ans (spironolactone), elle rêve d'assurer ce rôle. Soit, répondent les médecins qui ont sans doute déjà à l'esprit le projet d'une prochaine publication… Des doses de progestérone et d'estradiol sont donc administrées et progressivement augmentées. Une prescription de dompéridone, antinauséeux connu pour stimuler la lactation, est ajoutée. Enfin, pour compléter la stimulation, la candidate à l'allaitement utilise une pompe à sein (tire-lait) six fois par jour. Au bout d'un mois de ce traitement, les premières gouttes de lait perlent aux tétons."

Et dans le même temps, ils s'indignent contre Lactalis, dont le lait aurait été contaminé…

Commentaires (2)

Bande de TARRÉS !!

L'ont sait pertinemment comment ILLE finira et malheureusement l'enfant également : rongé par le crabe ………….

Rédigé par : J.EFF | 19 fév 2018 11:14:48
____________________________________

Effectivement, l'homme est doté de seins. Comme les femmes, les seins masculins contiennent des glandes mammaires, des canaux, des lobules, de la graisse et tout et tout. La seule vraie différence est la taille. Le sein féminin est plus gros car il s’est développé à la puberté sous l’effet des hormones (entre-autres). Chez l’homme, sa glande mammaire ressemble à celle d’une femme avant la puberté.

En 1992, dans la forêt pluviale de la Krau Game Reserve, à Kuala Lompat en Malaisie, des chauve-souris avaient des mâles matures présentant des mamelles fonctionnelles. Ils pouvaient fournir de quatre à six microlitres de lait. A comparer aux femelles qui fournissent quelques 350 microlitres. Serait-ce pour que le petit attende quand sa maman s’absente ?

Chez les femmes, c’est la prolactine (produite notamment lorsqu’elle accouche) qui met en route la laiterie. Mais chez les hommes, la dopamine inhibe presque systématiquement la production de prolactine et empêche le circuit nourricier de fonctionner. Pour que la lactation des mâles puisse survenir, il suffit de modifier chez eux le taux de dopamine.

On peut observer ce phénomène lors d'une chimiothérapie. Ou sous l’effet d’un choc un homme peut se mettre spontanément à produire du lait, mais c’est rare ! Exemple la mort de sa femme alors qu'elle a un petit.

Jusqu’à un certain âge, les humains sont hermaphrodites. Plus précisément: l’embryon mâle et l’embryon femelle sont identiques pendant les deux premiers mois de leur genèse et développent les mêmes organes génitaux. Aux environs de la 7e semaine, les hormones sexuelles entrent en action et les embryons commencent à se différencier. Si le foetus a reçu un chromosome Y de son père, un signal hormonal déclenche le développement du pénis et des testicules (marquées par l’estafilade cicatrisée d’un vagin). Sinon, le foetus développe des organes sexuels femelles (eux-même marqués par l’ambiguité : le clitoris est un résidu de pénis). Les glandes mammaires et les mamelons (qui apparaissent vers la troisième ou quatrième semaine de développement) restent en l’état sur le corps de l’homme comme de la femme.

Rédigé par : Zoé | 19 fév 2018 11:32:24
____________________________________

Laisser un commentaire